Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Monuments historiques
édifice / site Grands magasins de la Samaritaine
localisation Ile-de-France ; Paris ; Paris 1er Arrondissement
adresse 19 rue de la Monnaie ; 34 rue de l'Arbre-Sec ; 67 rue de Rivoli ; 1 rue du Pont-Neuf
dénomination magasin de commerce
éléments protégés MH élévation ; décor extérieur
époque de construction 2e moitié 19e siècle ; 1ère moitié 20e siècle
année 1870 ; 1885 ; 1905 ; 1926 ; 1930
auteur(s) Jourdain Frantz (architecte) ; Sauvage Henri (architecte) ; Jourdain Francis (décorateur) ; Grasset Eugène (peintre) ; Schenk Edouard (ferronnier) ; Bigot Alexandre (céramiste)
personnalité(s) Cognacq Ernest (commanditaire) ; Jay Marie-Louise (commanditaire)
historique Le magasin est fondé en 1870, quand Ernest Cognacq prend à bail une petite portion d'un bâtiment à usage commercial ; puis, il achète la maison, et, par étages, le bâtiment qui lui fait face, rue de la Monnaie. Il engage en 1885 l'architecte Franz Jourdain pour réaménager le bâtiment original, et commence en même temps à améliorer l'extérieur du bâtiment. En 1904, il dresse un plan directeur pour l'agrandissement de la Samaritaine. C'est encore Jourdain qui se charge de ces nouveaux bâtiments. Entre 1905 et 1910, il construit le bâtiment n°2 en acier, adoptant une technique radicalement différente de celle de la maçonnerie ; Cognacq, en effet, avait demandé le maximum d'espace construit dans un minimum de temps et pour un minimum d'argent. La flamboyante décoration extérieure, dans l'esprit de l'Art Nouveau, est réalisée par le décorateur Francis Jourdain (fils de l'architecte) , le peintre Eugène Grasset (dessinateur de l'enseigne du magasin) , le ferronnier Edouard Schenck et le céramiste Alexandre Bigot. Malheureusement, les Parisiens n'aiment pas la Samaritaine de 1905, en particulier la décoration Art Nouveau. En 1925, Cognacq est autorisé à construire un nouveau bâtiment. Le chantier débute, avec Jourdain et Sauvage, en janvier 1926 et est achevé en septembre 1928, après de nombreuses modifications par rapport au projet initial. A la demande de la Préfecture, la charpente en acier est habillée d'une pierre de couleur crème. Le magasin n° 3, un édifice de dix étages sur la parcelle délimitée par les rues de Rivoli, du Pont-Neuf et Boucher, est construit par Jourdain de 1930 à 1933. La Samaritaine s'étend sur quatre pâtés de maisons ; on note les traitements très variés des façades, allant de la création contemporaine très hardie à la simple consolidation de façades d'immeubles haussmaniens rachetés petit à petit. L'aménagement intérieur subsiste surtout dans le magasin 2, avec sa verrière, ses larges escaliers, ses garde-corps dessinés par Jourdain et ses coloris caractéristiques - bleu vif, vert et orange.
décor céramique ; peinture ; ferronnerie
propriété propriété d'une société privée
protection MH 1990/07/25 : inscrit MH
  Magasin n° 2 ; façades et toitures du magasin n° 3 (cad. 01 : 01 AK 31, 38) : inscription par arrêté du 25 juillet 1990
site protégé liste du patrimoine mondial ; site inscrit
visite ouvert au public
type d'étude recensement immeubles MH
documentation MAP
référence PA00086005
  © Monuments historiques, 1992
date versement 1993/06/24
date mise à jour 2014/01/17
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((Schenk Edouard) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=3 Génériques=0