Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 86

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site église paroissiale Saint-Michel
localisation Corse ; Corse-du-Sud ; Casalabriva
aire d'étude Petreto-Bicchisano
dénomination église paroissiale
objets mobiliers
époque de construction 4e quart 19e siècle ; 2e quart 20e siècle
année 1876
auteur(s) André frères (fabricant) ; Cantera (entrepreneur de maçonnerie) ; Maggi Constantin (entrepreneur de maçonnerie) ; Maglioli Jérôme (architecte) ; Giovannetti Pellegrino (maître maçon)
historique Dès 1866, le conseil de fabrique demande au préfet la visite d'un architecte pour s'occuper du projet de construction d'une nouvelle église paroissiale, l'ancienne menaçant ruine. Jérôme Maglioli, architecte de la commune d'Ajaccio, en accepte la charge et dresse, en juin 1872, les plans et devis du nouvel édifice s'élevant à la somme de 26000 francs. Le 15 août 1873, Pellegrino Giovannetti, maître maçon à Sollacaro, est déclaré adjudicataire des travaux. En 1874 la commune dispose d'une somme de 23000 francs mais les travaux ne sont toujours pas engagés à cause de l'opposition faite par le propriétaire de l'emplacement sur lequel doit être bâtie l'église malgré la publication d'un décret déclarant d'utilité publique la reconstruction de l'église en juillet. Le 14 mars 1876, Pellegrino Giovannetti renonce à l'entreprise des travaux qui sont finalement attribués à Constantin Maggi de Sartène après une nouvelle adjudication passée le 20 avril. Dès le 15 mai les travaux sont commencés, et en janvier 1878 l'architecte Maglioli constate " qu'au minimum une somme de 12000 francs est tout à fait nécessaire pour le complet achèvement de l'édifice ". A cette date il reste encore à faire " la boiserie de toutes les fenêtres, les portes, toutes les voûtes, les crépis (...) , le pavé et le grand portail en pierre polie avec la grande fenêtre de la façade ainsi que la moitié du clocher qui s'élève au milieu du toit ". En juillet 1885 le gros oeuvre semble achevé puisque des carreaux sont commandés à la fabrique marseillaise André frères afin de paver l'édifice. Pourtant, en juillet 1888, dans une lettre adressée au préfet, le maire expose que les chapelles latérales ne sont toujours pas terminées, la précédente municipalité ayant commandé quatre chapelles supplémentaires sur les quatre prévues au départ, portant ainsi le devis initial à 30154, 65 francs, sans compter le crépissage et le pavage de l'église exécutés par Cantera pour la somme de 4000 francs. Son mauvais état en 1931 nécessitera d'importants travaux de restauration au cours du deuxième quart du 20e siècle (A.D.2A : 2 O 071/2, 3 ; 4 V 43).
description Edifice de plan allongé formé d'une nef à vaisseau voûté en berceau à lunettes et à chapelles latérales voûtées en berceau plein-cintre. Choeur à première travée droite couverte d'une voûte en berceau plein-cintre, prolongée par une abside voûtée en cul-de-four. Tour clocher demi-hors-oeuvre à la chambre des cloches à baies libres cintrées, sommée d'un pyramidion.
plan plan allongé
étages 1 vaisseau
gros-oeuvre granite ; moellon
couverture (type) toit à longs pans ; appentis
couverture (matériau) tuile creuse
couvrement cul-de-four ; voûte en berceau ; à lunettes ; voûte en berceau plein-cintre
décor vitrail
représentation saint Michel
propriété propriété de la commune
type d'étude inventaire préliminaire
rédacteur(s) Bernard Guillaume ; Chessa Roland ; Fideli Marie-Antoinette
référence IA2A000800
  © Inventaire général ; © Collectivité Territoriale de Corse
enquête 2001 ; 2008
date versement 2002/06/07
date mise à jour 2009/12/17
dossier en ligne
service producteur Collectivité Territoriale de Corse - Direction du Patrimoine - Service de l'Inventaire du Patrimoine
B.P. 215 - 20187 Ajaccio Cedex 1 - 04.95.50.38.06/04.95.50.38.07
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-449]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((maître maçon) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0