Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site école professionnelle dite école nationale des métiers du bâtiment (EMB) puis lycée des métiers du bâtiment (LMB)
localisation Limousin ; Creuse ; Felletin
aire d'étude Felletin (commune)
lieu-dit les Granges
adresse route d'Aubusson
dénomination école professionnelle
parties non étudiées piscine ; stade ; gymnase ; bureau d'entreprise ; atelier ; château d'eau ; court de tennis ; internat
époque de construction 2e quart 20e siècle
année 1947 ; 1952
auteur(s) Paquet Jean-Pierre (architecte) ; Villemain P. (architecte)
historique L'école professionnelle, spécialisée dans les métiers du bâtiment, est inaugurée en centre ville, en 1911. Rapidement exiguë, elle est agrandie à plusieurs reprises. Dès les années 1940, une délocalisation et de nouveaux espaces sont nécessaires. La chambre d'apprentissage de la maçonnerie et du béton armé, la mairie de Felletin et le ministère de l'Instruction publique, partenaires dans ce projet, décident de construire en surplomb de la ville, sur un terrain de 20 hectares, au lieu-dit les Granges, un grand complexe scolaire. Plusieurs projets de Jean-Pierre Paquet (architecte) se succèdent ; le premier d'entre eux, datant de 1944, est co-signé avec P. Villemain. L'idée directrice est ambitieuse : créer ex-nihilo une ville dans la ville. En effet, voulu comme une communauté presque autarcique, le complexe envisagé voit la concomitance des structures d'apprentissage théorique et pratique, des lieux de résidence et de loisir des élèves, du personnel enseignant comme du directeur, le tout inscrit dans un parc arboré. En dépit de sa réalisation partielle, le lycée des métiers du bâtiment témoigne tout de même de l'éthique voulue par J-P. Paquet, celle d'une recherche d'harmonie physique, intellectuelle et sociale inspirée par les plus grands projets modernistes. L'originalité de ce projet réside également dans sa mise en oeuvre, car la construction du complexe est assurée presque totalement par les élèves eux-mêmes, dans le cadre de travaux pratiques d'apprentissage. Malgré son caractère progressif, cette construction respecte les préceptes comme les motifs architecturaux initiés par l'architecte dès 1944. Le premier permis de construire est délivré en 1947, il concerne trois rangs d'ateliers. Le bâtiment des classes, construit en plusieurs tranches, est édifié entre 1949 et 1952. C'est à cette date que l'administration déménage de son implantation en ville vers le site des Granges, ce dernier est alors officiellement inauguré. Les travaux se poursuivent, ceux du logement du directeur (résidant précédemment dans l'ancien presbytère) sont initiés dès 1953. La construction de la cantine, des internats et d'autres ateliers suivent. Entre 1954 et 1966, l'effectif des élèves passe de 340 à 960. Le lycée ne cesse donc de s'agrandir. Les terrassements nécessaires à la construction de la piscine commencent en 1957, elle est surmontée ensuite d'un gymnase en 1961. Le bureau des travaux est quant à lui édifié en 1972, le centre d'apprentissage professionnel en 1977. Un nouvel internat est disponible dès 1975, le foyer, dernier élément du grand projet initial, est réalisé entre 1986 et 1993. Ce complexe scolaire, appelé jusqu'alors Ecole nationale des métiers du bâtiment (EMB) , devient le 1er janvier 1998 le Lycée des métiers du bâtiment (LMB). Sa gestion technique dépend ainsi de la région. A l'origine, l'établissement était destiné à former des travailleurs du bâtiment, principalement des maçons, avec obtention d'un CAP, il est aujourd'hui apte à former des élèves dans six filières (génie civil, gros oeuvre, charpenterie menuiserie bois, taille de pierre, métal aluminium PVC verre, finition et aménagements) du BEP au BTS et propose de plus un panel de formations pour adultes dans le Centre d'apprentissage pour apprentis. Accueillant les étudiants exclusivement en internat, cette école compte aujourd'hui environ 300 élèves.
description Cette école s'étend sur un terrain de 20 hectares situé à flanc de colline, exposé à l'est et au sud et bordé, dans sa partie basse, par la route d'Aubusson. Les différents bâtiments s'organisent autour de la colline, que surplombe un château d'eau. L'entrée sur le complexe scolaire se fait par une voie privée accessible depuis la route d'Aubusson et située en face de la route menant à la ferme des Granges. Au sud de cette voie se situe l'ensemble des bâtiments de l'enseignement pratique : dans la partie la plus basse du terrain, quatre ateliers en rez-de-chaussée couverts d'un toit à un pan présentant une position légèrement curviligne et abritant plusieurs activités (taille de pierre, charpente et bois, génie civil...) , à proximité de la voie d'accès deux bâtiments plus récents, sortes de grands hangars, accueillent les ateliers de la construction métallique et de la menuiserie. Entre ces deux lots d'ateliers se situe un bâtiment à deux niveaux appelé "bureau des travaux", il coordonne les activités pratiques. Rehaussé de couleurs vives, il marque par sa façade en abside, ses fenêtres rectangulaires alignées et son toit terrasse. Au nord de la voie privée d'accès, s'étendent le stade, le gymnase et le bâtiment principal appelé bâtiment des classes. Ce dernier, construit sur 4 niveaux, est couvert d'un haut toit à plusieurs pans sous lequel s'épanouit une imposante charpente en bois. De plan très allongé et légèrement curviligne, il est scandé par des pavillons d'angle et des tours rectangulaires d'escaliers en hors-oeuvre. Il abrite les espaces administratifs, les classes d'enseignement théorique, la bibliothèque et le préau (en partie fermé depuis peu). Les façades sont animées par des oppositions de formes géométriques rectangulaires vides (fenêtres) et pleines (plaques d'aggloméré) , séparées horizontalement par des bandeaux saillants en béton. Le gymnase se développe sur deux niveaux, la partie inférieure dévolue à la piscine et à son bassin de 25 mètres, la partie supérieure aux sports d'équipe ou à la gymnastique. L'important espace dégagé par la charpente métallique du bâtiment donne un aspect presque religieux, à l'image d'une voûte de cathédrale. A l'extrême ouest du site, se situent plusieurs autres bâtiments : logement du directeur, foyer, internat, résidence universitaire, centre d'apprentissage, restaurant. Ils témoignent tous du respect des caractéristiques architecturales visibles sur tout le site : mur en béton ou en granite avec parfois placage d'aggloméré, fenêtres rectangulaires aux appuis marqués, lignes horizontales prononcées par des bandeaux saillants, hautes toitures scandées de lucarnes rectangulaires ou triangulaires, percées de lumières par des cercles de verres enchâssés dans des dalles de béton, motifs architecturaux empruntés à l'architecture castrale médiévale... La cantine, dénaturée par sa récente transformation en self ultra moderne, est implantée dans un bâtiment semi-circulaire. La rangée de fenêtres, comme les hublots d'un paquebot, cadre un paysage lumineux et harmonieux, la ville de Felletin et le plateau de Millevaches. Elle replace ainsi le site dans son environnement.
étages 4 étages carrés
escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, escalier tournant à retours avec jour
gros-oeuvre béton ; granite
couverture (type) terrasse ; croupe ; toit à longs pans
couverture (matériau) tuile plate
propriété propriété publique
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Celer Françoise ; Lazaj Jehanne
référence IA23000332
  © Inventaire général ; © Ville de Felletin
enquête 2002
date versement 2005/12/19
date mise à jour 2016/07/01
crédits photo Rivière, P. - © Inventaire général, ADAGP
 
dossier en ligne
Contact service producteur
service producteur Région Limousin - Service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel
27 boulevard de la Corderie 87031 Limoges Cedex - 05 87 21 20 95 ou 05 87 21 20 90
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((IA23000332) :REF )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0