Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1624
Domaine

musique - chant - danse

Dénomination

viole de gambe

Auteur/exécutant

TOLBECQUE Auguste (luthier)

Précision auteur/exécutant

Paris , 1830/03/30 ; Niort, 1919/03/08 ; Marseille (lieu de travail) ; Musicien, chef d'orchestre, luthier, Violoncelliste réputé, luthier, écrivain, auteur d'un manuel de lutherie, il fut aussi un grand collectionneur (ses collections forment le noyau principal du musée instrumental de Bruxelles). Né à Paris dans une famille de musiciens d'origine belge, Auguste Tolbecque mena de front deux carrières. Élève dans la classe de violoncelle de Vaslin au Conservatoire National, il y apprit aussi la composition. Premier prix de violoncelle en 1849, il ne se contenta pas d'être un excellent interprète et s'intéressa très tôt à la lutherie au point qu'il fit son apprentissage de luthier tout en étant étudiant au Conservatoire. C'est chez le luthier C.V. Rambaux dont l'atelier de la rue du Faubourg Poissonnière était situé en face du Conservatoire, qu'il apprit la construction des instruments à cordes. Rambaux avait une grande réputation de luthier mais aussi de restaurateur d'instruments anciens. Tolbecque se souviendra toute sa vie de ce maître auquel il portait grande affection et dont il sut fort bien assimiler les leçons. Il vient à Niort en 1856 pour s'y installer et s'y marier puis entame une brillante carrière de musicien comme violoncelle solo du Grand Théâtre de Marseille et professeur du Conservatoire de cette ville. C'est en 1872 qu'il revient à Paris et entre à la Société des concerts du Conservatoire, période pendant laquelle il se produit aussi dans un quatuor. Luthier très méritoire, doublé d'un érudit, amateur d'art aux goûts éclectiques, il réunit dans sa superbe demeure du Fort-Foucault à Niort, sur une île située en face du Donjon, une très importante collection d'instruments de musique que le musée du Conservatoire de Bruxelles lui acheta en 1879. Il en constitua d'ailleurs une autre ensuite. Parmi les instruments les plus divers qu'il avait réunis, nous citerons les luths et théorbes de la Renaissance italienne ou allemande, les instruments à vent rarissimes de la fin du Moyen Âge, cromornes, cornets...de nombreuses violes de la Renaissance au XVIIIe siècle. Il répara et posséda aussi le fameux componium universel construit par le hollandais Winkel ; cet instrument à tuyaux et mu par une mécanique à cylindres pouvait véritablement composer à l'infini sur un thème musical, sans jamais se répéter. Orgues, épinettes et clavecins des XVIIe-XVIIIe siècles s'entassaient dans son salon rendu exigu par une telle accumulation bien dans le goût des collectionneurs de ce siècle. Il fit oeuvre de pionnier en reconstituant nombre d'instruments du Moyen Âge, de la Renaissance et baroques que l'iconographie des portails d'églises, de nos cathédrales et de nos châteaux lui offraient, ainsi que la peinture ancienne. Le public d'alors eut le plaisir nouveau, ces instruments ayant sombré dans un total oubli, d'entendre sonner rebecs, vièles à archet mais aussi lyrone, baryton et ténor, violes d'amour... Dans son traité " l'Art du Luthier ", il se situe ainsi : " les nécessités de la vie m'ont engagé dans la carrière musicale alors que j'aurais préféré la vie paisible du luthier, élaborant son oeuvre dans le calme de l'atelier aux émotions du soliste sans cesse à la merci d'un moment d'absence souvent irréparable ". " Je m'attachai à la reconstitution d'instruments anciens disparus avec la pensée de composer, par des séries complètes, un ensemble qui ne manquerait pas d'éclairer d'un jour nouveau des points aussi intéressants qu'obscurs de la lutherie ". Ces travaux lui valurent le grand prix de l'exposition de Tours en 1892, puis celui de l'Exposition du Théâtre et de la Musique en 1898. Il publia le fruit de sa longue expérience et de ses recherches dans quatre ouvrages dont le plus important, encore apprécié, reste son " Art du Luthier " publié en 1903 au Fort-Foucauld à Niort, véritable manuel pratique, où les réflexions personnelles et les considérations sur les musiciens, les luthiers et les goûts de ses contemporai ns sont preuve d'une lucidité saisissante, d'un sens critique toujours aigu, d'une ironie parfois sans pitié et d'un savoir sans faille. Bien évidemment, les modifications infligées aux instruments anciens sortis de mains de grands maîtres, tout comme les recoupages, sont pour nous des mutilations barbares qui étaient une pratique courante dans les ateliers de lutherie de l'époque. Parmi ses compositions musicales, nous retiendrons de la musique pour violoncelle, dont un concerto et une opérette en un acte " Après la Valse " dont le livret fut écrit par Henri Clouzot. Cette oeuvre semble avoir reçu un avis favorable à Paris. On sait qu'il prêta volontiers son concours comme interprète ou comme compositeur, lors des fêtes de charité de sa ville dont le succès fut énorme dans les dernières années du siècle. Il organisa aussi de fréquents concerts dans sa demeure et y conviait alors les amateurs de la ville. Passant une grande partie de son temps dans son atelier de musique, le maître, qui était un peu grincheux, passa aux yeux de ses compatriotes, pour un original auquel on vouait une grande admiration mêlée de respect. Pour ses 80 ans, en octobre 1910, ses amis, ses admirateurs et ses élèves lui offrirent un buste de Saint-Saëns, compositeur qu'il semble avoir bien connu. Au-delà des témoignages de presse, c'est par les cartes postales que l'homme et sa demeure nous sont connus. En effet, Clouzot lui-même, tout comme le photographe Max Ménard, éditèrent une importante série de cartes postales montrant le maître à l'ouvrage et ses précieuses collections. Plus tard, en 1922, trois ans après sa mort, une nouvelle série sera éditée en même temps qu'un catalogue, afin d'annoncer la vente de tous ses biens, atelier et collections

Ecole

France

Lieu création / utilisation

Deux-Sèvres : Niort

Période création/exécution

4e quart 19e siècle

Millésime création/exécution

1898

Historique

Cet Instrument a été réalisé d'après la peinture "Sainte-Cécile" du Dominiquin, conservée au musée du Louvre

Matériaux/techniques

vernis, épicéa ; érable ; noyer ; os

Description

Cet instrument a été réalisé d'après la peinture "Sainte-Cécile" du Dominiquin conservée au Louvre et datant du XVIème siècle. L'intérêt de l'instrument réside aussi dans le choix des bois d'une qualité irréprochable, épicéa et érable fortement ondé pour le dos et les éclisses ; table et éclisses sont ornées d'arabesques dans le goût de la Renaissance, des armoiries sont peintes sur la table, les bordures sont filetées à filets simples. Le dos ne présente aucun décor. Le vernis utilisé est jaune orangé, à l'huile. L'instrument en parfait état possède tous ses accessoires d'origine : clés en noyer avec grains en os ou ivoire tourné ; cordier en noyer ; touche à décor de filets et d'arabesques ; chevalet caractéristique de Tolbecque

Dimensions

H. 130,5

Inscriptions

signature ; date

Précision inscriptions

A Tolbecque 1898 (au crayon de bois, à l'intérieur de la caisse)

Utilisation/destination

instrument de musique

Sujet représenté

figure (tête : homme, barbe, jeunesse) ; armoiries

Précision sujet représenté

L'instrument présente une tête d'homme barbu aux yeux de sulfure, sculptée et formant la tête de l'instrument. La physionomie laisserait penser qu'il pourrait s'agir d'un portrait d'Auguste Tolbecque relativement jeune

Lieu de conservation

Niort ; musée Bernard d'Agesci

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; achat avec participation du FRAM ; Niort ; conservation des musées de Niort

Date acquisition

2001/01

Numéro d'inventaire

001.2.1

Commentaires

Cet objet est mis à la disposition de la Communauté d'Agglomération de Niort par la Ville de Niort

Bibliographie

Gendron Christian ; Auguste Tolbecque, luthier et musicien ; Niort ; 1997 ; Musées de Niort

Rédacteur

Fabienne Texier, 11.07.2007

Copyright notice

© musées de la Communauté d'Agglomération de Niort, © direction des musées de France, 2007

Crédits photographiques

© Berthrand Renaud ; musées de la Communauté d'Agglomération de Niort

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

Site associé

Site associé

 

M0841002179

Notices :  

1601   1602   1603   1604   1605   1606   1607   1608   1609   1610   1611   1612   1613   1614   1615   1616   1617   1618   1619   1620   1621   1622   1623   1624   1625   1626   1627   1628   1629   1630   1631   1632   1633   1634   1635   1636   1637   1638   1639   1640   1641   1642   1643   1644   1645   1646   1647   1648   1649   1650   1651   1652   1653   1654   1655   1656   1657   1658   1659   1660   1661   1662   1663   1664   1665   1666   1667   1668   1669   1670   1671   1672   1673   1674   1675   1676   1677   1678   1679   1680   1681   1682   1683   1684   1685   1686   1687   1688   1689   1690   1691   1692   1693   1694   1695   1696   1697   1698   1699   1700  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5100  5101-5139 


Requête :   ((barbe) :REPR )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0