Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 13
Domaine

peinture ; temps modernes

Dénomination

tableau

Titre

Le Martyre de sainte Lucie (Titre original)

Auteur/exécutant

GARGIULO Domenico (peintre), SPADARO Micco (dit)

Précision auteur/exécutant

Naples, vers 1609-1610 ; Naples, vers 1675

Ecole

Italie

Période création/exécution

2e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1640 vers ; 1650 vers

Historique

"Cette toile, acquise par le musée de l'Oise en 1961 auprès de la galerie Moratilla grâce aux crédits des dommages de guerre, est signée du monogramme D.S. (Domenico Spadaro). Elle présente deux moments du martyre de sainte Lucie tirés de la "Légende dorée". Selon le récit légendaire de Jacques de Voragine, sainte Lucie, vers 304 sous le règne de Dioclétien, aurait refusé le mariage et distribué ses biens aux pauvres. Un de ses prétendants la dénonce. Le juge la condamne à être violée mais elle est miraculeusement protégée : l'Esprit-Saint rend son corps si lourd que même des boeufs ne peuvent la déplacer. Il tente alors de la faire périr sur un bûcher, sans succès. Elle mourra la gorge transpercée par un coup d'épée. L'attribut le plus courant de la sainte, la paire d'yeux sur un plateau, ne figure pas sur la toile. Selon la tradition, Lucie se serait arraché les yeux pour les envoyer à son prétendant. La Vierge lui aurait ensuite rendu la vue. L'oeuvre illustre le moment où le consul Paschasius, représenté à gauche sous un dais, condamne Lucie. Il ordonne aux bourreaux de l'emmener vers le lupanar en l'attachant à un attelage de quatre boeufs. La sainte, statufiée et illuminée par l'Esprit-Saint, a le regard tourné vers le ciel comme pour rendre grâce à Dieu pour le miracle qui s'accomplit. Son corps est à l'image de sa foi, inébranlable. Autour d'elle, les hommes et les bêtes s'agitent en vain. Au second plan, les bourreaux sont en train de préparer un bûcher, son prochain supplice. Le paysage lumineux est animé par de multiples figures qui, à l'arrière-plan, sont simplement suggérées par des touches rapides. L'épisode est représenté de manière théâtrale : au premier plan, les spectateurs et témoins sont plongés dans la pénombre. Derrière le rideau de scène matérialisé par un dais rouge, le spectacle est inondé de lumière. Ce martyre est traité comme un combat : la composition en frise évoque les batailles peintes par Aniello Falcone. Classicisante, elle diffère des autres scènes de martyres peintes par Micco Spadaro, comme le remarque A. Brejon de Lavergnée (1988, p. 184). On indiquera en outre que sa composition est similaire à celle du "Roi David portant l'arche d'alliance à Jérusalem" conservée au musée Pouchkine de Moscou (inv. 2695). Les deux toiles sont datées vers 1640, quand l'artiste, au début de sa carrière, se forme dans l'atelier de Falcone. Domenico Gargiulo est en effet un peintre d'histoire napolitain condisciple de Salvator Rosa à l'école d'Aniello Falcone. Il est de plus le chef d'école de la peinture de paysage napolitaine. Il s'intéresse également à la peinture flamande et hollandaise, ainsi qu'aux paysages de Poussin et du Lorrain. Il a probablement effectué un séjour à Rome durant lequel son goût pour les scènes de genre se serait développé au contact des "Bamboccianti". La composition beauvaisienne a connu une fortune immédiate, ce dont témoigne le dessin du musée des Beaux-Arts d'Orléans daté de la seconde moitié du XVIIe siècle exécuté par Carlo Coppola (actif vers 1640-1660) et anciennement attribué à Micco Spadaro. Nous retrouvons la figure de la sainte liée à quatre boeufs par des bourreaux dans une huile sur panneau de forme ronde attribuée à l'entourage de Micco Spadaro par l'expert Patrice Dubois à l'occasion de sa vente le 15 juin 2008 chez Ludovic Dapsens à Reims (no 220)." (Constance Calderari-Froidefond in : Nathalie Volle (dir.), Christophe Brouard (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, p. 198)

Matériaux/techniques

peinture à l'huile ; toile

Description

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois sculpté doré (XVIIe siècle, italien ?).

Dimensions

H. 76,2 cm ; l. 103 cm ; Ep. 2 cm ; Pds 14,8 kg

Inscriptions

monogramme

Précision inscriptions

monogramme : DS (lettres entrelacées en bas à gauche)

Sujet représenté

scène (martyre, sainte, sainte Lucie de Syracuse, boeuf, personnage, paysage, colline, arbre)

Source sujet représenté

Voragine Jacques de : Légende dorée

Lieu de conservation

Beauvais ; MUDO - Musée de l'Oise

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; achat ; Oise ; MUDO - Musée de l'Oise

Date acquisition

1961

Anciennes appartenances

Galerie Moratilla

Numéro d'inventaire

61.10

Exposition

"Peintures italiennes (XVIIe-XVIIIe siècles)", Beauvais, Musée départemental de l'Oise, 18 mai-15 septembre 1971, n°4 ; "Escales du baroque", Marseille, Centre de la Vieille Charité, 8 octobre 1988-27 janvier 1989, n°53 ; "Micco Spadaro", Naples, Castel Sant'Elmo, 24 mars-30 juin 2002, n°57 ; "Artémisia : gloire, pouvoir et passions d'une femme peintre", Paris, Fondation Dina Vierny-Musée Maillol, 14 mars-15 juillet 2012, n°46 ; "L'âge d'or de la peinture à Naples, de Ribera à Giordano", Montpellier, Musée Fabre, 20 juin-11 octobre 2015, n°48 ; "Heures italiennes : le Naturalisme et le Baroque, XVIIe siècle", Beauvais, MUDO-Musée de l'Oise, 27 avril-17 septembre 2017, n°106

Bibliographie

Salmon Marie-José, "Beauvais, musée départemental de l'Oise", Beauvais, Musée de l'Oise, 1981, p. 37 fig. n°5 repr. n. et bl. ; Brejon de Lavergnée Arnauld et Volle Nathalie, "Musées de France : répertoire des peintures italiennes du XVIIe siècle", Paris, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1988, repr. n. et bl. p. 156 ; Volle Nathalie in : "Escales du baroque", Paris, Adam Biro, 1988, n°53 p. 182, repr. n. et bl. p. 183 ; Hilaire Michel (dir.), "L'âge d'or de la peinture à Naples, de Ribera à Giordano", Paris, Lienart éditions, 2015, notice p. 186 et p. 187 repr. coul. ; Volle Nathalie (dir.), Brouard Christophe (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, n°106 p. 198 repr. coul.

Rédacteur

Véronique, WILCZYNSKI

Copyright notice

© MUDO - Musée de l'Oise

Crédits photographiques

© Réunion des musées nationaux-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Martine Beck-Coppola - Utilisation des photographies soumise à autorisation

 

Renseignements sur le musée

 

07980002363

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4735 


Requête :   ((2e quart 17e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0