Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 34
Domaine

sciences - techniques ; hygiène - médecine - santé

Dénomination

roue

Appellation

roue de Wimshurst

Auteur/exécutant

WIMSHURST James (inventeur) ; REVOL (fabricant)

Précision auteur/exécutant

WIMSHURST : 1832 ; 1903.Physicien britannique. Il est le créateur en 1883 de la machine électrostatique à influence qui porte son nom : la machine de Wimshurst. Il a par ailleurs montré la possibilité de disperser et de réfléchir les rayons X. (source : machine-wimshurst.e-monsite.com)

Période création/exécution

4e quart 19e siècle

Millésime création/exécution

1883 achevé en

Historique

grande série

Matériaux/techniques

ébonite ; verre ; papier ; pinceau ; métal ; bois

Description

plateaux : ébonite ; bouteilles de Leyde : verre ; intérieur des bouteilles : papier métallisé ; bouteilles de Leyde ; poulie ; tiges ; pinceaux ; axes : métal ; socle et montants : bois ; La machine de Wimshurst fabriqué par Revol, se compose de deux plateaux verticaux coaxiaux en ébonite d'un diamètre de 26 cm, comportant sur leurs faces extérieures des bandes d'étain collées à intervalles réguliers suivant des rayons. Une manivelle et des courroies, dont l'une est croisée, permettent de faire tourner les plateaux en sens contraires, autour d'un axe en métal maintenu par deux montants en bois fixés sur le socle. Devant les disques, à environ 40 degrés par rapport à l'horizontale, sont fixés deux conducteurs, nommés porte-balais, pourvus à chaque extrémité de deux pinceaux métalliques, aussi appelés balais à friction, qui touchent les languettes d'étain lorsqu'elles tournent. Le même système, avec seulement un balai à chaque extrémité, est fixé au dos de la machine suivant un axe nord-est/sud-ouest. Deux tiges mobiles, en métal, terminées par des boules et munies de poignées d'ébonite constituent les deux pôles de la machine ; ce système est aussi baptisé l'éclateur. Des connections métalliques relient chacun des pôles à une bouteille de Leyde, communiquant l'une et l'autre par un système de deux bras métalliques ajustables, et ralliées à la terre. Il faut tourner la manivelle pour que les pôles soient chargés d'électricités différentes. Si les tiges mobiles sont rapprochées, en agissant sur les poignées d'ébonite, il jaillit des étincelles entre les deux boules appelées boutons de décharge. Si les deux bouteilles de Leyde sont reliées grâce au pont métallique ajustable, elles servent alors de condensateur et emmagasinent les différentes charges de part et d'autre.

Dimensions

L. 17 cm ; H. 37 cm ; l. 32 cm ; D. 26 cm ; VOLUM. 0,0196

Inscriptions

marque de modèle ; marque de fabricant ; inscription concernant le lieu de provenance

Précision inscriptions

Appareils laboratoires ; REVOL ; Lyon

Utilisation/destination

production d'électricité ; radiologie

Précision utilisation/destination

Entraînement manuel, production d'étincelles, 35mm. Cette roue de Wimshurst était destinée à l'étude de l'électricité statique et il est possible qu'elle ait appartenu à un laboratoire de physique. Dans les premières années qui ont suivi la découverte des rayons X, les radiologues ne disposaient en effet pas de générateurs adaptés pour alimenter les tubes à rayons X en haute tension : ils ont donc utilisé des instruments de physique plus anciens comme des roues électrostatiques pour pallier ce manque. Dans les premiers ensembles de radiologie constitués dès 1896, on pouvait ainsi trouver une roue de Wimshurst pour alimenter un tube de Crookes. Après diverses améliorations (plusieurs disques) elle fut utilisée jusqu'en 1920; elle pouvait délivrer plusieurs dizaines de kilovolts. ll s'agit ici d'un petit modèle de laboratoire muni d'un éclateur Puis, ces machines ont été abandonnées en radiologie au profit d'instruments plus performants comme les bobines de Ruhmkorff ou de Rochefort.

Lieu de conservation

Lyon ; musée des Hospices civils de Lyon

Statut juridique

propriété de l'établissement public ; don ; Lyon ; musée des Hospices civils de Lyon

Date acquisition

20/12/2002

Anciennes appartenances

RENAUD Albert ; ASSOCIATION AMARANTHINE ; Collection Albert Renaud

Numéro d'inventaire

2007.0.8057.M ; PATSTEC.HCL.RENAUD.0016 ; 404 (Inventaire Albert Renaud) ; 6203 (Inventaire Renaud-Tran Minh)

Exposition

Exposition "Histoire de rayons X", Grand Dôme de l'Hôtel Dieu de Lyon, du 15 septembre au 31 octobre 2005 ; Exposition photo à partir du 8 janvier 2013 par Michel BREYSSE, Groupement Hospitalier EST, Responsable Service Audiovisuel et Multimédia, 59, Bd Pinel, 69677 BRON Cedex, Tél. 04.27.85.50.32 ou 39 26 32 DECT

Rédacteur

ROUSSET-BEAUMESNIL Chantal ; PIOTROVITCH D'ORLIK Sergueï ; LUITAUD Maxime ; DEROLEZ Séverine ; VOIRON Clémence

Copyright notice

© Lyon, Musée des HCL - GHE, 2012, © Service des musées de France, 2015

Crédits photographiques

© Roxane Poudenas & Léo Lespets

 

Renseignements sur le musée

 

M1039008060

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3752 


Requête :   ((pinceau) :TECH )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0