Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 17

  Label XXe
édifice / site collège mixte du Vigan ; cité scolaire André Chamson
localisation Languedoc-Roussillon ; Gard ; Le Vigan
adresse 1 boulevard Pasteur
dénomination collège
époque de construction 3e quart 20e siècle
année 1953 ; 1957
auteur(s) Chabanne Ernest-Ferdinand (architecte) ; Pierredon Maurice-Louis (architecte) ; Brener Noor-Zadé (sculpteur) ; Arnaud Louis (sculpteur) ; Hilaire Camille (peintre)
historique Le collège mixte du Vigan, actuellement cité scolaire André-Chamson, a été édifié sur un très beau site boisé que les architectes se sont efforcés de conserver. Construit en 1953, les embellissements au titre du 1 % sont commandés en 1956 et réalisés en 1957, date à laquelle le collège paraît dans un numéro spécial sur l'architecture scolaire de la revue nationale, L'Architecture française. Dans les Cévennes, où les déplacements sont encore peu faciles, il s'agit de mettre à disposition des élèves un important internat mixte, conçu pour 180 externes, 180 internes et 65 demi-pensionnaires. Le programme est exécuté en trois bâtiments, très dispersés sur le vaste site: l'externat-administration (salles de cours et bureaux), gymnase-chaufferie, internat mixte avec une aile pour les garçons et une aile pour les filles. Ernest-Ferdinand Chabanne (1917-2002), diplômé en 1939 de l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, inscrit à l'ordre des architectes à Nîmes en 1945, a surtout travaillé dans le Sud de la France, essentiellement pour la commande publique (écoles, IUT à partir des années 1970, universités, instituts médicaux-éducatifs, HLM, immeubles administratifs, etc...). Spécialisé dans les bâtiments scolaires, en collaboration avec René Egger pour les facultés des sciences de Montpellier et Rangueil à Toulouse ou ici en collaboration avec Pierredon (collège du Vigan et groupe scolaire de Saint-Gilles), il avait déjà construit l'école maternelle du Vigan en 1948, et de très nombreux groupes scolaires à Nîmes. Maurice-Louis Pierredon (1907-1977), originaire de la région, est architecte d'opération. On peut signaler de lui le centre culturel de Bessèges très proche par son style de l'architecture du lycée. Dans les années 1990, le lycée connaît un agrandissement important, occupant les espaces libres sur le même site. La création d'un bâtiment à l'arrière du bâtiment de l'externat, détruit une partie des bureaux, puis un bâtiment est construit orthogonalement; surmontant en partie le bâtiment existant, avec une partie centrale, sur pilotis, servant de préau, ancrée au milieu de la façade de l'externat. Un restaurant scolaire, un nouveau gymnase et dans les années 2010, un bâtiment destiné à la section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) ont été ajoutés. L'internat fonctionne toujours pour 26 filles et 16 garçons, dans des chambres collectives de 3 à 4 lits, les anciens dortoirs ayant disparu. Les transformations ont finalement peu affecté le gymnase et l'internat, seul l'externat est modifié, cependant, sur le plan architectural, la cohérence d'ensemble est toujours forte.
description Situé à l'ouest de la Promenade des Châtaigniers, grand espace vert au nord du centre ville, le collège est bien visible depuis l'extérieur, simplement séparé par un muret bas surmonté d'un grillage. Le bâtiment le plus frappant le long du boulevard est un bâtiment indépendant, de forme rectangulaire, le gymnase (aujourd'hui auditorium) avec chaufferie en sous-sol semi-enterré. L'entrée de ce bâtiment se fait côté cour, au sud, par un podium en parement de maçonnerie de pierre et un portique de six pilastres obliques surmonté d'un auvent en béton ; quatre grandes portes vitrées et ornées de fer forgé occupent toute la hauteur du portique. La cheminée de la chaufferie, détachée de la structure à l'angle ouest et formant une sorte de clocher, sert de repère et de signal, à la fois pour la ville et pour les élèves, à l'entrée du site. Côté ouest, le motif du portique se répète, avec trois portes plus basses et plus étroites ; il est également percé de deux portes et de fenêtres côté nord : le gymnase nécessite d'être bien éclairé et bien aéré. Le 1% artistique met en valeur ce bâtiment sur le boulevard : une frise en bronze sculptée par Noor-Zadé Brener (artiste parisienne née en 1922, ancienne élève de Zadkine) montre une farandole de filles et de garçons en plein exercice, avec ballons et cerceaux (1957). Le hall d'accueil de l'externat des élèves (qui n'est plus utilisé aujourd'hui) est souligné par le dispositif de portique à pilastres obliques côté rue, on y accède par quelques marches. Il est surmonté d'une horloge et a reçu un traitement particulier pour l'éclairage : le toit à quatre pentes est en partie couvert par une verrière. Par ailleurs, une frise de claustras carrés sur le mur latéral amène également de la lumière et une animation sur le mur extérieur. A droite du hall, une aile de deux étages pour l'administration, avec un attique en retrait, à gauche une aile basse et étroite fait office de pavillon d'entrée. A l'arrière se développe le bâtiment des classes, orientées au sud, le couloir se situant à l'arrière, côté nord. Il fait deux étages et sept travées de trois fenêtres accolées, encadrées par les mêmes pilastres englobant les deux niveaux. A l'arrière du pavillon d'accueil, un patio fermé par une balustrade basse en fer forgé permettait d'accéder directement depuis la cour au bâtiment administratif. Le patio est orné, au titre du 1% artistique, d'une statue de Louis Arnaud représentant Isis prêtresse de Diane, en pierre de Brouzet (1957). Le hall est décoré de 9 panneaux peints par Camille Hilaire sur le thèmes "Paysages cévenoles". A l'autre extrémité, formant un T, des pavillons de même hauteur que le bâtiment des classes ou plus bas, terminé pour le plus bas en rotonde, dans un jeu de volumes étagés. Le bâtiment de l'internat, complètement détaché, est symétrique. Il présente deux ailes de part et d'autre d'un pavillon central encadré de deux courtes ailes orthogonales comportant les deux cages d'escalier, le tout légèrement courbe. Au rez-de-chaussée, de grandes fenêtres carrées sont encadrées par de discrets pilastres. Les fenêtres carrées, détachées ou en bandeau sous des encadrements en saillie, les fenêtres en longueur des cages d'escalier, les bandeaux en saillie forment une modénature subtile qui souligne les volumes longs et hauts. L'ensemble, peint en blanc, uniforme, évoque un grand hôtel dans une ville de villégiature. Les toitures basses et en léger retrait sont invisibles depuis le sol, ce qui renforce la modernité des bâtiments par l'aspect toit-terrasse, qui, dans le cas du bâtiment du gymnase, donne des perspectives intéressantes parce que de loin, le portique d'entrée se trouve ainsi surmonté d'une petit fronton triangulaire ; on trouve dans cette architecture des références à l'architecture classique (temple du savoir, temple de l'apprentissage). Mais il n'est pas anodin dans le programme que ce soit le gymnase qui soit le point central, référence à l'éducation antique, sans do ute volonté de souligner l'importance du sport dans l'éducation moderne. Autre référence explicite, l'architecture protestante des temples dans cette région cévenole. Tous les bâtiments comportent une ossature et une structure en béton armé, des remplissages en moellons ou en béton banché. La couverture est en tuiles canal sur toit à croupe, sur charpente métallique. Les trois bâtiments forment un ensemble d'une architecture à la fois simple et monumentale, jouant sur les volumes, les perspectives, la symétrie, avec un dessin des façades subtilement animées grâce au léger relief des ressauts des encadrements et des bandeaux. Le langage architectural est à la fois classique (symétrie, pavillons, régularité, portiques, signaux urbains) et moderne par les matériaux (béton armé) et certains motifs comme le pseudo toit-terrasse ou les claustras.
propriété propriété publique
type d'étude label patrimoine du XXe siècle
date labellisation 2015/12/29 : label Patrimoine du XXe siècle
rédacteur(s) Clier Josette ; François Michèle ; Marciano Florence
référence EA30000029
  © Monuments historiques
enquête 2015
date versement 2016/02/11
 
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-500] [501-600] [601-700] [701-800] [801-900] [901-1000] [1001-1100] [1101-1200] [1201-1300] [1301-1400] [1401-1500] [1501-1600] [1601-1700] [1701-1800] [1801-1900] [1901-2000] [2001-2100] [2101-2200] [2201-2300] [2301-2400] [2401-2500] [2501-2600] [2601-2700] [2701-2800] [2801-2900] [2901-3000] [3001-3100] [3101-3200] [3201-3300] [3301-3400] [3401-3500] [3501-3600] [3601-3700] [3701-3800] [3801-3900] [3901-4000] [4001-4100] [4101-4200] [4201-4300] [4301-4400] [4401-4500] [4501-4600] [4601-4700] [4701-4800] [4801-4900] [4901-5000] [5001-5100] [5101-5200] [5201-5300] [5301-5400] [5401-5500] [5501-5600] [5601-5700] [5701-5800] [5801-5900] [5901-6000] [6001-6100] [6101-6200] [6201-6300] [6301-6400] [6401-6500] [6501-6600] [6601-6700] [6701-6800] [6801-6900] [6901-7000] [7001-7100] [7101-7200] [7201-7300] [7301-7400] [7401-7500] [7501-7600] [7601-7700] [7701-7800] [7801-7900] [7901-8000] [8001-8100] [8101-8200] [8201-8300] [8301-8400] [8401-8500] [8501-8600] [8601-8700] [8701-8800] [8801-8900] [8901-9000] [9001-9100] [9101-9200] [9201-9300] [9301-9400] [9401-9500] [9501-9600] [9601-9700] [9701-9800] [9801-9900] [9901-10000] [10001-10100] [10101-10200] [10201-10300] [10301-10400] [10401-10500] [10501-10600] [10601-10700] [10701-10800] [10801-10900] [10901-11000] [11001-11100] [11101-11200] [11201-11300] [11301-11400] [11401-11500] [11501-11600] [11601-11700] [11701-11800] [11801-11900] [11901-12000] [12001-12100] [12101-12200] [12201-12300] [12301-12400] [12401-12500] [12501-12600] [12601-12700] [12701-12800] [12801-12900] [12901-13000] [13001-13100] [13101-13200] [13201-13300] [13301-13400] [13401-13500] [13501-13600] [13601-13700] [13701-13800] [13801-13900] [13901-14000] [14001-14100] [14101-14200] [14201-14300] [14301-14400] [14401-14500] [14501-14600] [14601-14700] [14701-14800] [14801-14900] [14901-15000] [15001-15100] [15101-15200] [15201-15300] [15301-15400] [15401-15500] [15501-15600] [15601-15700] [15701-15800] [15801-15900] [15901-16000] [16001-16100] [16101-16200] [16201-16300] [16301-16400] [16401-16500] [16501-16600] [16601-16700] [16701-16800] [16801-16900] [16901-17000] [17001-17100] [17101-17200] [17201-17300] [17301-17400] [17401-17500] [17501-17600] [17601-17700] [17701-17800] [17801-17900] [17901-18000] [18001-18100] [18101-18200] [18201-18300] [18301-18400] [18401-18500] [18501-18600] [18601-18700] [18701-18800] [18801-18900] [18901-19000] [19001-19100] [19101-19200] [19201-19300] [19301-19400] [19401-19500] [19501-19600] [19601-19700] [19701-19800] [19801-19900] [19901-20000] [20001-20100] [20101-20200] [20201-20300] [20301-20400] [20401-20500] [20501-20600] [20601-20700] [20701-20800] [20801-20900] [20901-21000] [21001-21100] [21101-21200] [21201-21300] [21301-21400] [21401-21500] [21501-21600] [21601-21700] [21701-21800] [21801-21900] [21901-22000] [22001-22100] [22101-22200] [22201-22300] [22301-22400] [22401-22500] [22501-22600] [22601-22700] [22701-22727]

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

Requête ((architecte) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0