Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 83
Domaine

estampe

Titre

Le fils prodigue

Auteur/exécutant

TREU Martin (dessinateur, graveur)

Précision auteur/exécutant

TREU : Allemagne, 16e siècle

Ecole

Allemagne

Période création/exécution

2e quart 16e siècle

Millésime création/exécution

1543

Historique

L'identification de ce monogrammiste se trouve être problématique. Christ le premier, dans son Dictionnaire des Monogrammes, (1750, réédité 1972, p. 231), rattache au nom de Martin Treu le monogramme formé des lettres M T. Il déclare ainsi Martin Treu graveur, en fondant apparemment son explication sur un rapprochement arbitraire entre les deux lettres et le nom susmentionné. Les gravures portant ce monogramme, sont pour la plupart datées, ce qui permet de situer l'activité de l'artiste entre 1540 et 1543. A la suite de Christ, l'identité du monogrammiste, bien qu'arbitrairement établie, et soulignée comme telle dans les notices biographiques d'artistes, sera pourtant maintenue. Nous n'avons aucune documentation sur son lieu de naissance ou de résidence. G. K. Nagler (Neues allgemeines Künstler-Lexikon, 21e vol, 1835-1852, pp. 290-293) intègre le graveur aux " petits maîtres " et propose Nuremberg comme ville d'ancrage. En l'absence de références réelles à un lieu d'activité, A. Andresen, prenant la suite de Nagler, évoque en revanche, une appartenance probable à l'école saxonne (Die Monogrammisten und diejenigen bekannten und unbekannten Künstler aller Schulen,IVe vol., 1871, pp. 687-689). Selon lui, les gravures de Treu rappelleraient le style de Hans Brosamer (vers 1500-vers 1552) et même parfois, tenteraient d'imiter celui d'Aldegrever. Bartsch, (IX, p. 68, et suiv. ), fait état de quarante-deux oeuvres rattachées à ce graveur. Il souligne la rareté des bons tirages et dénonce le prix élevé de certains. Dans son ouvrage, G. K. Nagler rajoute deux oeuvres à la liste décrite par Bartsch, et que Brulliot avait déclarée incomplète dans son Dictionnaire des monogrammes (1817, I, n° 2958). Passavant (1863, IV, p. 52 et suiv.) retrouve neuf gravures supplémentaires, auxquelles A. Andresen va adjoindre quelques épreuves qui avaient échappé à Passavant. Les lacunes étaient relativement aisées à combler, du fait que le présumé Martin Treu numérotait les séries ; en partie du moins. Parmi les plus importantes, il faut mentionner la suite de La danse des paysans (1542), La danse des nobles (1542 et 1543, selon le tirage), ou encore La parabole du Fils prodigue (1541 et 1543), dont relève la gravure traitée ici. Quelques sujets isolés, tel Le jugement de Salomon (1540), Les Vierges sages (1540) en pendant aux Vierges folles, Le paysan surprenant sa femme dans les bras d'un moine (1540) ou encore un Projet de poignard avec son fourreau (1540). L'ensemble s'intègre bien aux thèmes de prédilection des graveurs contemporains. La gravure présente met en scène l'épisode où le fils prodigue, après avoir réclamé sa part d'héritage et quitté la maison paternelle, se rend en ville, nanti de ses biens (Luc, XV, v.13). Richement parés, homme et monture s'apprêtent à franchir en conquérants les portes de la ville, où se presse une délégation, de femmes surtout, déjà alertée de sa venue. Le chevalier occupe à lui seul la moitié de la composition. Le graveur a usé d'une de toute une gamme de traits pour signifier la libre ordonnance du sol aux abords de la ville, par opposition aux édifices construits de l'arrière-plan. Les changements de terrain servent à marquer les plans successifs jusqu'aux murs du fond. Le procédé apparemment subtile, masque pourtant difficilement les maladresses de la représentation. Le traitement très diversifié du sol crée un effet de juxtaposition et non d'intégration nuancée. L'effet de perspective est d'autant moins obtenue que l'échelle des personnages du fond n'est pas respectée. L'arbre à gauche, vient à point nommé pour dissimuler la croupe du cheval. Le détail remarquable de la composition se trouve être la tête du fils prodigue, proche de celle des portraits de l'électeur de Saxe, Jean-Frédéric Ier, le Magnanime (1503-1554), que Cranach le jeune a gravés à la cour de Saxe (Hollstein, VI, 33 et 37). (Anny Claire Haus)

Matériaux/techniques

papier vergé, burin

Description

Gravure au burin sur papier vergé

Dimensions

Hauteur hors tout en cm 7.7 ; Largeur hors tout en cm 9

Inscriptions

monogramme ; date ; marque concernant les collections

Précision inscriptions

monogramme, en bas à droite sur un cartel : MT ; date, en bas à droite : Sur un cartel : 1546 ; marque de collection, devant en bas à gauche : Lugt 2696

Sujet représenté

scène biblique (Le fils prodigue, cavalier, homme, cheval, richesse, ville)

Lieu de conservation

Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; ancien fonds ; Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins

Date acquisition

date d'acquisition inconnue

Anciennes appartenances

Collection privée, BENOÎT XIV

Numéro d'inventaire

77.002.0.69 ; 77.R.2011.0301 (N° récolement)

Exposition

STRASBOURG, Les dieux comme les hommes, 2003 (Palais Rohan)

Bibliographie

Cat expo STRASBOURG Les Dieux comme les ho. 2003 (p. 201)
THIEME-BECKER, Allgemeines Lexikon... 1908-1950 (vol. XXXIII, p. 386)
Adam BARTSCH, Le Peintre graveur, Leipzig, 1866-1876 20, in 12° (vol. IX, p. 69 n°4)
NAGLER, G. K., ANDRESEN, Die Monogrammisten und diejenigen bekannten und unbekannten Künstler aller Schulen, welche sich zur Bezeichnung ihrer Werke eines figürlichen Zeichens, der Initialen des Namens, der Abbreviatur desselben etc. bedient haben : mit Berücksichtigung von Buchdruckerzeichen, der Stempel von Kunstsammlern, der Stempel der alten Gold- und Silberschmiede, der Majolicafabriken, Porzellan-Manufacturen u.s.w, München, Hirth's Verlag, 1858-1879. (vol. IV, pp. 687-689)
Neues allgemeines Künstler-Lexicon oder Nachrichten von dem Leben und den Werken der Maler, Bildhauer, Baumeister, Kupferstecher, Formschneider, Lithographen, Zeichner, Medailleure, Elfenbeinarbeiter, etc. (vol. XXI, p. 290-293)

Rédacteur

SIFFER Florian

Copyright notice

© Strasbourg, cabinet des estampes et des dessins, © Service des musées de France, 2014

Crédits photographiques

© Mathieu Bertola, Service photographique des Musées de Strasbourg

 

Renseignements sur le musée

 

00130101413

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5070 


Requête :   ((1ère moitié 16e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0