Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Laiterie et fromagerie industrielles de la vallée de la Seudre
localisation Poitou-Charentes ; Charente-Maritime ; Champagnolles
aire d'étude Charente-Maritime
lieu-dit Baracot
dénomination laiterie industrielle ; fromagerie industrielle
parties non étudiées atelier de fabrication ; chaufferie ; cheminée d'usine ; bureau d'entreprise ; logement patronal ; atelier de réparation ; porcherie ; château d'eau
époque de construction 1er quart 20e siècle
auteur(s) Coutry (entrepreneur) ; Buet-Pérocheau (entrepreneur)
historique Laiterie créée durant le 1er quart du 20e siècle, sous le nom de Laiterie de la vallée de la Seudre, par M. Morineaud, dans un bâtiment de ferme semble-t-il. L'atelier de pasteurisation, la chaufferie et la caséinerie sont bâtis dans les années 1930 par l'entreprise Coutry de Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime). Le gendre de M. Morineaud, M. Laneluc, qui s'occupe de plusieurs autres laiteries des environs de Bordeaux, lui succède dans les années 1960. Des porcheries sont annexées à la laiterie dès sa création. Deux chaudières, l'une à bouilleur horizontal et l'autre à bouilleur vertical, fournissent la vapeur à l'établissement. Une machine à vapeur Alfa-Laval, encore en place, entraîne toutes les machines. Deux moteurs électriques sont installés lorsque la laiterie est électrifiée dans les années 1920. On y fabrique du beurre, de la caséine, un peu de fromage entre 1950 et 1960, et de la poudre de lait selon le procédé Hatmacker pour l'alimentation animale. De nouvelles porcheries sont édifiées dans les années 1950. La laiterie cesse de fonctionner en 1978, par manque de lait, lorsque les agriculteurs des environs se tournent vers la culture du maïs. Les bâtiments ont été convertis en ferme. La cheminée, construite par Buet-Pérocheau de Nantes, a été arasée.
Environ 30 personnes y travaillaient.
description Tous les bâtiments de la laiterie sont en moellon enduit, à charpente en bois et toit en tuile mécanique, à l'exception du logement patronal en pierre de taille et toit à croupes en tuile creuse. Comme lui, l'ancien bâtiment de ferme, transformé en beurrerie, possède un comble à surcroît. La cheminée circulaire en brique faisait à l'origine 18 m de haut environ. Les porcheries des années 1950 sont en parpaing de béton, couvertes en tuile mécanique et ciment amiante.
étages en rez-de-chaussée ; comble à surcroît
gros-oeuvre calcaire ; moellon ; enduit ; pierre de taille ; béton ; parpaing de béton
couverture (type) toit à longs pans ; pignon couvert
couverture (matériau) tuile creuse ; tuile mécanique ; ciment amiante en couverture
couvrement charpente en bois apparente
décor ferronnerie
représentation monogramme
  La porte d'entrée du logement patronal est ornée de ferronnerie formant le monogramme ML (pour Morineaud et ?)
état établissement industriel désaffecté
propriété propriété privée
type d'étude patrimoine industriel
rédacteur(s) Pouvreau Pascale
référence IA17000438
  © Inventaire général
enquête 1999
date versement 2000/08/30
date mise à jour 2011/10/17
crédits photo Dagorn, Alain - © Inventaire général, ADAGP
 
Contact service producteur
service producteur Conseil régional de Poitou-Charentes - Service chargé de l'inventaire
102, Grand'Rue - BP 553 86020 Poitiers Cedex - 05.49.36.30.30
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((IA17000438) :REF )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0