Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 15
Domaine

peinture ; temps modernes

Dénomination

tableau

Titre

La mort de saint Joseph (Titre original)

Auteur/exécutant

MANETTI Rutilio (peintre)

Précision auteur/exécutant

Sienne, 1571 ; Sienne, 1639

Ecole

Italie

Période création/exécution

2e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1625 vers ; 1632 vers

Historique

"Joseph, appelé père de Jésus dans les Évangiles et époux de Marie par ses contemporains, était un artisan de Nazareth, un charpentier probablement (Matthieu 13, 55) et un descendant de David. On ne sait pas quand il décéda ; saint Jérôme le fait mourir avant le baptême de Jésus puisqu'il n'est plus mentionné ensuite, pas même au cours des noces de Cana. Une légende le fait s'éteindre entre Jésus et Marie, si bien qu'il a été invoqué comme "patron de la bonne mort". Depuis la Contre-Réforme, son agonie est souvent représentée même si ce thème n'a pas intéressé les peintres caravagesques. Voici un peintre à la personnalité fascinante. Il est, à Sienne, au centre de deux courants stylistiques antagonistes : les tardo-maniéristes (Casolani, Folli, Salimbeni, Vanni) et les peintres plus modernes, sensibles aux nouveautés naturalistes (Grammatica, Rustici et Petrazzi). Il réalise, avec grand talent, des tableaux d'esprit maniériste ("La Décapitation de saint Paul", Rome, Galleria Nazionale d'arte antica) ou alors caravagesques (la toile de Beauvais). Mais comment connut-il l'art du Caravage ? Alla-t-il à Rome ? Les historiens depuis Brandi (1931) se sont posé la question : il est vrai que beaucoup de tableaux font songer à l'art de Valentin de Boulogne et même de Vouet. La synthèse intelligente de Belinda Granata et de Rossella Vodret (2005-2006) insiste sur la présence de nombreux tableaux caravagesques à Sienne en ce début du XVIIe siècle : "les collections médicéennes ou celles d'Agostino Chigi et de Giulio Mancini s'enrichissent continuellement de tableaux importants de Caravage et de copies, qui révèlent donc qu'à Sienne il existe une vraie passion pour le caravagisme, passion à laquelle des artistes comme Manetti et Rustici, ne pouvaient pas rester indifférents" (Granata et Vodret 2005-2006, p. 350). Manetti sera également sensible aux tableaux luministes que Gerrit Van Honthorst peignit pour les Médicis à Florence. Le décès prématuré de Rustici en 1626 va permettre à Manetti de s'affirmer comme le chef du plus grand atelier de peintres à Sienne, atelier qui "dicte la loi en fait de style et de goût". Manetti a représenté deux fois ce thème de la mort de saint Joseph, et de façon presque identique, dans un tableau de la collection Chigi-Saraceni de Sienne, actuelle propriété de la banque Monte dei Paschi di Siena, et dans celui que nous présentons ici même. Alors que dans le tableau de la collection siennoise l'artiste a limité le sujet à la seule représentation des trois protagonistes, Joseph, Marie et leur fils, il a insisté ici, avec la présence de l'archange saint Michel, d'un ange, de deux angelots et de quatre têtes de chérubins, sur l'intervention du surnaturel. Ajoutons même que seule, dans le tableau de Beauvais, la tête du Christ est surmontée d'une auréole. Une autre variante notoire réside dans le coloris : chaud et intense dans la toile conservée en Italie, plutôt froid dans celle de Beauvais. Ces deux "Mort de saint Joseph" pourraient être datées entre 1625 et 1632, par comparaison avec plusieurs tableaux d'autel tels que la "Mort du bienheureux Antonio Patrizi" (Monticiano, Sant'Agostino) ou l' "Assomption" (1632, Forlì, San Mercuriale). Autant l'artiste atteint dans La "Mort de Joseph" Chigi-Saraceni des effets de monochromie par le brun doré de l'ensemble relevé seulement de quelques rouges qui possèdent presque l'intensité du vermillon, autant la toile de Beauvais paraît différente de la précédente par la grande vivacité chromatique. Les couleurs des vêtements du Christ et de la Vierge s'équilibrent dans leurs différences : bleu minéral pour les manteaux du Christ et de sa mère, laque de garance et vermillon pour la robe du Christ, blanc et laque de garance pour celle de la Vierge. Une lumière crue souligne les lourds vêtements creusés d'ombres noires et formés d'abondants plis cassés et compliqués. La Vierge, dans l'expression de méditation et de douleur qui se dégage de son visage, constitue un m orceau d'anthologie de la peinture caravagesque, ... ". (D'après Arnauld Brejon de Lavergnée in : Nathalie Volle (dir.), Christophe Brouard (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, p. 221)

Matériaux/techniques

peinture à l'huile ; toile

Description

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois peint en noir.

Dimensions

H. 130,5 cm ; L. 162 cm ; Ep. 2,5 cm ; Pds 13 Kg (cadre+toile)

Sujet représenté

scène biblique (mort, saint Joseph, couché, lit, Christ, assis, Vierge, agenouillé, saint Michel, ange, angelot)

Lieu de conservation

Beauvais ; MUDO - Musée de l'Oise

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; achat ; Oise ; MUDO - Musée de l'Oise

Date acquisition

1977.11.17 (CP)

Anciennes appartenances

Cabanel Mme

Numéro d'inventaire

77.441

Exposition

"Rutilio Manetti", Sienne, Palazzo Pubblico, 15 juin-15 octobre 1978, sans numéro ; "Heures italiennes : le Naturalisme et le Baroque, XVIIe siècle", Beauvais, MUDO-Musée de l'Oise, 27 avril-17 septembre 2017, n°126

Bibliographie

"Rutilio Manetti", Sienne, 1978, catalogue d'exposition, non repr. ; Salmon Marie-José, "Beauvais, musée départemental de l'Oise", Beauvais, Musée de l'Oise, 1981, p. 39 ; Brejon de Lavergnée Arnauld et Volle Nathalie, "Musées de France : répertoire des peintures italiennes du XVIIe siècle", Paris, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1988, p. 222 repr. n. et bl. ; Volle Nathalie (dir.), Brouard Christophe (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, n°126 p. 221 repr. coul.

Rédacteur

Véronique, WILCZYNSKI

Copyright notice

© MUDO - Musée de l'Oise

Crédits photographiques

© Réunion des musées nationaux-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Thierry Ollivier - Utilisation des photographies soumise à autorisation

 

Renseignements sur le musée

 

07980002385

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4738 


Requête :   ((2e quart 17e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0