Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

domaines Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Hauts Fourneaux de Rouen s. a.
localisation Haute-Normandie ; Seine-Maritime ; Le Grand-Quevilly
aire d'étude Seine-Maritime
lieu-dit Zone industrielle
adresse boulevard de l'Industrie
dénomination haut fourneau
époque de construction 1er quart 20e siècle
année 1916 ; 1917
auteur(s) maître d'oeuvre inconnu
historique La décision de créer la société anonyme des Hauts Fourneaux de Rouen est le fait de plusieurs sociétés métallurgiques dont la Compagnie des Forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons, la société de Commentry, Fourchambault et Decazevlle, la société de Pont à Vendin, les aciéries de Micheville, les forges de Gueugnon, la société Capitain, Gény et Cie, la société de Wendel et Cie et les établissements Delattre et Frouard. Leur objectif est de produire des fontes fines dont tous avaient besoin et de s'affranchir du joug de l'étranger. Cette nouvelle société est autorisée à installer au Grand-Quevilly une usine comprenant des hauts fourneaux, des fours à coke et un atelier de ciment de laitier. La proximité du port de Rouen facilite l'implantation en ce lieu d'une telle entreprise, l'usine recevant par voie d'eau les minerais importés d'Algérie, de Suède et d'Espagne ainsi que les charbons importés d'Angleterre et exportant directement la fonte et le coke par voies fluviale ou ferrée. Les travaux prévoyant la construction de deux hauts fourneaux de 150 tonnes et de deux batteries de 60 fours à coke sont entrepris en avril 1914. Interrompus par la guerre, ils reprennent en janvier 1916 sur la demande du ministère de la guerre. Le 19 août 1917, le premier haut fourneau est mis à feu. Les travaux de construction ont duré deux ans et ont coûté près de 12 millions de Francs. En 1921, l'usine comprend deux fours pouvant produire 8 000 tonnes de fonte par mois, 120 fours à coke à récupération d'une capacité de 18 000 tonnes de coke par mois, des installations de récupération correspondantes pour les sous-produits du coke (benzol, goudron, sulfate d'ammoniac) , une distillerie de goudron, une cimenterie de laitier capable de produire 2 000 tonnes de ciment par mois. Les Hauts Fourneaux de Rouen ont cessés leur activité en 1967. Les bâtiments et infrastructures ont aujourd'hui entièrement disparu.
700 personnes y sont employées dans les années 1950.
état détruit
type d'étude patrimoine industriel (agglomération de Rouen) ; inventaire topographique
rédacteur(s) Emmanuelle Le Roy-Real
référence IA76000551
  © Inventaire général
date d'enquête 1996
date versement 2002/12/03
date mise à jour 2004/12/03
crédits photo Delvaux-Madelaine (photographe) (reproduction) - © Inventaire général, ADAGP
 
dossier consultable Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire
2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80
 


1

  Requête : ((IA76000551) :REF )
Relations : Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0