Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 28
Domaine

peinture ; temps modernes

Dénomination

tableau

Titre

La Madeleine venant annoncer à saint Pierre et saint Jean la disparition du corps du Christ (Titre d'usage)

Auteur/exécutant

TIARINI Alessandro (peintre)

Précision auteur/exécutant

Bologne, 1577 ; Bologne, 1668

Ecole

Italie

Période création/exécution

2e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1630 vers ; 1640 vers

Matériaux/techniques

peinture à l'huile ; toile

Description

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois doré et peint.

Dimensions

H. 118 cm ; L. 154 cm ; Ep. 3 cm ; Pds 19 Kg (toile+cadre)

Précision inscriptions

Numéro en partie illisible sur une étiquette au revers.

Sujet représenté

scène biblique (sainte Madeleine, saint Pierre, saint Jean, à mi-corps, tête : femme, chaise)

Précision sujet représenté

"Lors de son acquisition en 1972 par le musée de Beauvais, le tableau fut publié par P. Rosenberg (1972), qui le définit alors "sans conteste parmi les oeuvres majeures de l'artiste". Son historique récent a été reconstitué par J. Foucart, grâce au catalogue de vente de la collection Pourtalès (27 mars 1865), où il était correctement attribué à Tiarini et décrit comme un Reniement de saint Pierre avec une provenance prestigieuse : "[...] la célèbre collection du palais Zampieri". Selon A. Emiliani (communication écrite, J. Foucart, 14 novembre 1971), cette provenance est plausible. Néanmoins, le tableau n'est pas mentionné dans la description de la galerie rédigée en 1795. Emiliani pense donc que l'oeuvre était conservée dans les appartements privés de la famille. Il est de fait normal qu'elle ne soit pas mentionnée dans la description, destinée exclusivement aux visiteurs. Toujours selon le catalogue Pourtalès, le tableau fut offert à l'impératrice Joséphine par son fils Eugène de Beauharnais (1781-1824) qui venait d'acquérir la collection Zampieri. Si l'oeuvre n'est pas mentionnée dans l'inventaire après décès de Joséphine, on la trouve en revanche au no 301 d'une liste de tableaux lui appartenant, rédigée en 1811 (propos d'Alain Pougetoux, voir Loire 2002). Le sujet a été analysé par Odile Delanda (1984) : il s'agit d'une illustration fidèle d'un passage de l'Évangile de saint Jean (22, 1, 2), selon lequel, Marie Madeleine, s'étant rendue au sépulcre du Christ, y découvre son tombeau vide. Le peintre représente le moment où Marie Madeleine, visiblement bouleversée, annonce la triste nouvelle à saint Pierre et saint Jean. La datation proposée par Brejon de Lavergnée et Volle (1988) vers 1630 a été avancée de quelques années par Negro et Roio qui y voient une oeuvre postérieure à 1633, année d'achèvement du "Mariage mystique de sainte Catherine" de la Galleria Estense de Modène. Cette datation plus tardive a été confirmée par Daniele Benati (2001 et 2002). La question de la datation est capitale, car on distingue deux périodes dans la production de Tiarini. Durant la première (vers 1610-1620), le peintre réalise plusieurs tableaux d'autel pour les églises de Bologne, dont "Le Martyre de sainte Barbe" (San Petronio) vers 1606, "Le Miracle du moine déterré" (San Michele in Bosco) vers 1613 ou "La Résurrection de saint Dominique" (San Domenico) de 1615, entre autres. Dans ces oeuvres, Tiarini, qui s'était formé à Florence auprès de Passignano, conjugue avec bonheur la justesse du dessin florentin à la puissance dramatique de Ludovic Carrache. Dans un second temps, à partir des années 1620, il devient plus sensible à l'idéalisme de l'école bolonaise contemporaine. Le tableau de Beauvais appartient à cette seconde phase. Il suffit de le comparer au "Saint Jean Baptiste adressant ses reproches à Hérode" de 1615-1620 (Andalusia, Mr. Nelson Shanks), caractérisé par une composition axée sur des diagonales, avec des figures aux gestes expressifs émergeant d'un fond sombre, à la manière caravagesque. Dans la toile beauvaisienne, le peintre privilégie une composition plus ordonnée : les gestes des personnages restent dramatiques mais correspondent à un répertoire plus classique. Les figures deviennent moins naturalistes. Marie Madeleine, par sa beauté idéalisée, est comparable à certaines représentations de la sainte peintes par le Dominiquin (collection Mahon ou Florence, Palazzo Pitti). La couleur, plus précieuse, sans perdre de sa force tranche avec l'arrière-plan lumineux et lisible." (Vincenzo Mancuso in : Nathalie Volle (dir.), Christophe Brouard (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, p. 258). Tableau provenant de l'ancienne collection Zampieri de Bologne ; fut acheté par Eugène de Beauharnais, qui le donna à sa mère, l'impératrice Joséphine ; le tableau pris place dans la collection de peinture ancienne et contemporaine de la Malmaison ; acheté ensuite par le comte de Pourtalès ; 27 mars 1865, vente Pourtalès à l'Hôtel Drouot (n°117 de la vente sous le titre : "Le Reniement de Saint Pierre")

Source sujet représenté

Evangile ; Selon Jean

Lieu de conservation

Beauvais ; MUDO - Musée de l'Oise

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; achat ; Oise ; MUDO - Musée de l'Oise

Date acquisition

1972

Anciennes appartenances

Palais Zampieri (Bologne)

Numéro d'inventaire

72.3

Exposition

"Maria Magdalena : extasis y arrepentimiento", Mexico City, Museo nacional de San Carlos, 17 mai-2 septembre 2001, n°90 ; "Alessandro Tiarini", Reggio Emilia, 2002, n°95 ; "Entre Flandres et Italie : princes collectionneurs", Musée de Saint-Antoine-L'Abbaye, 8 juillet-7 octobre 2012, n°68 ; "Marie Madeleine, la passion révélée", Bourg-en-Bresse, Monastère royal de Brou, 29 octobre 2016-5 février 2017, Carcassonne, Musée des beaux-arts, 24 février-24 mai 2017, Douai, Musée de la Chartreuse, 17 juin-24 septembre 2017, n°56 ; "Heures italiennes : le Naturalisme et le Baroque, XVIIe siècle", Beauvais, MUDO-Musée de l'Oise, 27 avril-17 septembre 2017, n°158

Bibliographie

Rosenberg Pierre, "Nouvelles acquisitions des musées de province. Acquisitions de tableaux italiens des XVIIe et XVIIIe siècles", in "La Revue du Louvre et des Musées de France", n° 4/5, 1972, p. 343-348 ; "Gazette des beaux-arts", 1973, I, p. 17 ; Salmon Marie-José, "Beauvais, musée départemental de l'Oise", Beauvais, Musée de l'Oise, 1981, p. 43 fig. 23 ; Delenda Odile, in : "L'iconographie de sainte Madeleine après le Concile de Trente", thèse de l'Ecole du Louvre, Paris, 1984, II, 1, p. 190-191, n°139 ; Brejon de Lavergnée Arnauld (dir.), Volle Nathalie (dir.), "Musées de France : répertoire des peintures italiennes du XVIIe siècle", Paris, éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1988, p. 329 repr. n. et bl. ; Pirondini Massimo, "Alessandro Tiarini", Manerba, Merigo Art Books, 2000, n°248 p. 269, repr. n. et bl. p. 270 et pl. LXXX repr. coul. ; Benati Daniele, "Alessandro Tiarini : l'opera pittorica completa e i designi", 2 volumes, Milan, Federico Motta Editore, 2001, volume 1 : ill. n°130 p. 146 repr. coul., volume 2 : cat. n°186 p. 116 et repr. n. et bl. p. 117 ; Delenda Odile, in : "Maria Magdalena : extasis y arrepentimiento", Mexico, Instituto de Bellas Artes et Landucci Editores, 2001, p. 89 repr. coul. et notice p. 184 ; "Alessandro Tiarini : la grande stagione della pittura del'600 a Reggio", catalogue d'exposition, 2002, p. 219 repr. coul. ; Kelen Jacqueline, "Marie Madeleine ou La beauté de Dieu", Tournai, La Renaissance du Livre, 2003, p. 120 repr. coul. ; Vottero Michaël, in : "Entre Flandres et Italie : princes collectionneurs", Saint-Antoine-L'Abbaye, 2012, catalogue d'exposition, p. 110 repr. coul. et notice ; Feuvrier Chloé in : "Marie Madeleine, la passion révélée", Lyon, IAC Editions d'art, 2016, p.124-125, repr. coul. p. 124 ; Volle Nathalie (dir.), Brouard Christophe (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, n°158 p. 258 repr. coul.

Rédacteur

Véronique, WILCZYNSKI

Copyright notice

© MUDO - Musée de l'Oise

Crédits photographiques

© Réunion des musées nationaux-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / René-Gabriel Ojéda - Utilisation des photographies soumise à autorisation

 

Renseignements sur le musée

 

07980002402

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4760 


Requête :   ((2e quart 17e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0