Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

domaines Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Présentation de la commune Crissay-sur-Manse
localisation Centre ; Indre-et-Loire ; Crissay-sur-Manse
aire d'étude Île-Bouchard (L')
historique Au plan archéologique, la commune est mal connue ; quelques outils néolithiques ont été ramassés en surface. Les premières traces de construction à Crissay-sur-Manse remontent, en l'état actuel des connaissances, seulement à la période gallo-romaine. Les vestiges d'une villa ont été repérés par avion au sud du bourg, à peu de distance du grand moulin et de la Manse. Le cartulaire de Cormery cite Chriseium dès 850. La châtellenie de Crissay dont le premier seigneur connu est Bouchard de L'Ile, est une possession de l'abbaye de Cormery. Une église est mentionnée vers 1074. Sur le site du château, les datations les plus anciennes obtenues par dendrochronologie remontent au milieu du XIVe siècle mais une première construction fortifiée devait probablement déjà y être établie. Le développement du village au XVe siècle, formant au nord un bourg nettement à l'écart de l'église et de son cimetière, semble devoir être mis en relation avec la seconde campagne de construction du logis seigneurial à la fin du siècle. Plusieurs belles maisons sur la place datent de la première moitié du XVIe siècle. En 1545, François 1er autorise le village à restaurer ses murailles, percées de quatre portes fortifiées (portes de la Motte, de Saint-Epain, du Puits Auger et Bigot). L'une fut démolie en 1882. L'église rebâtie est achevée en 1527. Il n'y a pas de construction importante dans la commune aux XVIIe et XVIIIe siècles mais en revanche, de nombreuses habitations troglodytiques furent utilisées en tant que résidences principales jusqu'au début du XXe siècle. La plus forte densité de population est enregistrée en 1831 avec 414 habitants pour 80 à 100 feux sous l'Ancien Régime. En 1921 on ne comptait plus que 173 habitants et environ 110 de nos jours, qui font de Crissay l'une des communes les moins peuplées du département. Site inscrit le 8 février 1967 ; ZPPAUP en cours en 20007. Le nom actuel du village a été fixé en 1947, Crissay-sur-Manse succédant à Crissay.
description Crissay-sur-Manse est située à 40 km au sud-ouest de Tours, à 22 km à l’est de Chinon et à 15 km au sud d’Azay-le-Rideau. La superficie totale de la commune est de 750 hectares. Etirée sur 5, 8 km du nord au sud, le territoire est très resserré dans sa partie médiane où il connaît sa plus faible largeur (375 m) puis s’élargit au sud jusqu’à la Manse sur environ 2, 5 km. La rivière, bordée de peupliers, se jette dans la Vienne à L’Ile-Bouchard, chef-lieu de canton. Elle alimente le ruisseau de la Boire qui marque la frontière avec Crouzilles au sud. Elle a formé une étroite vallée qui décline d’est en ouest de 48 à 45 mètres d’altitude, la plus faible du territoire communal. La nature des sols explique la répartition de l’habitat ; les deux tiers nord de la commune sont occupés par un plateau aux mauvais sols à argiles à silex et à poudingues siliceux impropres à l’agriculture. De fait, c’est une forêt mixte de résineux et de feuillus qui occupe ce territoire, constituant la frange orientale de l’unité paysagère des landes du Ruchard ; ces dernières s’étendent à l’ouest, d’Avon-les-Roches à Cravant-les-Coteaux. La pointe nord de Crissay fait partie du complexe forestier « Chinon-landes du Ruchard » défini par le programme européen Natura 2000, visant à préserver les espèces sauvages, en protégeant et en gérant les habitats essentiels à leur vie et à leur reproduction. On n’y rencontre pas d’habitation, à l’exception de quelques maisons au nord du lieu-dit « le Godin » qui dépendent du camp militaire du Ruchard. Le point le plus élevé, situé en pleine forêt, atteint 120 m d’altitude. Au sud de la Pinetière et de la Pointe Moreau, le plateau s’infléchit en direction de la Manse et laisse affleurer les calcaires turoniens. Les habitations du bourg s’appuient contre le coteau calcaire aux environs de 65-75 mètres d’altitude. La plupart des écarts (les Vallées, la Chaume, la Frelonnière, Maugonne, le Puy aux Bœufs, le Puy Renaud, les Rageaux, la Grande Croix, la Roche Bourdeau) sont établis dans la partie sud de la commune, où les sols, bien exposés, sont cultivés. La vigne est cultivée mais la commune ne fait pas partie de l’aire d’AOC Chinon. Bâti sur le flanc d’un coteau calcaire dominant la Manse, étageant ses maisons de tuffeau sur la pente douce qui conduit de l’église au château et à la grand place, le village de Crissay est resté en retrait des grands axes de circulation. Il s’est ainsi préservé du phénomène de rurbanisation trop souvent dommageable aux abords des petites communes. L’homogénéité des matériaux (moellon de tuffeau, pierre de taille, ardoise) et l’absence de construction récente confèrent au village son unité. Forte de ces atouts, la commune détient le label « plus beau village de France ». Elle fait également partie du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, à l’instar des autres communes du canton de L’Ile-Bouchard.
propriété propriété publique
site protégé site inscrit ; ZPPAUP
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Lainé Martine
référence IA37000426
  © Région Centre - Inventaire général
date d'enquête 2007
date versement 2008/12/12
date mise à jour 2010/02/12
crédits photo Hermanowicz, Mariusz - © Région Centre - Inventaire général, ADAGP
 
Contact service producteur
dossier en ligne
dossier consultable Conseil régional du Centre - Service chargé de l'inventaire
6, rue de la Manufacture 45000 Orléans - 02.38.78.85.21
 


1

  Requête : ((IA37000426) :REF )
Relations : Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0