Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 29
Domaine

estampe

Titre

La déploration du Christ

Auteur/exécutant

BALDUNG Grien Hans (graveur)

Précision auteur/exécutant

BALDUNG : Schwäbisch Gmünd, 1484 ; Strasbourg, 1545

Ecole

Allemagne

Période création/exécution

1er quart 16e siècle

Millésime création/exécution

1515 ; 1517

Historique

Le thème de la Déploration du Christ ne relève pas des Evangiles, mais a très tôt été intégré aux représentations de la Passion, dont il constitue l'un des thèmes les plus illustrés, notamment chez Dürer. Ainsi, la Déploration de 1507, appartenant à la "Passion sur cuivre" (B. 14), a été gravée après le retour du 2e voyage en Italie, et a vraisemblablement constitué l'une des sources d'inspiration de Baldung. La scène, en effet, se déroule également sur fond de ciel clair, dans un paysage ouvert, et le Christ mort, contrairement à la présentation traditionnelle du corps, parallèle à l'image, apparaît face au spectateur selon un raccourci audacieux, dont le modèle le plus génial est sans conteste le Christ mort (vers 1475) d'Andrea Mantegna (1431 - 1506), conservé à la Pinacothèque de la Brera à Milan (Tempera sur toile ; 68 x 81 cm, inv. Gen. 205). Dans l'une et l'autre Déploration, l'échelle appuyée contre le tronc d'arbre figurant la croix définit la limite spatiale de la scène, en même temps qu'elle en indique le moment : celui qui suit immédiatement la déposition. Les analogies s'arrêtent là. Baldung, au premier plan, dispose bien en vue les instruments de la Passion, tels les clous destinés à maintenir Jésus sur la croix et placés à côté des pieds transpercés, ainsi que l'attribut de Marie-Madeleine, le vase d'onguents destinés à oindre le corps du Christ après sa mort. La mise en perspective du Christ rend le visage méconnaissable ; seule la marque des clous dans les mains et les pieds et la blessure due aux coups de lance du centurion Longinus dans le flanc droit permettent de l'identifier. La représentation évoque une grande agitation : bien qu'unis dans le deuil, chacun des participants exprime différemment sa souffrance face à la perte du Christ. La Mère, les mains jointes, se penche au-dessus de la tête de son fils pour prendre congé de lui, tandis que Marie-Madeleine, le regard hagard prenant le spectateur à témoin de son affliction, lève les bras à l'instar de "L'Homme de douleur" de Dürer (vers 1500, B. 20). Jean, plus introverti, pleure courbé sur sa douleur, en adoptant une attitude à l'opposé de celle de Marie-Madeleine. Les divergences de position des têtes par rapport aux personnages, toujours vus à mi-corps, peuvent donner l'impression d'une distribution quelque peu anarchique entre le positionnement du corps et le mouvement de la tête. Les croix des malfaiteurs, à l'arrière-plan, renforcent par leur dissymétrie le désarroi et la panique dont a été saisie Marie-Madeleine et qui se reflètent jusque dans sa chevelure foisonnante. En fait, ce sont précisément tous ces raccourcis qui, dans un minimum d'espace, donnent à voir le drame le plus bouleversant de l'humanité. (Anny Claire Haus) ; voir aussi : La Déploration du Christ 77.004.0.12

Matériaux/techniques

papier vergé (filigrané)

Description

gravure sur bois

Dimensions

Hauteur de l'oeuvre en cm 21.9 ; Largeur de l'oeuvre en cm 15.4 ; Hauteur de la feuille en cm 22.3 ; Largeur de la feuille en cm 15.7

Inscriptions

monogramme ; tampon ; inscription

Précision inscriptions

monogramme, Devant, en bas à droite : HBG ; tampon du musée, Derrière : marque circulaire : KUPFERSTICH SAMMLUNG STRASSBURG. ; inscription manuscrite : au crayon : B. n° 5 ; Filigrane : " lettre P ", in Briquet 1907, tome III, n° 8827.

Sujet représenté

scène biblique (Déploration, Christ mort, Vierge : prière, sainte Madeleine, saint Jean : douleur, Instrument de la Passion, clou, pot, échelle)

Lieu de conservation

Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; ancien fonds ; Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins

Date acquisition

date d'acquisition inconnue

Numéro d'inventaire

77.006.0.27 ; 77.R.2009.0086 (N° récolement)

Exposition

STRASBOURG, Attraits subtils, 2007-2008 (Palais Rohan, galerie Heitz)

Bibliographie

cat. expo STRASBOURG, Attraits subtils, 2008 (p. 148-149)
cat. expo FRIBOURG, Hans Baldung Grien, 2001-2002 (Saskia Durian-Ress et Sybille Bock, p. 128-129, n° 14, ill.)
MENDE, Matthias, Hans Baldung Grien, 1978 (n°40)
BRIQUET C. M., Les Filigranes, 1907 (tome III, n° 8827 ;)
MEYER J., Allgemeines Künstler-Lexikon, 3 vol., Leipzig, 1872-1885 (T.II, n°14)
Adam BARTSCH, Le Peintre graveur, Leipzig, 1866-1876 20, in 12° (T.VII n°5)

Copyright notice

© Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins, © Service des musées de France, 2013

Crédits photographiques

© BERTOLA

 

Renseignements sur le musée

 

00130068097

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1712 


Requête :   ((filigrané) :TECH )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0