Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 45

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site église paroissiale Saint-Martin
localisation Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence ; Castellane
aire d'étude Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
lieu-dit Baume (la)
dénomination église paroissiale
parties non étudiées cimetière ; croix de cimetière ; chapelle funéraire
objets mobiliers
époque de construction 4e quart 19e siècle
année 1893
auteur(s) Tourniaire (ingénieur)
historique L'ancienne église de la Baume est attestée par les visites pastorales de Monseigneur Jean Soanen qui à l'occasion de sa visite du 5 mai 1697 précise que toute la voûte de l'église a besoin d'être réparée et blanchie. Il mentionne également l'existence d'une chapelle de Saint Confort attenante à l'église. Les visites de 1707 confirment le mauvais état de l'édifice. Bien que des réparations soient effectuées en 1775, l'édification d'une nouvelle église a dû être décidée car le sieur Laurensi bénit lui-même un nouvel édifice en 1805 alors qu'il est très âgé. En 1859, puis en 1870, l'église est déclarée en bon état et la visite pastorale du 10 avril 1870 précise que la sacristie est en train d'être réparée. Dès 1879 pourtant, l'église menace ruine et en 1884 sa reconstruction est décidée sur un nouvel emplacement. Un plan est dressé par l'ingénieur Tourniaire le 17 septembre 1884. Le 2 février 1888, Adrien Simon, maître maçon à Thorame-Basse et adjudicataire, s'engage donc à exécuter les travaux de construction d'une église au hameau de la Baume, s'élevant à la somme de 11 500 francs, conformément aux conditions du devis. Mais en 1889, l'ingénieur Tourniaire avise sur la question de l'emplacement pour la nouvelle église dont les travaux avaient été abandonnés car la fouille pour les fondations avait révélé un sol instable. Tourniaire confirme que le meilleur emplacement demeure celui de l'ancienne église. Le 10 juin 1888, le conseil municipal décide que la nouvelle église sera construite à l'emplacement de l'ancienne, sa place garantissant seule une stabilité. En 1890 la nouvelle église est en construction et le 13 mai 1893 elle est achevée.
L'actuel cimetière de la Baume est contemporain de l'édification de l'église qui fut bénite par le sieur Laurensi. En 1833, le curé Fabry, prêtre de la succursale de la Baume alerte le maire de Castellane sur l'état de l'enclos du cimetière qui est en si mauvais état que les bêtes peuvent facilement y pénétrer. Les murailles ne sont en effet pas suffisamment hautes. Il précise que le cimetière ne possède pas de croix.
description L'église est située un peu en avant du hameau sur un terrain en légère pente, en contre-haut de la route D 402. Des marches donnent accès à la terrasse aménagée devant l'édifice. L'église présente un plan rectangulaire orienté nord-sud à abside circulaire. Il se compose d'une nef à deux travées avec voûtes d'arêtes, rythmées par des doubleaux avec pilastres à impostes saillantes, d'une abside en voûte d'arêtes et d'une sacristie côté est. Trois contreforts de chaque côté de la nef et deux au niveau de l'abside jouent le rôle de décharge. Une ouverture rectangulaire est percée sous le toit, au niveau de l'abside. Les murs de l'église sont en moellons à mortier, recouvert d'un enduit partiel au ciment. Des pierres de taille grossièrement équarries sont utilisées pour les chaînages d'angles ainsi que pour les contreforts dont la partie haute est légèrement débordante. L'édifice est couvert d'un toit à longs pans en tuiles creuses avec double rangée de génoise. La façade en pignon, orientée vers le sud, s'organise autour d'un axe central comprenant une porte à deux vantaux en bois résineux peint, une baie jumelée en plein cintre, un oculus et un clocher-mur, rythmé par deux bandeaux horizontaux en pierre de taille, à double baie en plein cintre abritant chacune une cloche, couvert par un toit à deux pans en tuile creuse. L'accès à la porte d'entrée s'effectue par quatre marches en pierre calcaire. L'encadrement de la porte en plein cintre est en pierre calcaire taillée avec pilastres à impostes saillantes. Une succession de pierres taillées en quart de rond forme un entablement. L'intérieur de l'église est éclairé par la baie jumelée et l'oculus de la façade sud, par deux baies en plein cintre de chaque côté de la nef et par trois baies également en plein cintre, dans le choeur. Les murs sont enduits au plâtre, peint en bleu ciel en partie basse. Le sol présente un pavement en carreaux de ciment en alternance blancs et noirs. Une marche marque l'entrée du choeur dans lequel une porte donne accès à la sacristie. Le cimetière est attenant à l'église, côté est. Il est clos par un muret en maçonnerie de moellons calcaires recevant un enduit rustique. On y accède par une porte métallique à double vantaux. Le cimetière est constitué de deux allées orientées nord-sud, les tombes étant organisées perpendiculairement à ces deux allées. Les tombes les plus anciennes sont pourvues de stèles en calcaire, parfois décorées de modénatures. Une tombe possède un enclos en ferronnerie et deux tombes sont pourvues de stèles en béton moulé. Les croix des stèles sont en fonte moulée ou en pierre. Une chapelle funéraire privée se trouve du côté nord ; elle appartient à la famille E. Collomp. Les élévations de cette chapelle sont en briques couvertes d'un enduit au ciment. Son soubassement est orné d'un décor en béton moulé ; le toit en bâtière est couvert en plomb goudronné. A côté de cette chapelle, se trouve un caveau familial possédant un mur en maçonnerie et une verrière, fermé par un enclos en ferronnerie. La croix du cimetière est placée en son centre. Elle est constituée d'un fût cylindrique en béton sur lequel est scellée une croix en fonte moulée (170 cm de hauteur).
plan plan allongé
élévation élévation à travées
étages 1 vaisseau
gros-oeuvre calcaire ; moellon ; brique ; enduit partiel (ciment)
couverture (type) toit à longs pans
couverture (matériau) tuile creuse
couvrement voûte d'arêtes
dimensions l = 1400 ; la = 665
propriété propriété de la commune
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Papin-Drastik Ivonne
référence IA04001136
  © Inventaire général, Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
enquête 2008
date versement 2008/12/04
date mise à jour 2011/07/22
service producteur Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel
Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-500] [501-600] [601-700] [701-800] [801-900] [901-1000] [1001-1100] [1101-1200] [1201-1300] [1301-1400] [1401-1500] [1501-1600] [1601-1700] [1701-1800] [1801-1900] [1901-2000] [2001-2100] [2101-2200] [2201-2300] [2301-2362]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((ingénieur) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0