Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 3

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site usine de construction aéronautique (usine de moteurs d'avions) dite Société des moteurs Gnome, puis Société des moteurs Gnome et Rhône, actuellement SNECMA (Société Nationale d'Etudes et de Construction de Moteurs d'Aviation)
localisation Ile-de-France ; Hauts-de-Seine ; Gennevilliers
aire d'étude Gennevilliers
adresse 291 avenue d'Argenteuil
hydrographie Seine (la)
dénomination usine de construction aéronautique
parties non étudiées grosse forge ; rue ; voie ferrée ; laboratoire ; bureau d'entreprise ; local du comité d'entreprise ; atelier de fabrication ; transformateur (abri)
éléments remarquables machine de production
objets mobiliers
époque de construction 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle
année 1895 ; 1916 ; 1951
auteur(s) Granet André (architecte) ; Perret Auguste (architecte)
historique En 1895, Louis Seguin crée un petit atelier au Petit-Gennevilliers où il fabrique des moteurs à pétrole à usage industriel, notamment un moteur monocylindre construit sous licence Gnome de la firme allemande Oberursel Motoren. En 1905, Louis Seguin fonde avec son frère Laurent la Société des moteurs Gnome : mise au point du moteur rotatif. En 1915, il absorbe la Société des moteurs Le Rhône et devient la Société des moteurs Gnome et Rhône jusqu'en 1945 où elle prend le nom de Société Nationale d'Etude et de Construction de Moteurs d'Aviation. Au cours des années 1930 et 1940, la société fabrique également des motos. Les premières constructions importantes : forges fonderies de bronze et 2e fusion atelier J, au lieu-dit : l'Ile-au-Drap sont effectués par l'architecte André Granet en 1916. Agrandissement en 1920 (ateliers d'emboutissage forgeage dépôt de liquide inflammable fonderie de métaux autres que le plomb) constructions d'ateliers d'essais en 1928. Destruction d'une grande partie de l'usine au cours des bombardements de 1942. Reconstruction entre 1945 et 1948. Reconstructions en 1951 et 1952 par Auguste Perret : ateliers de fonderie d'aluminium, sous-station électrique (transformateur) bâtiment administratif. En 1972 : 1381 employés dont 1228 hommes et 153 femmes.
description Site industriel desservi par une voie navigable ; bâtiments d'Auguste Perret en structure de béton à remplissage de brique enduite, charpente métallique et tuile mécanique ; bâtiment administratif avec travées en pavés de verre et couvert en terrasse. Surface du site en m2 : 142000
élévation élévation à travées
gros-oeuvre brique ; pan de fer ; béton ; verre
couverture (type) terrasse ; toit à longs pans ; lanterneau ; shed
couverture (matériau) tuile mécanique ; verre en couverture ; matériau synthétique en couverture
propriété propriété privée
type d'étude repérage du patrimoine industriel
rédacteur(s) Jantzen Hélène
référence IA92000096
  © Inventaire général
enquête 1994
date versement 1997/11/20
date mise à jour 2011/07/26
dossier en ligne
Contact service producteur
service producteur Conseil régional d'Ile-De-France - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel
115, rue du Bac 75007 Paris - 01.53.85.59.93
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1 2 3 4 5 6 7 8 9

Requête ((ILE DE FRANCE) :LOCA,PLOC,INSEE ET (('19E S.') :SCLX,DATE ET ((SHED) :COUV ET (('$EMPTY$') :ETAT ))))
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0