Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

domaines Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site édifice hospitalier dit maison de convalescence Cure d'Air Saint-Antoine, puis couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement école d'art de Condé
localisation Lorraine ; Meurthe-et-Moselle ; Nancy
aire d'étude Nancy
lieu-dit Haut-de-Chèvre
adresse 64 rue Marquette ; sentier des Vignes
destinations successives école d'art
dénomination édifice hospitalier ; couvent
parties constituantes parc ; église ; funiculaire ; croix monumentale
partie(s) étudiée(s)
objets mobiliers
époque de construction 1er quart 20e siècle
année 1901 ; 1924
auteur(s) Jacquemin Emile (architecte) ; Petit Lucien (architecte) ; Criqui Jules (architecte)
historique Edifice hospitalier dit maison de convalescence Cure d'Air Saint-Antoine construit en 1901 par l'architecte messin Emile Jacquemin (1850-1907) à l'initiative de M. l'abbé Girard, ancien aumônier militaire ; l'établissement inauguré en septembre 1901 est géré par une société d'actionnaires, la plupart commerçants nancéiens, et dirigé par les soeurs de la Doctrine Chrétienne. Il comprend 42 chambres peintes de couleurs variées. Le parc entourant l'édifice est un lieu de promenade pour les Nancéiens ; la maison de convalescence sert de fait en hôtel-restaurant. Pour y accéder, un funiculaire (aujourd'hui disparu) dont le départ se faisait à l'extrémité supérieure de la rue Notre-Dame-des-Anges est construit en 1905. En 1923, l'édifice hospitalier devient couvent : les soeurs de la Visitation, alors établies rue des Ponts, achètent la propriété et s'y installent ; une chapelle provisoire est aménagée au nord-ouest par l'architecte Lucien Petit (projet daté 1920) , les pavillons quadrangulaires flanquant le bâtiment couverts d'une terrasse sont surélevés d'un étage de comble par le même architecte. En 1924 le bâtiment est agrandi du côté sud par l'architecte nancéien Jules Criqui : adjonction d'un corps de bâtiment et d'une nouvelle chapelle. La même année, une croix de mission est érigée sur le terrain du couvent. Suite au départ des soeurs en 1989, la propriété est achetée en 1991 par la ville. Le parc est ouvert au public en juillet 1992, le bâtiment de l'ancien couvent est occupé successivement par deux instituts de formation : école nationale d'application des cadres territoriaux de 1994 à 1998, puis école d'art Condé.
description La Cure d'Air Saint-Antoine comprend un parc de 2, 5 hectares et l'ancienne maison de convalescence (aujourd'hui école) composée d'un bâtiment à 2 corps flanqué d'une chapelle. Le corps nord, de plan rectangulaire, présente une élévation ordonnancée à 2 étages et 9 travées, marquée par un avant-corps central ; il est flanqué de 2 pavillons quadrangulaires et de 2 tours couvertes d'un toit en pavillon à faîtage court. Une statue de saint Antoine de Padoue (étudiée dans la base Palissy IM54009068) surmonte le fronton de l'avant-corps de la façade est. Dans l'avant-corps un escalier tournant à retours avec jour, en pierre. Le corps sud, de plan en L, relie le corps nord et la chapelle ; il comporte un étage carré et un soubassement en moellon jointoyé, sa façade sud est ouverte dans sa partie centrale par une porte en plein cintre surmontée de 2 baies jumelles de style néo-roman et d'un fronton triangulaire orné d'une statue de la Vierge à l'Enfant, statue conforme à un modèle de Vierge (diffusé en France après 1853, date de la parution en France d'une lithographie de Pardinel) dite Vierge d'Overbeck (Jean-François Overbeck, artiste suédois, 1789-1869). A l'intérieur, un escalier en bois, en équerre, occupe les trois côtés du vestibule d'entrée. Sur l'aile en retour, un escalier extérieur droit, en maçonnerie, à 2 volées symétriques, donne accès au parc. Entre l'église et le corps nord, côté est, s'élève un campanile surmonté d'une flèche de plan carré couverte d'ardoise.
élévation élévation ordonnancée
étages rez-de-chaussée ; 2 étages carrés
escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie ; escalier dans-oeuvre : escalier en équerre, en charpente ; escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
gros-oeuvre calcaire ; moellon ; enduit ; béton
couverture (type) toit à longs pans ; flèche carrée ; toit en pavillon
couverture (matériau) ardoise ; tuile mécanique
décor sculpture
représentation ornement à forme végétale ; feuille d'eau ; palmette ; ornement à forme architecturale ; Vierge à l'Enfant ; écu
  ornement architectural : chapiteau cubique séparant les baies jumelles du corps sud ; écu sur le linteau des 2 baies encadrant la porte d'entrée du corps sud avec l'inscription "Ave Maria" et "vive Jésus" (titre d'un ouvrage célèbre de sainte Jeanne Chantal, fondatrice de l'ordre des Visitandines, et également d'un cantique pascal mis en musique par Haydn).
propriété propriété de la commune
type d'étude opération ponctuelle
rédacteur(s) Tronquart Martine ; Metz Claire
référence IA54002252
  © Région Lorraine - Inventaire général
date d'enquête 1989
date versement 2009/08/22
crédits photo Gury, Ludovic - © Région Lorraine - Inventaire général
 
Contact service producteur
dossier consultable Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général
Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63
 


1

  Requête : ((IA54002252) :REF )
Relations : Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0