Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 10

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Quartier de cavalerie
localisation Picardie ; Aisne ; Guise
aire d'étude Guise
adresse place Lesur
destinations successives marché ; salle des fêtes
dénomination quartier de cavalerie
parties non étudiées écurie
époque de construction 2e quart 18e siècle
siècle détail 19e siècle ; 20e siècle
année 1748
auteur(s) Révérend (ingénieur) ; Hamel Joseph (entrepreneur)
historique Un devis de 1748 rédigé par Révérend, ingénieur du roi, et agréé par Charles-Blaise Méliand, intendant de la généralité de Soissons, en 1748 (Laon, Archives départementales de l'Aisne, Guise EE 6) présente le projet et les plans du quartier de cavalerie devant être construit sur une place appartenant à la ville. L'ensemble comprend une écurie de cent vingt chevaux, long bâtiment d'un seul niveau avec comble, flanqué de deux pavillons à deux travées sur deux niveaux pour loger trente cavaliers (seul le pavillon sud semble avoir été construit). L'entrée, formant un avant-corps central sur la façade sur l'actuelle rue de l'Abreuvoir, ouvrait sur un vaste passage transversal menant à la cour arrière, où d'autres corps bâtiments étaient prévus, mais n'ont jamais été construits. Le projet est assez proche des modèles de casernes de cavalerie mis au point par l'ingénieur Mazin à la suite de l'ordonnance du 26 septembre 1719 sur la construction de casernes dans chaque ville de garnison qui, s'ils n'ont pas eu de suite, n'ont pas été sans influence sur la castramétation du 18e siècle. Un mémoire de 1770 (même source) présente un projet de manège en plein air pour la caserne de Guise devant être occupée par les deux escadrons d'un régiment de dragons. Il ne sera pas réalisé lui non plus. En 1784, on apprend que la construction (agrandissement ou poursuite du projet d'origine) du bâtiment des casernes, commencée, est abandonnée faute de crédit, et qu'il n'abrite cent dix chevaux et vingt cavaliers. Cependant, en 1787 sont publiés trois projets de reconstruction du "corps d'écurie du roi", demeurés sans suite : le plus ambitieux prévoit l'aménagement d'une vaste caserne en U fermée par une grille, avec deux ailes en retour, établie pour partie extra-muros sur le Prés du Mayor (emplacement de l'actuelle place Lesur). La caserne est utilisée par la cavalerie jusqu'au milieu du 19e siècle, avant d'être utilisée à partir de 1866 comme magasin pour le Service des lits militaires. Le bâtiment est transformé en halle à la fin du 19e ou au début du 20e siècle, et sert aujourd'hui de salle des fêtes.
description Le long bâtiment de brique est ponctué sur sa façade principale de baies cintrées, aujourd'hui partiellement murées par le revêtement de dalles de pierre polie. La façade arrière est aveugle, à l'exception de la porte centrale qui a conservé son appareil en relief. La couverture est à longs pans, celui de l'avant se prolongeant pour former auvent.
plan plan rectangulaire symétrique
élévation élévation ordonnancée
étages étage de soubassement ; en rez-de-chaussée surélevé ; comble à surcroît
gros-oeuvre brique ; plaquis
couverture (type) toit à longs pans ; pignon couvert
couverture (matériau) ardoise
état remanié
propriété propriété de la commune
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Fournis Frédéric
référence IA02000804
  © Inventaire général
enquête 1999
date versement 2002/01/10
Contact service producteur
service producteur Conseil régional de Picardie - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
88, rue Gaulthier de Rumilly 80000 Amiens - 03.22.97.16.57
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-500] [501-600] [601-700] [701-800] [801-900] [901-1000] [1001-1100] [1101-1200] [1201-1300] [1301-1400] [1401-1500] [1501-1600] [1601-1700] [1701-1800] [1801-1900] [1901-2000] [2001-2100] [2101-2200] [2201-2300] [2301-2362]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((ingénieur) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0