Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 62

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site fontaines du canton de Grignan
localisation Rhône-Alpes ; Drôme
aire d'étude Grignan
dénomination fontaine
collectifs 30 repérées ; 5 étudiées
époque de construction 4e quart 18e siècle ; 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
auteur(s) Bertrand A. (architecte) ; Brun (architecte) ; Chaix Pierre-Louis-Casimir (agent voyer) ; Durand Maurice (architecte) ; Fontanille (architecte) ; Guilliny (architecte) ; Tourre François Siffrein (géomètre) ; Barnier Louis (fontainier) ; Chapuis Auguste (entrepreneur) ; Farnier Joseph (entrepreneur) ; Gaud Marie-François (maître maçon) ; Grosjeanne Marius (entrepreneur de maçonnerie) ; Thomas Félicien (entrepreneur)
personnalité(s) Ducros François-Auguste (commanditaire)
historique C'est dans un souci d'hygiène publique que les fontaines du canton apparaissent en même temps que les lavoirs vers le milieu du 19e siècle. Auparavant, plusieurs villages n'avaient que des puits comme point d'eau, mais d'autres possédaient une fontaine, comme Chantemerle qui en fait édifier une en 1613, Roussas qui en avait deux, ou Taulignan, dont la fontaine, située à la Bourgade, était un lieu d'étape pour les troupeaux en transhumance. La plupart des fontaines se trouvaient à l'extérieur du village ; ainsi, la plus ancienne subsistante repérée dans le canton, qui porte la date de 1781, est attenante au lavoir du Colombier à Chamaret. A Grignan, où une enquête de 1728 indique qu'il n'y a qu'une fontaine hors de la ville, le maire François-Auguste Ducros établit des fontaines dans différents quartiers en 1840 et 1842. Salles-sous-Bois édifie sa première fontaine publique en 1832, suivie dix ans après de deux autres. Rousset répare sa fontaine en 1836, et la fait reconstruire en 1843 selon le plan de F.S. Tourre, géomètre à Taulignan. Sur un plan du centre du village de Montjoyer dressé en 1846, figure une fontaine. Réauville dispose de sa fontaine entre 1850 et 1860. Au cours de cette décénnie, presque tous les villages sont dotés de fontaines, dont les plans sont généralement dûs à l'agent voyer de Grignan Casimir Chaix. Elles sont restaurées ou parfois reconstruites à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle, comme celle de Montjoyer, restaurée en 1867 par l'architecte Fontanille, celles de Salles-sous-Bois en 1880, et de Réauville, datée de 1905. De nouvelles fontaines sont établies dans le dernier quart du XIXe siècle. La date de 1876 est portée sur une des fontaines de Taulignan, village où l'entrepreneur Félicien Thomas achève d'installer la totalité des fontaines en 1887. Deux fontaines du Pègue sont datées de 1876 et 1877 ; l'une d'elle est ornée d'une plaque sur laquelle est écrit : "Aménagée sous le mandat du maire Bonfils en 1876". A Rousset, d'autres fontaines publiques sont construites en 1884 par l'entrepreneur Auguste Chapuis sur les plans de Guilliny, conducteur des Ponts et Chaussées et architecte à Nyons. A Grignan, s'ajoutent plusieurs fontaines supplémentaires vers 1890, dont deux place Castellane. A cette époque, si le réseau d'eau communal fait l'objet d'un plan d'alimentation concerté, plusieurs secteurs de l'agglomération sont dotés des bornes-fontaines, dont la petite taille permet un moindre coût ; il en reste peu aujourd'hui (8 recensées). Lors du complément d'adduction d'eau à la commune de Chantemerle en 1904, l'architecte A. Bertrand, de Saint-Paul-Trois-Châteaux, dessine une fontaine principale et plusieurs bornes-fontaines qui sont réalisées. Deux fontaines et des bornes-fontaines sont établies à Colonzelle en 1906, sur les plans de l'architecte Maurice Durand, qui reconstruira la fontaine de Montjoyer vers 1910. Sur 35 fontaines recensées dans le canton, 30 sont repérées, 5 étudiées : la fontaine dite de la Marquise à Grignan, édifiée en 1840, celle de Saint-Pantaléon, datant de 1858, et 3 fontaines associées à un lavoir, à Chantemerle-les-Grignan, Réauville et Salles-sous-Bois.
description Les fontaines du canton de Grignan sont presque toutes construites en pierre de taille locale ou en béton pour les plus récentes (Montjoyer, Colonzelle). Sur les 30 fontaines repérées, quatorze sont des fontaines adossées, cinq sont de plan centré, et trois isolées de type adossé. On trouve aussi quatre fontaines-abreuvoirs (les plus rustiques) et quatre bornes-fontaines.Toutes les fontaines adossées possèdent une belle vasque en pierre de taille, souvent galbée, pour recevoir l'eau ; certaines d'entre elles sont placées dans une niche, comme à Réauville, Rousset-les-Vignes et Taulignan. Le dosseret est généralement formé d'une dalle en pierre de taille, surmontée d'une corniche. Trois de quatre fontaines de Salles-sous-Bois, identiques, sont de ce type. Les fontaines à plan centré privilégient le bassin à pans (hexagonal ou octogonal), sauf à Grignan où il est carré ; le fût de distribution central est un pilier aux angles abattus, ou chantourné à Montjoyer. Il est surmonté d'une colonne à Salles-sous-Bois. La fontaine de Montjoyer est, avec celle de Grignan, la seule qui présente une statue placée au sommet du fût, au centre du bassin ; à Montjoyer, il s'agit de Saint-Paulin, patron de l'église du village, et à Grignan est représentée la Marquise de Sévigné, haute figure locale. Un masque de lion (musequin) en fonte orne le tuyau d'écoulement d'eau des fontaines du Pègue, de Bayonne, et de Salles-sous-Bois ; il est en pierre sculptée à Réauville et à Taulignan, ainsi qu'à la fontaine de Coste-Chaude à Grignan. Seule la fontaine de Montjoyer possède une oie qui distribue l'eau. Un vase de type "médicis" couronne le sommet des fontaines de Chantemerle, Saint-Pantaléon, du Pègue et de la fontaine-abreuvoir de Montjoyer. La fontaine du hameau de Bayonne est abritée par un petit édifice couvert de tuiles creuses. Parmi ces 30 fontaines, neuf sont associées à un lavoir couvert.
gros-oeuvre calcaire ; pierre de taille ; maçonnerie ; béton aggloméré
couverture (type) toit à deux pans ; croupe ; appentis
couverture (matériau) tuile creuse; tuile plate mécanique
typologie fontaine à plan centré; fontaine adossée; fontaine isolée de type adossé; fontaine-abreuvoir; borne-fontaine.
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Jourdan Geneviève ; Beaulieu Clémence de
référence IA26000241
  © Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes
enquête 2000
date versement 2012/06/12
Contact service producteur
service producteur Conseil régional de Rhône-Alpes - Service chargé de l'inventaire
6, Quai Saint-Vincent - 69001 Lyon - 04.72.00.43.70
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-449]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((maître maçon) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0