Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 7

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Maison
localisation Pays de la Loire ; Maine-et-Loire ; Angers
aire d'étude Angers intra-muros
lieu-dit Centre-ville (quartier)
adresse 7 rue de l'Oisellerie
dénomination maison
parties non étudiées cour ; boutique
éléments remarquables sous-sol ; élévation ; pan de bois ; escalier
époque de construction 13e siècle (?) ; 2e quart 16e siècle ; 17e siècle (?) ; 18e siècle (?)
siècle détail 1ère moitié 18e siècle
année 1532
auteur(s) maître d'oeuvre inconnu
historique Maison construite dans la 1ère moitié du 16e siècle : une datation des pans de bois de la façade par dendrochronologie effectuée en 1993 la situe vers 1532. Le sous-sol, plus ancien, pourrait remonter au 13e siècle. L'escalier est reconstruit au 17e ou 18e siècle. Au premier étage, la pièce sur rue conserve les traces d'une cheminée de la 1ère moitié du 18e siècle. Le balcon correspond également à un aménagement de cette période. Les figures sculptées de la façade ont été très restaurées vers 1900, notamment celles du premier étage, largement bûchées auparavant : l'homme au poignard pourrait n'être qu'une invention. Le saint Michel ou saint Georges semble plus assuré. L'édifice est entièrement restauré en 1993 sous la direction de Pierre Prunet, architecte des Monuments historiques : de nombreuses pièces de bois furent remplacées et les sculptures du rez-de-chaussée, fileuse et musicien, sont des créations de cette dernière campagne, de même, la reprise des figures du premier étage. Ces travaux ont par ailleurs révélé des traces de polychromie, rouge sur les poteaux corniers et la sablière du rez-de-chaussée, bleu sur les engoulants de ce même niveau.
description Maison à deux corps de logis en profondeur, reliés sur cour par un escalier-galerie en charpente, à cage ouverte, à jour à quatre noyaux et rampe à balustres. Le corps d'habitation sur rue est à deux étages carrés et deux étages de comble : ces derniers s'inscrivent dans des lucarnes monumentales faisant figure de pignon, mais les long pans prennent cependant appui sur des murs gouttereaux, sur rue et sur cour. Le corps postérieur est à trois étages carrés et un étage de comble, sous un toit à longs pans et appentis latéraux reliés par des noues. Les élévations sur rue et sur cour, ainsi qu'une partie de l'élévation latérale droite sont en pan de bois, le reste des murs sont en schiste. Sur la rue, la façade à une travée comprend un rare hourdis en tuffeau, et un décor sculpté. La cave, sous la partie postérieure, présente plusieurs voûtes en berceau plein-cintre.
étages sous-sol ; 2 étages carrés ; 2 étages de comble
escaliers escalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, cage ouverte, en charpente
gros-oeuvre bois ; pan de bois ; tuffeau ; enduit partiel ; essentage d'ardoise ; schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille
couverture (type) toit à longs pans ; pignon couvert ; appentis ; noue
couverture (matériau) ardoise
décor sculpture ; peinture ; ferronnerie
représentation ange ; homme ; soldat ; musicien ; femme ; colonne ; torsade ; coquille ; engoulant ; ornement à forme architecturale ; arabesque
  La façade sur rue porte un riche décor sculpté. Au rez-de-chaussée, sur des bases ornées de fleurs de lys, les poteaux corniers, qui conservaient la trace d'une teinte monochrome rouge et de fleurs de lys buchées, représentent de gauche à droite, deux figures totalement neuves : une fileuse et un joueur de cornemuse, en pied. Au premier étage, un petit homme accroupi de dos et un ange agenouillé à écu (dont le décor peint a disparu) sont surmontés d'une haute base associant un arc trilobé et coquille Saint-Jacques, et de colonnes torsadées enrichies de rosaces : sur celles-ci prennent place les deux figures principales en pied, inscrites dans des niches à coquille : à gauche, peut-être un saint Michel ou saint Georges terrassant le dragon (soldat en armure, muni d'un bouclier et d'une arme blanche, écrasant une bête) et à droite, un homme (bourgeois ou marchand) en manteau et en position de se poignarder. Des engoulants (crocodiles) peints en bleu flanquent les sablières du rez-de-chaussée et du premier étage. Un décor de torsades ou d'écailles animent les poteaux d'angle et d'huisserie du deuxième étage, dénué de personnages. Des arcs en accolade couronnant les jours supérieurs de la boutique ornent la sablière de la boutique. Des arabesques composent le motif du balcon en fer forgé.
typologie Maison marchande des XVe-XVIe siècles : façade en pan de bois, structure savante (type A1a).
propriété propriété privée
protection MH 1962/02/14 : classé MH partiellement
  Façades sur rue et sur cour ; ensemble des couvertures ; escalier sur cour (cad. H2 1342) : classement par arrêté du 14 février 1962.
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Letellier-d'Espinose Dominique ; Biguet Olivier
référence IA49001007
  © Région Pays de la Loire - Inventaire général ; © Ville d'Angers
enquête 1979
date versement 2009/11/25
date mise à jour 2010/11/09
crédits photo Giraud, P. - © Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
 
Contact service producteur
service producteur Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70
autre dossier dossier de protection
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19

Requête ((cornemuse) :TOUT )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0