Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site Château de Lagarde
localisation Aquitaine ; Lot-et-Garonne ; Grateloup
aire d'étude Castelmoron-sur-Lot
lieu-dit Lagarde
dénomination château
parties non étudiées logement ; écurie ; pigeonnier ; fontaine ; ferme ; moulin
époque de construction 2e quart 17e siècle ; 3e quart 19e siècle
siècle détail 4e quart 19e siècle
année 1630
auteur(s) maître d'oeuvre inconnu
historique En 1624, Jacques de Bruet, appartenant à une famille protestante et ancien gouverneur de Tonneins-Dessus, obtient l'autorisation de construire une maison noble dans le village de Lagarde. Le logis et les communs sont probablement achevés en 1630, d'après une inscription figurant sur une fontaine à une centaine de mètres à l'est (AU MOIS DE DECEMBRE MILLE/SIX CENS TRANTE NOBLE/JACQUES DE BRUET ESCUYER/SEIGN (eur) DE LAGARDE A FAIT/BASTIR CES FONTAINES). En possession de la famille de Grossolles de Flamarens depuis 1722, le château est acheté après la Révolution par M. de Gelas ; l'aile nord, non figurée sur le cadastre de 1832, était alors probablement ruinée. Selon une note conservée dans des archives privées, il est ensuite acheté en 1847 par le négociant bordelais Martin Flouch, qui fait entreprendre une campagne de restauration en 1852-1853 sous la direction de A. Lamothe.
La métairie avec grange-étable au sud-est, présente sur le cadastre napoléonien, est complétée en 1876 par un chai et un cuvier. Au sud-est, le moulin sur le ruisseau du Rose a été restauré à la fin du 19e siècle.
description Le château occupe une terrasse en bas de pente, sur le versant sud d'un coteau descendant vers le Rose. Un fossé isole les bâtiments organisés sur une cour fermée, accessible à l'est par un corps de passage sommairement fortifié coiffé d'un toit à l'impériale. De part et d'autre, les communs comprenant logement, remise et écurie flanqués de corps pavillonnaires (pigeonniers) sur les angles, sont reliés au logis par un mur autrefois crénelé. Bâti en brique, en rez-de-chaussée surélevé sur un niveau de soubassement, il est formé d'un corps central de 3 travées simple en profondeur, encadré symétriquement par 2 ailes peu saillantes en retours d'équerre. Les toits à croupes sont couvert de tuiles plates.
La fontaine est précédée d'un réservoir enterré voûté en berceau plein-cintre, s'écoulant dans un bassin. Les parties agricoles en moellon, le moulin en brique, sont couverts de tuiles creuses.
élévation élévation ordonnancée
étages rez-de-chaussée surélevé ; 1 étage carré
escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
gros-oeuvre brique ; enduit partiel ; moellon
couverture (type) toit à longs pans ; croupe ; toit en pavillon ; toit à l'impériale
couverture (matériau) tuile plate ; tuile creuse
couvrement voûte en berceau plein-cintre
état restauré
propriété propriété privée
protection MH 1996/12/23 : inscrit MH partiellement
type d'étude inventaire topographique
rédacteur(s) Beschi Alain
référence IA47001721
  © Inventaire général
enquête 1999
date versement 2001/12/13
date mise à jour 2006/06/26
dossier en ligne
Contact service producteur
autre dossier dossier de protection
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((IA47001721) :REF )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0