Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 99

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site église paroissiale Notre-Dame-de-l'Espinasse
localisation Midi-Pyrénées ; Aveyron ; Millau
aire d'étude Millau
adresse place du Maréchal-Foch
dénomination église paroissiale
objets mobiliers
époque de construction 2e quart 11e siècle (?) ; 2e quart 17e siècle
auteur(s) Baudoin Jacques (maître d'oeuvre) ; Favrières Jean (maçon) ; Baudoin Julien (maître d'oeuvre) ; Bernard Jean (peintre)
personnalité(s) Solargue Vincent-Melchior, de (commanditaire)
historique En 1070, le vicomte de Millau, Béranger, donne à l'abbaye bénédictine Saint-Victor-de-Marseille "l'église dédiée à la Mère de Dieu qu'il possédait dans le bourg de Millau, avec tout le terrain nécessaire pour bâtir un monastère bénédictin". L'église Sainte-Marie, son premier vocable, est consacrée le 25 août 1096 par le pape Urbain II, revenant de Clermont où il avait prêché la 1ere croisade. Durant les guerres de religion, en 1561, l'église et le prieuré attenant sont pris d'assaut et partiellement abattus par les protestants millavois. Les statues, images pieuses et instrument de culte sont détruits. Les moines sont dispersés. Entre 1561 et 1601, Notre-Dame est abandonnée à la ruine avec la suppression du culte catholique. Il faut attendre 1631 et Vincent Melchior de Solargues devenu curé pour voir sa remise en état. La reconstruction est successivement confiée à Jacques Baudoin (1633-41), maître architecte et sculpteur du Puy-en-Velay, qui élabore les plans, puis à Jean Favières, maçon de Broquiès et Julien Baudoin, maître maçon de Sainte-Eulalie (1641-69). Ils reconstruisent notamment la voûte de la nef "voûtée en berceau d'une muraille à l'autre", supprimant alors les colonnes médianes d'origine et le clocher sud. L'église est réouverte en 1646, avant l'achèvement des travaux de gros-oeuvre, vers 1657. Une nouvelle chapelle de l'Assomption est fondée en 1683 (la première avait été fondée en 1492), celles de Saint-Caprais date de 1700, celle de Saint-Sébastien de 1715. Les tribunes latérales sont édifiées en 1759-1760. Pendant la Révolution, l'église est transformée momentanément en Temple de la Raison. Puis dans la deuxième moitié du 18e siècle sont ajoutées d'autres chapelles, celles du Sacré-Coeur (1822 ; détruite), du Rosaire (1826), de Sainte-Philomène et Saint-Joseph (1846), des Fonts-Baptismaux (1850 ; aujourd'hui détruite). Les vitraux actuels du choeur datent de 1869. C'est en 1939 que les fresques du choeur sont réalisées par le peintre Jean Bernard. L'église est classée au titre des monuments historiques en 1945. Les verrières actuelles de la nef sont réalisées dans les années 1980 par le peintre-verrier Claude Baillon.
description Aujourd'hui, l'église se compose d'une vaste nef, unique, de 36 m de long sur 14 m de large prolongée par un choeur à cinq pans. L'abside est entièrement couverte de la fresque élaborée par le peintre Jean Bernard en 1939, représentant notamment la vie de la Vierge et de l'enfant Jésus. La nef est couverte d'une voûte d'ogive retombant sur des colonnes engagées sur dosserets aux chapiteaux ioniques résultant de la campagne de reconstruction du milieu du 17e siècle. Une corniche de même style court à la base des tribunes qui occupent les cinq travées de la nef ; elles sont en partie occupées par l'orgue qui surmonte la nef et le portail d'entrée, à l'ouest. Le long du mur sud de la nef se succèdent ensuite, depuis l'ouest, après un étroit escalier en vis menant dans les tribunes, une sacristie désaffectée, la chapelle dédiée à Sainte-Philomène et Saint-Joseph, la chapelle du Rosaire et le clocher. A l'extérieur, les contreforts massifs qui supportent les poussées de la voûte sont reliés par des arcs en plein cintre et ceinturent le pourtour de l'église. Des deux clochers, nord et sud, seul celui du sud est conservé dans sa totalité ; il conserve un escalier en vis dite de Saint-Gilles auquel on accède depuis l'extérieur par un escalier postérieur, et probablement à l'origine depuis l'intérieur depuis une baie (condamnée) située en hauteur par rapport au niveau du sol. Celui du nord étant arasé à moins de 3m au dessus du niveau de sol actuel. Adossé à ce dernier, à l'est, prenait place une ancienne chapelle dédiée à Saint-Caprais, transformée en chaufferie puis toilettes publiques. Des chapelles et fonts baptismaux élevés aux 18e et 19e siècles le long de la façade nord ne subsistent plus que les arrachements des voûtes. A l'occasion de travaux on trouve généralement à leur emplacement des sépultures, témoins du cimetière qui bordait l'église depuis le Moyen-Age. Des aménagements antérieurs aux guerres de religion subsistent les fenêtres hautes du chevet et des premières travées de la nef, cantonnées de colonnes, ainsi que trois baies étroites et courtes, condamnées, dans les parties basses du chevet. L'ensemble est bâti en moellons régulièrement assisés de moyen appareil de calcaire gris-bleu, d'origine locale, comme les lauzes de calcaire qui couvrent la toiture à deux pans. Du monastère élevé à la fin du 11e siècle il ne subsiste plus rien sinon son emplacement, actuellement occupé depuis 1836 par l'ancienne halle aux blés, transformée en école primaire (Paul Bert).
plan plan allongé
étages 1 vaisseau
escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
gros-oeuvre pierre ; moellon sans chaîne en pierre de taille
couverture (type) toit à longs pans
couverture (matériau) calcaire en couverture
couvrement voûte en berceau brisé
décor peinture (étudiée dans la base Palissy) ; vitrail (étudié dans la base Palissy)
représentation Annonciation ; Visitation ; Couronnement de la Vierge ; Nativité ; Présentation au Temple ; Jérémie ; Isaïe ; Ezéchiel ; Daniel ; ange ; Sibylle ; saint
propriété propriété de l'Etat
protection MH 1945/12/12 : classé MH
  église classée par arrêté du 12 décembre 1945
site protégé parc naturel régional
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Galés Françoise
référence IA12101009
  © Ville de Millau ; © Inventaire général Région Occitanie
enquête 2002
date versement 2017/04/13
dossier en ligne
service producteur Conseil régional de Midi-Pyrénées - Direction de la Culture et de l'Audiovisuel - Service Connaissance du Patrimoine
22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - 05.34.45.97.33
autre dossier dossier de protection
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-500] [501-600] [601-700] [701-800] [801-900] [901-909]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((peintre) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0