Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 60

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site église paroissiale Saint-Pantaléon
localisation Rhône-Alpes ; Drôme ; Saint-Pantaléon-les-Vignes
aire d'étude Grignan
adresse le Village
dénomination église paroissiale
éléments remarquables baie
objets mobiliers
époque de construction limite 15e siècle 16e siècle (détruit) ; 2e quart 18e siècle ; 3e quart 19e siècle
siècle détail 12e siècle (?) ; 4e quart 17e siècle ; 2e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
année 1862 ; 1879
auteur(s) Michel Jacques (?, maçon) ; Anduze Etienne (?, maçon) ; Richaud Jean-Joseph (maçon) ; Chaix Pierre-Louis-Casimir (agent voyer) ; Gaud Marie-François (maître maçon) ; Michel Casimir (maçon)
historique A l'origine de Saint-Pantaléon est une "cella", prieuré fondé par trois moines clunisiens et mentionné dans le cartulaire de Cluny en 989. Puis les moines construisirent un château fort et, en 1383, firent fortifier le lieu ; malgré cela, les troupes de Raymond de Turenne détruisirent le village, le château et l'église. Dans l'élévation gauche de l'église actuelle, subsistent cependant une porte latérale murée et quelques assises de pierre en petit appareil, qui semblent dater du XIIe siècle, et dans l'élévation droite, une étroite fenêtre romane (fin XIIe siècle). Sans doute ces éléments ont-ils été réintégrés dans la reconstruction de l'église vers 1480, époque du retour des habitants, régugiés jusque-là à Rousset. La nouvelle église est consacrée en 1509, puis érigée en chapellenie en 1549. Elle est à nouveau saccagée en 1562, au cours des guerres de Religion. En 1589, l'église "qui s'en va tomber" est consolidée ; elle est encore réparée en 1684. De toute la période allant de la fin du XVe à la fin du XVIIe siècle, il ne paraît subsister que les murs de la nef. En 1726, les voûtes sont exhaussées, probablement par les maçons Jacques Michel et Etienne Anduze de Valréas ; en 1733, un décret du vice-légat du pape ordonne des réparations, qui tarderont à être exécutées, mais c'est sans doute alors qu'est aménagé le choeur à cinq pans (semblable à ceux du Pègue et de Rousset, construits dans le 1er tiers du XVIIIe siècle). Au début du XIXe siècle, l'édifice est en très mauvais état ; on envisage une reconstruction partielle et l'adjonction de deux chapelles, qui ne seront pas effectuées : sur le plan cadastral de 1835, l'église est de plan allongé, dépourvue de chapelles. En 1844-1845, selon le plan et devis dressé par Buix, géomètre à Mirabel, le maçon Jean-Joseph Richaud réalise d'importants travaux. Puis, en 1850 est projetée la construction d'un clocher ; P. Chaix, agent voyer de Grignan, dresse le plan et devis. L'emplacement prévu pour ce clocher ayant changé, celui-ci, avec la construction d'un perron pour accéder à l'église, ne sera édifié qu'en 1862 par Marie-François Gaud, maître maçon de Valréas. Cette même année, une paroissienne fait un legs pour la construction d'une chapelle dédiée à la Vierge, contigue à l'église, qui sera édifiée à droite du choeur ; à gauche lui fait face la chapelle Saint-Joseph, ajoutée à la fin du XIXe siècle. La flèche du clocher, de construction défectueuse, fut rebâtie en pierre de Saint-Restitut en 1879, par Casimir Michel, maçon de Grignan. Le sol du choeur en mosaïque porte la date 1886, ainsi que l'inscription L. URDY DONATEUR. L. CHABAL. CURE. Une dernière restauration de l'église a eu lieu vers 1990.
description L'église, orientée et à chevet plat, est accolée à l'ouest au presbytère ; de plan en croix latine irrégulier, elle comporte deux chapelles latérales de dimensions différentes, l'une au nord, l'autre au sud. Contre son élévation sud sont accolés de petits corps de bâtiment dont la sacristie, et, à l'extrémité orientale, un clocher-porche à flèche carrée couverte en calcaire ; l'église est bâtie en moellons de calcaire partiellement enduits, avec quelques assises en moellons équarris dans l'élévation sud et à la base de l'élévation nord, et flanquée de contreforts en pierre de taille. On remarque dans l'élévation nord une porte latérale murée, couverte d'un arc en plein cintre, à traverse d'imposte et à tympan nu, taille des pierres layée, ou à chevrons et chevrons croisés, et dans l'élévation sud, une baie étroite en plein cintre, à doube ébrasement, avec un petit tympan sculpté d'une palmette. Le toit principal est à longs pans, avec croupe au dessus du chevet, celui de la chapelle droite est à deux pans, ceux de la chapelle gauche et de la sacristie, en appentis ; couverture en tuile creuse, bordée d'une génoîse sur les murs gouttereaux. Le porche latéral, à porte en plein cintre, est voûté d'arêtes. L'intérieur de l'église est constitué d'une nef de trois travées couverte d'un berceau surbaissé et d'une abside polygonale de même hauteur, couverte d'une voussure en plein cintre et de trois quartiers ; des piliers séparent les travées de la nef dont les murs latéraux sont garnis d'arcs formerets en anse de panier. La travée près du choeur, plus étroite que les autres, est percée d'arcs brisés en vis-à-vis sous formerets, qui ouvrent sur les chapelles latérales voûtées d'arêtes, celle de la Vierge à droite, de plan carré, celle de Saint-Joseph, rectangulaire et plus petite, à gauche.
plan plan allongé
étages 1 vaisseau
gros-oeuvre calcaire ; moellon ; enduit partiel
couverture (type) toit à longs pans ; croupe ; toit à deux pans ; appentis ; flèche carrée
couverture (matériau) tuile creuse ; calcaire en couverture
couvrement voûte en berceau en anse-de-panier ; voûte d'arêtes ; voûte à cantons
décor peinture (étudiée dans la base Palissy) ; vitrail ; mosaïque
représentation Vierge ; saint ; ornement géométrique
  Les baies des chapelles sont fermées d'une verrière représentant l'Immaculée Conception dans la chapelle droite, et saint Joseph et l'Enfant Jésus dans la chapelle gauche. La mosaïque du choeur est ornée de motifs géométriques.
typologie Clocher-porche latéral, flèche en maçonnerie
propriété propriété de la commune
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Jourdan Geneviève
référence IA26000184
  © Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes
enquête 1998
date versement 2004/12/17
date mise à jour 2010/04/14
Contact service producteur
service producteur Conseil régional de Rhône-Alpes - Service chargé de l'inventaire
6, Quai Saint-Vincent - 69001 Lyon - 04.72.00.43.70
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-449]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((maître maçon) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0