Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 471

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Château
localisation Centre ; Indre-et-Loire ; Crissay-sur-Manse
aire d'étude Île-Bouchard (L')
lieu-dit bourg (le)
dénomination château
parties non étudiées cour ; souterrain ; chapelle ; galerie ; communs ; fossé ; tour
éléments remarquables salle
époque de construction 1er quart 15e siècle ; 4e quart 15e siècle ; 1ère moitié 16e siècle
année 1308 ; 1350 ; 1408 ; 1496 ; 1507
auteur(s) maître d'oeuvre inconnu
historique La présence d'un édifice fortifié antérieur à la guerre de Cents Ans est probable bien qu'il soit impossible d'en donner les tracés exacts compte tenu des bouleversements du site. Au 12e siècle, la famille Turpin, originaire du Vendômois, entre en possession du fief de Crissé qu'elle conservera jusqu'en 1632. C'est vraisemblablement à Guillaume Turpin qu'il faut attribuer la construction d'un premier édifice défensif sur le site du château au début du 13e siècle, à l'ouest du logis actuel, entre la tour à pans coupés et la tour d'escalier circulaire sud-ouest. Un linteau en bois dans le souterrain a été daté de 1308 (datation par dendrochronologie). Les plus anciens bâtiments conservés se situent dans la partie nord du site et datent de 1350 (datation par dendrochronologie). Il s'agit de deux corps de bâtiment perpendiculaires couverts en appentis. Dans l'aile ouest, au sud, le mur médiéval a été modifié à la fin du 16e siècle avec la création de travées dont les baies sont restées inachevées et par l'ajout d'une tour d'escalier sur plan carré. D'autres modifications eurent lieu au 18e siècle (baies). Ces bâtiments ont été déclassés en communs, appellation qu'ils ont conservée de nos jours. Le logis neuf, situé en contrebas du précédent, est inachevé et a connu plusieurs changements de parti. Deux principales phases de construction ont été établies par l'analyse dendrochronologique : l'une démarre vers 1408-1411 avec la construction du logis proprement dit, épaulé d'un corps de bâtiment au sud-ouest parfois appelé à tord "donjon", et d'une tour carrée au sud-est, reliés ultérieurement par un bâtiment couvert en appentis, aujourd'hui disparu. Le seconde phase de travaux est due à Jacques Turpin qui fait reconstruire la façade nord du logis vers 1496 et aménager grande salle. Un prolongement à l'est était prévu mais les travaux sont restés inachevés. De cette époque date également la construction du bâtiment couvert en appentis, jouxtant au sud la grande salle. Vers 1507 fut construite la galerie voûtée d'ogives qui reliait le logis au mur d'enceinte ouest. Au nord du logis, la chapelle date de 1507-1510. Le corps de logis a été déclassé en ferme au 17e siècle et la chapelle transformée en grange. L'interruption des travaux au cours du 16e siècle a figé le château dans cet état confus. A ce jour, aucun plan ni compte de construction n'a été retrouvé.
description L'austère bâtiment en moellons qui ferme le site au nord est percé d'une porte en arc brisé précédée à l'origine d'un pont-levis qui surplombait un profond fossé creusé dans le tufeau, destiné à protéger le site au nord. De ce fossé partent plusieurs galeries d'extraction. De part et d'autre de la porte s'élevaient deux tours semi-circulaires dont subsistent les arrachements. Le logis est construit en pierre de taille sur un soubassement en pierre dure. Au sud-ouest, se tient une tour d'escalier circulaire. Un corps de bâtiment détruit y était accolé et joignait une tour carrée au sud-est ; il en reste deux pans de murs perpendiculaires où l'on voit les arcs formerets d'une voûte d'ogives. La salle qu'elle couvrait comportait une cheminée. Au nord, la façade du logis montre une légère modification d'orientation vers l'est. A l'est du corps de logis, trois cheminées n'ayant jamais servi montrent la prolongation prévue du bâtiment de ce côté. En retrait se dresse une tour d'escalier hors oeuvre abritant un escalier en vis en maçonnerie, qui dessert la grande salle, les latrines et le comble. La grande salle, dont les murs sont peints en rouge "sang de boeuf", a conservé ses menuiseries d'origine. Au plafond, les poutres en chêne soutiennent des solives posées sur l'arête entre lesquelles viennent se placer des entrevous en tufeau. La charpente du logis est à chevrons-formant-fermes.
étages 2 étages carrés
escaliers escalier intérieur : escalier en vis, en maçonnerie
gros-oeuvre pierre de taille ; tuffeau
couverture (type) toit à longs pans ; croupe ; appentis
couverture (matériau) ardoise
décor sculpture ; peinture
représentation ornement à forme architecturale ; losange
  Au mur est, une imposante cheminée à manteau droit est surmontée d'une frise sculptée et peinte, en grande partie bûchée. Deux tours placées aux extrémités surplombent une enceinte crénelée. Entre les tours s'étire une frise de losanges, armes des Turpins, reliés par des rubans. Un décor analogue est sculpté sur une cheminée ruinée qui appartenait au bâtiment en appentis situé au sud de la grande salle.
propriété propriété privée
protection MH 1995/09/07 : inscrit MH
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Toulier Christine ; Lainé Martine
référence IA37000437
  © Région Centre - Inventaire général
enquête 1991
date versement 2008/12/12
date mise à jour 2015/10/27
crédits photo Hermanowicz, Mariusz - © Région Centre - Inventaire général, ADAGP
 
dossier en ligne
Contact service producteur
service producteur Conseil régional du Centre - Service chargé de l'inventaire
6, rue de la Manufacture 45000 Orléans - 02.38.78.85.21
autre dossier dossier de protection
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
[1-100] [101-200] [201-300] [301-400] [401-500] [501-600] [601-700] [701-800] [801-900] [901-1000] [1001-1100] [1101-1200] [1201-1300] [1301-1400] [1401-1500] [1501-1571]

401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500

Requête ((37) :DPT ET ((OUI) :DOSURLP ))
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0