Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 85
Domaine

sculpture ; histoire

Titre

Cénotaphe de Michel de Montaigne

Auteur/exécutant

PRIEUR (sculpteur) ; GUILLERMAIN (sculpteur)

Lieu création / utilisation

France, Gironde, Bordeaux (lieu d'utilisation)

Précision lieu création/utilisation

Eglise du couvent des Feuillants

Période création/exécution

4e quart 16e siècle

Millésime création/exécution

1593

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Le cénotaphe a été attribué à deux sculpteurs bordelais Prieur et Guillermain appelés "maîtres-maçons" mais connus à Bordeaux comme ornemanistes à la toute fin du XVI° siècle et au début du XVII° siècle. ; voir aussi : Françoise de la Chassaigne (12 167)

Matériaux/techniques

calcaire, taillé

Description

Cénotaphe de Michel de Montaigne (1533-1592), célèbre écrivain et philosophe, auteur des "Essais" et maire de Bordeaux de 1581 à 1585. Le gisant montre un homme en armure, soulignant ainsi son appartenance à la noblesse. L'hommage rendu à l'humaniste est présent dans les deux longues épitaphes l'une en latin, l'autre en grec. Le gisant reste d'allure quasiment médiévale. Le soubassement funéraire est richement orné d'éléments dans le goût de la Renaissance tardive et de l'art maniériste. Les rinceaux et volutes de feuillages de la partie inférieure supposent la main d'un ornemaniste de talent. Les armoiries de Montaigne prennent place sous les épitaphes.

Dimensions

Hauteur en cm 158 ; Longueur en cm 233 ; Epaisseur en cm 84 à 103

Inscriptions

inscription

Précision inscriptions

Au centre : D. O. M. S. MICHAELI MONTANO PETROCORENSI PETRIF GRIMUND DIN REMUNDI PRON. EQUITI TROQUATO CIVIROMANO CIVITATIS BITURIGUM VIVISCORUM EXMAIORI VIRO AD NATURAE GLORIAM NATO QUOIUS MORUM SUAVITUDO INGENII ACUMEN EX TEM MPORALIS. FACUNDIA ET INCOMPARABILE IUDICIUM SUPRA HUMANAM SORTEM AESTIMATA SUNT. QUI AMICOS USU REGES MAXUMOS ET TERRAE GALLIAE PRIMORES VIROS IPSOS ETIAM, SEQUIORUM PARTIUM PRAESTITES TAMEN ETSI PATRIARUM IPSE LEGUM ET SACRORUM AVITORUM RETINENTI SSIMUS SINE QUOIUSQUAM OFFENSA SINE PALPO AUT PIPULO UNIVERSIS POPULATIM GRATUS UTQUE ANTIDHAC SEMPER ADVERSUS OMNIS DOLO RUM MINACIAS MOENITAM SAPIENTIAM LABRIS ET LIBRIS PROFESSUS ITA IN PROCINCTU FATI CUM MORBO PERTINACITER INIMICO DIUTIM VA LIDISSUME CONCLUCTATUS TANDEM DICTA FACTIS EXAEQUANDO POLCRAE VITAE POLCRAM PAUSAM CUM DEO VOLENTE FECIT. , traduction : " A Michel de Montaigne, périgourdin, fils de Pierre, petit-fils de Grimond, arrière petit-fils de Raymond, chevalier de Saint Michel, citoyen Romain, ancien maire de la cité des Bituriges Vivisques, homme né pour être la gloire de la nature et dont les amours douces, l'esprit fin, l'éloquence toujours prête et le jugement incomparable ont été jugés supérieurs à la condition humaine, qui eut pour amis les plus grands rois, les premiers personnages de France, et même les chefs du parti de l'erreur, bien que très fidèlement attaché lui-même aux lois de la patrie et à la religion de ses ancêtres, n'ayant jamais blessé personne, incapable de flatter ou d'injurier, il reste cher à tous indistinctement, et comme toute sa vie il avait fait profession d'une sagesse à l'épreuve de toutes les menaces de la douleur, ainsi arrivé au combat suprême, après avoir longtemps et courageusement lutté avec un mal qui le tourmenta sans relâche, mettant d'accord ses actions et ses préceptes, il termine, Dieu aidant, une belle vie par une belle fin. Traduction de Reinhold Dezeimeris, 1861 ; A gauche : Dans un médaillon : FRANCISCA / CHASSANEA / AD LUCTUM / PERPETUOM / HEV. RELICTA / MARITO DOLCIS / SIVO UNIVIRA / UNIUGO ET BENE / MERENTI / MOERENS / P C ., traduction : Françoise de La Chassaigne, laissée en proie hélas à un deuil perpétuel, a érigé ce monument à la demande de ce mari regrettable et regretté. Il n'eut pas d'autres épouses ; elle n'aura pas d'autres époux. ; Sous le couvercle : Dans un médaillon : VIXIT ANN / LIX MENS VII / DIES XI OBIIT / ANNO SALV CI / I VIIIC IBID. / SEPT., traduction : Il vécut 59 ans 7 mois et 11 jours, il mourut l'an de grâce 1592 aux ides de septembre. " ; Au centre : : HPION OSTIS IDWN HDOYNOMATOYMON EPWTAS MWN QANE MWNTANOS , PRAUEO QAMBOPAQEIN. OYK EMATAYTADEMAS , GENOSEU GENESOLBOS ANOLBOS PROSTASIAI DUNAMEIS PAITNIAQNHTA TUCHS. OU SOFOS ELLHNWN OGDOOS OU TETRITOS AUSONIWN ALLEIS PANTWN ANTAXIOSALLWN THS TEBAQEY SOFIHS ANQESITEUEPIHS OS, KAI CRISTOS EBEI XUNWSA DIDAGMATIS KEYIN THN PURRWNEI HN ELLADA DEILEFQONOS EILE KAI AUSONIHN FQONERHN DERIN AUTOS EPISKWN TAXIN EP' OURANIDWN PATRIDA MEYANEBHN. , traduction : " Qui que tu sois, qui en voyant cette tombe et mon nom, demande : Montaigne est-il donc mort ? Cesse de t'étonner : corps, noblesse, félicité menteuse, dignités, crédits, jouets périssables de la fortune, rien de cela n'était mien. Rejeton divin, je suis descendu du ciel sur la terre des Celtes, non point huitième sage de la Grèce, ni troisième de l'Ausonie, mais unique, égalant à moi seul tous les autres, et par la profondeur de ma sagesse, et par les charmes de mon langage, moi qui au dogme du Christ alliai le scepticisme de Pyrrhon. La jalousie s'empara de la Grèce ; elle s'empara de l'Ausonie, mais j'arrêtai moi-même cette rivalité jalouse en remontant vers ma patrie, en reprenant mon rang au milieu des esprits célestes. " Traduction de Reinhold Dezeimeris, 1861.

Utilisation/destination

pratique funéraire

Précision utilisation/destination

La veuve de Montaigne obtint des Feuillants, le 27 janvier 1593, la permission de faire inhumer son mari dans un caveau devant le grand autel de l'église et de dresser au-dessus un sépulcre et un monument. Ce monument était peut-être en place à la date de l'inhumation (1 mai 1593) mais sûrement en 1608. En 1614, quand l'église fut reconstruite sur un plan nouveau, il fut transporté dans la chapelle Saint-Bernard, la première à gauche du choeur. En 1800, on transporta le mausolée et croyait-on le corps au musée pour l'honorer, mais on s'était trompé de cadavre. L'erreur reconnue, corps et monument revinrent dans la chapelle. Après la destruction de l'ancienne église des Feuillants et la construction sur son emplacement de la nouvelle faculté des lettres et des sciences, le mausolée fut remonté en 1887 par l'architecte Paul Durand dans le hall . Il avait été restauré par le sculpteur Venturini. La faculté devenue musée d'Aquitaine en 1985, le monument fut déplacé du hall vers les salles d'exposition en 1991.

Sujet représenté

portrait (homme politique, philosophie, Montaigne Michel de, Bordeaux, tombeau)

Lieu de conservation

Bordeaux ; musée d'Aquitaine

Statut juridique

propriété de la commune ; ancien fonds ; Bordeaux ; musée d'Aquitaine

Numéro d'inventaire

2015.0.1

Commentaires

Le tombeau de Montaigne Les générations d'étudiants qui se sont succédé pendant près d'un siècle dans l'ancienne faculté des sciences et des lettres de Bordeaux, cours Pasteur, étaient accueillies par le tombeau de Montaigne qui occupait la place centrale du hall d'entrée. On peut imaginer que les quatre têtes de mort couronnées de lauriers qui ornent le tombeau leur rappelaient chaque jour la vanité des ambitions humaines " Pourquoi te glorifier, terre et cendre ? " Plus prosaïquement, le gisant était devenu une sorte de porte chance : la pratique rituelle, en période d'examen, consistait à lui toucher le pied pour s'attirer le soutien -et le savoir- de l'homme illustre ! En fait de tombeau, il s'agit à proprement parler d'un cénotaphe, c'est à dire d'un monument élevé à la gloire du mort mais qui ne contient pas son corps. Il a été sculpté en 1593, un an après sa mort à la demande de Françoise de la Chassaigne, son épouse, vraisemblablement par deux ornemanistes bordelais, Prieur et Guillermain. Sa localisation dans l'ancienne faculté, puis au musée d'Aquitaine qui lui a succédé au début des années 1980 est légitime. En effet, Montaigne avait été enterré dans l'ancien couvent des Feuillants construit sur ce site à la fin du Moyen-âge. L'image de Montaigne que nous offre ce cénotaphe est assez surprenante. Il y est représenté en gisant, vêtu d'une armure sur le modèle médiéval alors que la mode de l'époque en matière d'art funéraire avait déjà remplacé les gisants par des orants lesquels se seraient probablement mieux prêtés à sa représentation en maire de Bordeaux ou en écrivain plutôt qu'en homme d'arme. Selon les spécialistes, le choix n'est pas anodin : c'est la noblesse récente de la famille de Montaigne (1519) qu'on a voulu mettre en évidence plutôt que ses qualités intellectuelles comme si la reconnaissance sociale importait plus que toute autre. De part et d'autre du tombeau sont gravées deux épitaphes. L'une, en latin, sur la partie décorée, est considérée comme l'épitaphe officielle ; elle retrace dans le style de l'époque l'ascendance du défunt, les charges qu'il a assurées et ses qualités humaines. Dans l'autre, en grec, Montaigne apostrophe directement le lecteur pour lui rappeler dans un style emphatique combien il a su se hisser au rang des plus grands. Là où l'on attendait des sentences sur le sens de la vie et de la mort, on lit l'auto glorification d'un homme et il est peu probable que l'auteur des Essais se serait reconnu dans ce texte. Au pied de Montaigne, conformément à l'iconographie médiévale, le lion symbolise le courage du défunt. Il a la particularité d'avoir deux langues que les lettrés interprètent comme une référence aux deux langues de culture que maîtrisait le philosophe : la grec et le latin. Mais on pourrait y voir aussi bien une référence à ses deux langues maternelles : le latin et le gascon ! Ce lion a connu une aventure peu commune. En 1971, le cénotaphe avait quitté la faculté pour être présenté dans l'exposition " Bordeaux 2000 ans d'histoire " qui préfigurait le futur musée d'Aquitaine. A l'issue de l'exposition, le conservateur du musée n'avait pas jugé bon de le restituer à la faculté ; il souhaitait le faire restaurer et le conserver en attendant son installation dans le nouveau musée qui devait précisément s'installer dans les locaux de la faculté laissés vacants suite à la création du domaine universitaire de Talence. Cette attitude souleva une vive protestation de la part de la Société des amis de Montaigne et de l'Université. Une campagne de presse contraignit le conservateur à restituer le tombeau. Mal lui en prit : des voleurs profitèrent des travaux pour subtiliser le lion et celui que l'on voit aujourd'hui n'est qu'une copie approximative de l'original ! Aussi ce cénotaphe nous enseigne-t-il que ceux qui, au fil des siècles, ont voulu garder à travers lui la mémoire de Montaigne, n'ont pas toujours su tirer les leçons de sagesse et de modération des Essais ! " Les hommes sont tourmentés par l'opinion qu'ils ont des choses, non par les choses mêmes". François HUBERT A partir des recherches de Jean-Yves Boscher

Bibliographie

ROUDIE (P). : Précisions et réflexions au sujet de la sépulture de Montaigne,Bordeaux, Mémorial du 1er congrès international d'études montaignistes, 1964, p.108-122
BONNEFON (P) : Montaigne, l'homme et l'oeuvre, éd. Gounouilhou et Rouam, Bordeaux-Paris, 1893
POUILLOUX (J.Y) : Montaigne, Que sais-je ?collection découvertes Gallimard, Paris, 1987 (B.R)
BERNADAU (P), Bordeaux,Antiquités Bordelaises, Bordeaux, 1797, pp.362-367
BERNADAU (P) : Tableau de Bordeaux, Bordeaux, 1810, (pp.112-113)
BERNADAU (P) : Le biographe bordelais, Bordeaux, 1844 (pp.275-279)
LAMOTHE (L. de) ,Souvenirs de Montaigne. Sa naissance, sa demeure à Bordeaux, son tombeau. Compte-rendu de la commission des monuments historiques de la Gironde, 1855, pp.17-25
LAPAUME (J) : Le tombeau de Michel de Montaigne. Etude philosophique et archéologique, Rennes,1859
MARIONNEAU (Ch) : Description des oeuvres d'art qui décorent les édifices
publics de la ville de Bordeaux. Paris-Bordeaux, 1961
MALVEZIN (Th) : Michel de
Montaigne, son origine, sa famille. Bordeaux, 1875 (p.176-181 B.R)
COURTEAULT (P) : Bordeaux cité classique. Paris, 1932 (pp.48-49 B.R)
NICOLAÏ (A) : L'odyssée des cendres de Montaigne. Bulletin de la société des amis de Montaigne, 2° série, n°15 ,1949-1952, pp.31-45
Bordeaux 2000 Ans d'Histoire, catalogue d'exposition, musée d'Aquitaine, Bordeaux,1971. (n°124, pp.323-325)

Copyright notice

© Bordeaux, musée d'Aquitaine, © Service des musées de France, 2015

Crédits photographiques

© musée d'Aquitaine

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

00640009794

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5100  5101-5200  5201-5300  5301-5400  5401-5500  5501-5600  5601-5700  5701-5800  5801-5900  5901-6000  6001-6100  6101-6200  6201-6300  6301-6400  6401-6500  6501-6600  6601-6700  6701-6800  6801-6900  6901-7000  7001-7100  7101-7200  7201-7300  7301-7400  7401-7500  7501-7600  7601-7700  7701-7800  7801-7900  7901-8000  8001-8100  8101-8200  8201-8300  8301-8400  8401-8500  8501-8600  8601-8700  8701-8800  8801-8900  8901-9000  9001-9100  9101-9200  9201-9300  9301-9400  9401-9500  9501-9600  9601-9700  9701-9800  9801-9900  9901-10000  10001-10100  10101-10200  10201-10300  10301-10400  10401-10500  10501-10600  10601-10700  10701-10800  10801-10900  10901-11000  11001-11100  11101-11200  11201-11300  11301-11400  11401-11500  11501-11600  11601-11700  11701-11800  11801-11900  11901-12000  12001-12100  12101-12200  12201-12300  12301-12400  12401-12500  12501-12600  12601-12700  12701-12800  12801-12900  12901-13000  13001-13100  13101-13200  13201-13300  13301-13400  13401-13500  13501-13600  13601-13700  13701-13800  13801-13900  13901-14000  14001-14100  14101-14200  14201-14300  14301-14400  14401-14500  14501-14600  14601-14700  14701-14800  14801-14900  14901-15000  15001-15100  15101-15200  15201-15300  15301-15400  15401-15500  15501-15600  15601-15700  15701-15800  15801-15900  15901-16000  16001-16100  16101-16200  16201-16300  16301-16400  16401-16500  16501-16600  16601-16700  16701-16800  16801-16900  16901-17000  17001-17100  17101-17200  17201-17300  17301-17400  17401-17500  17501-17600  17601-17700  17701-17800  17801-17900  17901-18000  18001-18100  18101-18200  18201-18300  18301-18400  18401-18500  18501-18600  18601-18700  18701-18800  18801-18900  18901-19000  19001-19100  19101-19200  19201-19300  19301-19400  19401-19500  19501-19600  19601-19700  19701-19800  19801-19900  19901-20000  20001-20100  20101-20200  20201-20300  20301-20400  20401-20500  20501-20600  20601-20700  20701-20800  20801-20900  20901-21000  21001-21100  21101-21200  21201-21300  21301-21400  21401-21500  21501-21600  21601-21700  21701-21800  21801-21900  21901-22000  22001-22100  22101-22200  22201-22300  22301-22400  22401-22500  22501-22600  22601-22700  22701-22800  22801-22900  22901-23000  23001-23100  23101-23200  23201-23300  23301-23400  23401-23500  23501-23600  23601-23700  23701-23800  23801-23899 


Requête :   ((16e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0