Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 25
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

La Foire d’Impruneta

Auteur/exécutant

CALLOT Claude ; CALLOT Jacques (d'après) (peintre)

Précision auteur/exécutant

Nancy, 1620 ; Breslau, 1687 ; Neveu du graveur Jacques Callot, il étudia en 1640 la peinture à Rome. Il s'installa en 1668 en Pologne et devint peintre de la cour. Il peignit surtout des images religieuses. Il dirigea l'atelier de peinture de Wilanow et décora la bibliothèque royale. Jacques CALLOT : Nancy, 1592 ; Nancy, 1635 Après plusieurs fugues en Italie attestées par Félibien, Jacques Callot entra en apprentissage à l'âge de quinze ans chez un orfèvre de Nancy, Demange Crocq, auprès duquel il commença son apprentissage du dessin. Il travailla à Rome auprès du graveur troyen Philippe Thomassin avant de s'installer à Florence en 1612. Protégé de Christine de Lorraine, veuve de Ferdinand Ier qui gouverna le duché jusqu'à la mort de son fils Cosme II en 1621, il gagna rapidement l'affection du graveur en renom Giulio Parigi et y grava deux de ses chefs-d'oeuvre, la Tentation de saint Antoine (v. 1616) et la Foire de l'Impruneta (1620). En 1621, Callot s'établit à Nancy et grava les nombreux dessins rapportés d'Italie. Il épousa en 1624 Catherine Kuttinger. Après s'être rendu à Breda (1627) pour graver le siège de la ville, il commémora par la même technique, sur la commande de Louis XIII, deux autres sièges : ceux de Saint-Martin-de-Ré et de La Rochelle. Ce fut l'occasion pour l'artiste de faire plusieurs séjours à Paris entre 1628 et 1631 et de confier à Israël Henriet l'édition de ses planches. Définitivement de retour à Nancy en 1632, Callot devait assister à la fin de l'indépendance du duché de Lorraine, envahi par les troupes de Richelieu et de Louis XIII (1631, 1632, 1633) et dévasté par la peste. Dans ce climat, l'artiste publia ses dernières oeuvres : les Désastres de la guerre (1633) et la seconde version de la Tentation de saint Antoine, dédiée à Louis Phélypeaux, seigneur de La Vrillière. Aucun tableau de Callot lui-même n'est parvenu jusqu'à nous, mais rien ne prouve en fait qu'il en ait peint. Ses gravures, essentiellement ses eaux-fortes (technique qu'il perfectionna) furent répandues dans toute l'Europe. Extrêmement chargées, composées d'innombrables personnages, elles fourmillent de détails. Mais ce sont surtout ses dessins qui lui donnent une place exceptionnelle dans l'art français du XVIIe siècle. Bien que ses thèmes soient souvent empruntés aux artistes septentrionaux du XVIe siècle, Callot se montre sensible à un double courant maniériste : celui de la Lorraine du premier quart du XVIIe siècle (Bellange), celui de Florence à la même période (Boscoli et les graveurs de fêtes et d'entrées triomphales). Il ne renia jamais ce répertoire, qu'il marqua toujours de sa forte personnalité. Il fut ainsi le dernier grand représentant du maniérisme, dont, cependant, il maîtrisa toujours les excès.

Ecole

France ; Pologne

Période création/exécution

2e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1638

Période original copié

1er quart 17e siècle

Matériaux/techniques

toile, peinture à l'huile

Dimensions

H. 78,5 cm ; l. 131,6 cm (92 x 150 x 7 cm avec cadre)

Inscriptions

annotation ; daté

Précision inscriptions

annotation et daté à gauche (écriteau) : chambre à louer / 1638

Sujet représenté

scène (Impruneta, cadre urbain, foire, mousquetaire, théâtre, boutique, estrade, banquet, procession, église, beffroi, foule, arbre)

Précision sujet représenté

Le tableau est fidèle à la gravure de Jacques Callot (en1620) à un détail près : les spadassins de dos, du premier plan, au centre, sont devenus des mousquetaires. Cette oeuvre comporte plus d’un millier de personnages occupés par diverses activités : théâtre ambulant, boutiques, estrade, banquet, procession religieuse, etc. Tout est travaillé dans le style de la miniature avec une harmonie colorée très claire et tendre. A l’arrière-plan, se dressent une église et son campanile, un beffroi ainsi que d'autres édifices symbolisant le bourg.La foire d’Impruneta avait lieu tous les 18 octobre, jour de la saint Luc

Etat de conservation

Bon état, des craquelures ; 18/12/2008

Lieu de conservation

Clermont-Ferrand ; musée d'art Roger-Quilliot

Statut juridique

propriété de la commune ; legs ; Clermont-Ferrand ; musée d'art Roger-Quilliot

Date acquisition

1854

Numéro d'inventaire

2214 ; 861.5.1

Rédacteur

LECHELON Aurélia ; BOUJU Justine

Copyright notice

© Ville de Clermont-Ferrand, musée d'art Roger-Quilliot, 2015, © Service des Musées de France, 2016

Crédits photographiques

© Ville de Clermont-Ferrand MARQ

 

Renseignements sur le musée

 

M0121003006

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4702 


Requête :   ((2e quart 17e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0