Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site manoir Elizabelar, actuellement maison
localisation Aquitaine ; Pyrénées-Atlantiques ; Iholdy
aire d'étude Iholdy
destinations successives maison
dénomination manoir
époque de construction 4e quart 17e siècle
siècle détail 16e siècle ; 20e siècle
année 1680
auteur(s) maître d'oeuvre inconnu
historique La mention la plus ancienne de la maison noble Elizabelar remonte à 1397. À cette date, Toan est seigneur d'"Eliçabellar". Le document provient des Archives de Navarre, conservées à Pampelune. La fondation de l'édifice remonte donc au moins au 14e siècle. La maison noble "Eliçabelarrea" est citée en 1515-1520, puis 1536. Le seigneur d'Elizabelar figure dans les actes notariés d'avant 1670 parmi les gens se qualifiant de nobles. Les quatre échauguettes sur l'angle possèdent chacune un culot figuré représentant un visage. La coiffe de la figure ouest est caractéristique du 16e siècle. Ce dispositif est antérieur à la restauration de 1680, date portée sur la porte principale au sud-est. À cette occasion, les ouvertures sont refaites et des croisées non moulurées sont percées. Seule une fenêtre au nord, antérieure à la restauration, est chanfreinée. De même, la rampe de l'escalier dans-oeuvre date du 17e siècle ; le limon quant à lui est plus ancien.
description La maison noble, de plan rectangulaire, est orientée nord-ouest/sud-est. Chaque angle est pourvu d'une échauguette dont le culot figuré représente un visage. L'édifice est flanqué en élévation postérieure nord-ouest d'une tourelle montant de fond, hors-oeuvre, de plan semi-circulaire, abritant des latrines au premier étage. Le corps principal est surmonté d'un toit à croupe, les échauguettes de toits coniques en tuiles plates, la tourelle d'un appentis. L'élévation antérieure sud-est est ordonnancée. La porte est sommée d'un fronton triangulaire brisé. Les croisées sont majoritaires. Avant restauration, l'appareil des murs des échauguettes était en briquettes plates rouges. La porte principale, au sud-est, permet d'accéder à l'ezkaratz où se trouve un escalier tournant à retours en charpente, desservant l'étage carré. Les cloisons sont en pan de bois et remplissage torchis ou pierre. Chaque pièce est ou était équipée d'une cheminée, notamment la cuisine au sud-ouest, en rez-de-chaussée. Les échauguettes sont accessibles depuis le comble.
élévation élévation ordonnancée
étages 1 étage carré
escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, en charpente
gros-oeuvre grès ; calcaire ; brique creuse ; moellon ; moyen appareil ; enduit partiel
couverture (type) toit à longs pans ; croupe ; appentis ; toit conique
couverture (matériau) tuile creuse ; tuile plate
état restauré
propriété propriété privée
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Pécheux Barbara
référence IA64000764
  © Inventaire général ; © Conseil général des Pyrénées-Atlantiques
enquête 2000
date versement 2004/05/18
date mise à jour 2004/12/03
crédits photo Chabot, Bernard - © Inventaire général, ADAGP
 
Contact service producteur
service producteur Conseil régional d'Aquitaine - Service chargé de l'inventaire
54, rue Magendie 33077 Bordeaux Cedex - 05.57.95.02.02
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((IA64000764) :REF )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0