Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site château fort, château de Vallery
localisation Bourgogne ; Yonne ; Vallery
aire d'étude Chéroy
adresse place des Condé
dénomination château fort ; château
parties étudiées jardin d'agrément
parties non étudiées douves ; ouvrage d'entrée ; communs ; logis ; colombier
partie(s) étudiée(s)
éléments remarquables élévation ; portique ; voûte
époque de construction 13e siècle ; milieu 16e siècle
siècle détail 15e siècle ; 18e siècle (?) ; 19e siècle
auteur(s) Lescot Pierre (architecte)
personnalité(s) Saint-André Jacques d'Albon, seigneur de, maréchal de France (commanditaire)
Condé Louis de Bourbon, prince de (commanditaire)
historique Du château fort construit au 13e siècle, subsistent des vestiges du mur d'enceinte flanqué de tours et l'ouvrage d'entrée remanié au 15e siècle. Il est acheté le 16 avril 1548 par un des principaux favoris de Henri II, Jacques d'Albon, seigneur de Saint-André, Maréchal de France et Premier gentilhomme de la chambre du roi. Sa reconstruction est entreprise à partir de 1548, vraisemblablement par Pierre Lescot, seigneur de Clagny, architecte du roi, auteur attesté des jardins du château et de l'hôtel parisien du commanditaire : marchés complémentaires de maèonnerie le 18 avril 1555, de charpenterie le 26 juin 1559, fourniture de brique le 21 février 1556. La construction comprend un corps de logis au sud, un pavillon d'angle au sud-ouest et un corps de galerie sur portique à l'ouest. Les travaux sont interrompus par la mort du roi en 1559, puis celle du maréchal en 1562. En 1564, sa veuve abandonne la propriété à Louis de Bourbon, prince de Condé qui décore les plafonds des salles de l'aile sud (marché du 5 novembre 1566). Après 1682, date des dessins de Sengre (à Chantilly) l'aile sud est démolie et le portique fermé. En 1747, Elisabeth de Condé vend le château à Jacques Cordier de Launay, seigneur de la Verrière. Dans le premier quart du 19e siècle, Charles-Michel Cordier démolit la partie nord de l'aile ouest, dérase la galerie, détruit le dernier étage carré et les combles du pavillon d'angle et rétablit des toits plus bas et complète les façades par des pastiches. De nombreuses modifications des intérieurs, dont le cloisonnement de la galerie, interviennent dans la seconde moitié du 19e siècle. Dans la basse-cour, les vestiges de communs comprennent un colombier ruiné du 16e siècle ? et, au sud, un ancien logis médiéval sans doute reconstruit au 18e siècle et très remanié, qui conserve une porte du 15e siècle.
description Le château inachevé se composait de deux corps en équerre avec un sous-sol, un étage carré et un étage de comble éclairé par des lucarnes (détruites) à élévations ordonnancées. La façade sur douves du corps ouest est en moellons grossiers de calcaire et de silex. L'avant-corps, aujourd'hui à l'extrémité gauche, mais prévu pour occuper le centre de l'aile, contenait un passage d'entrée muré dès le 16e siècle (dessin de Du Cerceau). La face interne de l'aile est en brique et pierre et son portique en pierre de taille. Le portique qui ouvrait sur la cour par cinq arcades aujourd'hui garnies de fenêtres, est couvert d'une voûte en berceau à lunettes. Le pavillon d'angle, en brique et pierre, présentait un deuxième étage carré et un étage de comble, couvert d'un haut toit en pavillon à lucarnes (détruit). Le logis de la basse-cour, couvert d'un comble brisé en tuile, est en moellons, l'ouvrage d'entrée en pierre de taille.
plan plan régulier
élévation élévation ordonnancée
étages sous-sol ; 1 étage carré ; étage en surcroît ; étage de comble
escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
gros-oeuvre calcaire ; silex ; moellon ; appareil mixte ; enduit ; brique ; brique et pierre ; pierre de taille ; bossage
couverture (type) toit en pavillon ; toit à longs pans ; toit à longs pans brisés
couverture (matériau) ardoise ; tuile plate
couvrement voûte en berceau
décor sculpture
représentation ordre toscan ; mascaron ; fronton ; volute
  Les ouvertures sont surmontées, selon les façades, les niveaux et les corps de bâtiment, de frontons cintrés, triangulaires ou d'entablement rectilignes. Les fenêtres sur douves sont garnies de bossages de même que les chaînes d'angle. Les élévations sur cour, plus riches, sont ornés de frises de volutes sculptées et d'incrustations de marbre. La façade du portique présente des pilastres géminés d'ordre toscan séparant des arcades en plein cintre aux mascarons sculptés de têtes de faunes et faunesses. Les écoinçons sont ornés de disques de marbres de couleurs variées. L'ordre toscan à pilastres géminés ordonne aussi l'espace intérieur du portique.
état restauré
propriété propriété privée
protection MH 1911/04/04 : classé MH partiellement
  ouvrage d'entrée, logis avec pavillon et galerie : classement par arrêté du 4 avril 1911
type d'étude opération ponctuelle
rédacteur(s) Brigitte Fromaget ; Monique Chatenet
référence IA89000346
  © Inventaire général
enquête 2000
date versement 2001/10/08
date mise à jour 2001/12/31
crédits photo Duthu, J.-L. - © Inventaire général
 
Contact service producteur
service producteur Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire
17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55
autre dossier dossier de protection
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((IA89000346) :REF )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0