Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 610
Domaine

peinture ; Asie

Appellation

gouache chinoise

Titre

Mandarin du troisième ordre

Période création/exécution

1ère moitié 19e siècle

Historique

Au début des années 1780, les Chinois utilisèrent du papier occidental pour la plupart de leurs peintures destinées au marché d'exportation. Les filigranes des papiers anglais ou américain (comme le filigrane " J. Whatman " retrouvé sur les oeuvres conservées à Dobrée) ont permis d'établir une datation assez précise des peintures. L'autre type de papier utilisé à partir de 1800 ou 1810 était le " pith paper " improprement appelé " papier de riz ". Ce papier là était fabriqué à partir de la moelle d'un arbre : l'Aralia papyrifera ou Aralia à papier. Le " pith paper " ou " papier en moelle d'Aralia " (en français) était un support très fragile et celui du XIXe siècle qui est parvenu jusqu'à nous est en général déchiré ou craqué

Matériaux/techniques

papier de Chine, papier en moelle d'aralia, gouache

Dimensions

Largeur en cm 37 ; Hauteur en cm 48

Inscriptions

légende (anglais, latin)

Précision inscriptions

légende, En bas au centre : Au crayon en lettres cursives : "N 3 Chop Mandree (blue button)", traduction : "Mandarin de troisième rang (perle bleue)"

Précision utilisation/destination

Ces représentations vouées à l'exportation sont des visions européennes de la Chine et non pas des représentations de la Chine vue par les Chinois. La main portant le pinceau pouvait être chinoise mais l'idée directrice était bien occidentale. Ces figures apparaissent alors comme des " types " de représentations codifiées satisfaisant le besoin des Européens des XVIIIe et XIXe siècles de classifier et catégoriser toutes choses. La Chine était donc perçue en énumérant ces " types ", et une civilisation entière était comprise en réduisant sa complexité à un nombre d'images plus simples à assimiler (même si ces peintures d'export donnaient des illustrations assez précises et fiables de la Chine). On retrouve cette classification dans les collections du musée Dobrée : des hommes et femmes de Pékin, de Canton, du Tibet ou d'ailleurs, portent des vêtements colorés reflétant leur rang (en particulier pour les fonctionnaires) ou leur appartenance régionale. Les techniques de production de masse des atel

Sujet représenté

figure (jeune homme, moustache, de profil, veste, chapeau, collier, robe : dragon)

Précision sujet représenté

Homme jeune, moustachu, vu de profil, la tête tournée vers sa gauche. Il est vêtu d'une longue veste couleur indigo par dessus une robe au dragon à longues manches. La veste a un carré de mandarin représentant vraisemblablement une grue blanche. Il porte un chapeau conique rouge à larges bords noirs avec au sommet une perle bleue (lapis-lazuli ?) symbole du troisième rang. Il a aussi le grand collier de perles autour du cou. Ce jeune fonctionnaire porte une longue " robe au dragon " de couleur violette, le mangpao, ornée de 9, 8 ou 5 dragons à 4 griffes et aux manches tombantes, sous un manteau bleu, le pufu, rehaussé d'un plastron, le buzi, brodé d'un oiseau. Ce plastron est l'un des attributs des fonctionnaires : à chacun des 9 grades (18 rangs officiels allant de 1A à 9B) correspond un oiseau (fonctionnaires civils) ou un animal (fonctionnaires militaires) précis. Dans l'ancienne Chine, l'apparence joue un rôle important et la classe sociale se distingue par la qualité et la forme des vêtements. L'individu se dissimule derrière la fonction. Les cheveux ont eux aussi un rôle essentiel, avec la dynastie mandchoue des Qing (1644-1912) il est obligatoire pour les hommes de se raser la tête et de porter la natte en signe de soumission. Cette coiffure est donc un marqueur fort de l'identité mandchoue. La couleur au bout de la tresse est également un indicateur du rang social. Ambiguïté quant au rang de ce fonctionnaire : L'oiseau est ici difficilement identifiable : si c'est une grue blanche, le fonctionnaire appartient au 1er ordre, si c'est une aigrette, il appartient au 6ème ordre. Or, il est mentionné sur l'ouvre que c'est un mandarin du 3ème ordre puisqu'il porte sur le haut de son chapeau une perle bleue. Mais l'oiseau qui correspond à la 3ème classe est un paon, ce qui n'est pas le cas ici. Les dignitaires de la 4ème classe portent également une perle de couleur bleue (une perle de verre bleu opaque) et possèdent sur leur plastron une oie sauvage (grande oie blanche ou oie des neiges ?). D'autre part, seuls les fonctionnaires de la 1e à la 5ème classe ont l'autorisation de porter le " collier de mandarin " de 108 perles, le chaozhu, que revêt ce mandarin. Cela signifie donc que son grade est entre le 1e et le 5ème, et il est fort probable que ce jeune mandarin soit issu de la 4ème classe

Lieu de conservation

Nantes ; musée départemental Dobrée

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; legs ; Loire-Atlantique ; musée départemental Dobrée

Anciennes appartenances

Collection privée, Dobrée Thomas (I), (Commandé par) ; Collection privée, Dobrée Thomas II

Numéro d'inventaire

2002.14.64 ; 544.44 (Ancien numéro)

Commentaires

Vente d'une collection de gouaches chinoises d'exportation à la Vente Internationale d'Art et d'Antiquités de Maastricht, 14-23 mars 2003, par Martyn Gregory, 34 Bury street, St. Jame's, London SW1Y 6AU, www.martyngregory.com (cf. dossier d'oeuvres)

Exposition

Voyage à la Chine, Angers, 2002

Bibliographie

Catalogue général des collections du Musée Th. Dobrée. par P. de Lisle du Dreneuc, conservateur, Mr l'Abbé Durville et M.P. Soullard, 1906. Nantes, imprimerie moderne. (p. 82)
"Voyage à la Chine" 1817-1827 Collection Th. Dobrée, Marie Richard, Nantes, 1988 (p. 87)
in "the world of interiors", juin 1989, pp. 160 à 169 (pp. 160 à 169)
Victoria and Albert Museum, Far Eastern Series, 1984
les éditions de l'amateur, 1997, Turin. (pp. 156 à 163)
Par Gilles Baud-Berthier, Michel Cartier, Didier Gauthier, Jérôme Kerlouégan, Françoise Wang, 2003.
Cl Crossman, The decorative arts of China trade, Paintings, furnishings and exotic curiosities, 1991es

Copyright notice

© Nantes, musée départemental Dobrée, © Service des musées de France, 2012

Crédits photographiques

© Chantal Hémon

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

07450077107

Notices :  

601   602   603   604   605   606   607   608   609   610   611   612   613   614   615   616   617   618   619   620   621   622   623   624   625   626   627   628   629   630   631   632   633   634   635   636   637   638   639   640   641   642   643   644   645   646   647   648   649   650   651   652   653   654   655   656   657   658   659   660   661   662   663   664   665   666   667   668   669   670   671   672   673   674   675   676   677   678   679   680   681   682   683   684   685   686   687   688   689   690   691   692   693   694   695   696   697   698   699   700  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5100  5101-5200  5201-5259 


Requête :   ((barbe) :REPR )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0