Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Allégorie de la Peinture

Auteur/exécutant

DUFRESNOY Charles Alphonse (auteur)

Précision auteur/exécutant

DUFRESNOY : Paris, 1611 ; Villiers-le-Bel, 1665 ; nationalité : Française

Ecole

France

Période création/exécution

3e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1650

Historique

Cette oeuvre est probablement l'une des plus ambitieuses du peintre lettré Dufresnoy, figure peu connue de la peinture française au XVIIe siècle mais que des recherches récentes ont fait redécouvrir (cf. Sylvain Laveissière, "Les tableaux d'histoire retrouvés de Charles-Alphonse Dufresnoy", Revue de l'art, 1996, n° 112, p. 38-58 et S. Laveissière, "Charles-Alphonse Dufresnoy, peintre secondaire?", in L'Idéal classique, p. 252-260). Pendant longtemps, Dufresnoy est surtout resté connu comme théoricien de l'art suite à son "De arte graphica Liber", paru en 1668. Aujourd'hui, la découverte de son "Allégorie de la peinture", sans doute son oeuvre la plus significative, permet de réévaluer pleinement le peintre. Dans ce tableau, l'artiste nous offre une iconographie rare et raffinée : une jeune femme est figurée en train de peindre un jeune homme ailé ; ce détail, ainsi que les traits idéalisés des personnages, indiquent que nous sommes en présence d'une allégorie, et non d'un portrait ou d'une scène de genre. Cependant, Dufresnoy s'est entièrement affranchi de la tutelle de Cesare Ripa, dont la célèbre Iconographie fut pourtant très souvent suivie au XVIIe siècle. Pour Ripa, la Peinture est une "belle jeune femme, ayant les cheveux noirs & crepus, la bouche couverte d'un bandeau, et au col une chaîne d'or où pend un masque. Elle tient d'une main plusieurs pinceaux, avec ce mot pour devise, Imitatio, & de l'autre un Tableau". Dufresnoy, peintre intellectuel, s'écarte sciemment des recommandations de Ripa pour créer une allégorie de sa propre invention. Qu'il s'agisse d'une allégorie de la Peinture est bien confirmé par la présence d'un livre de Léonard de Vinci, tenu par le putto du premier plan, allusion au "Traité de la Peinture" de cet artiste, publié pour la première fois par Roland Fréart de Chambray en 1651, avec des illustrations dues à Poussin. Ici, la figure allégorique est représentée en train de peindre, car les peintres français de l'époque revendiquent dans la peinture une activité noble, intellectuelle. Dufresnoy accumule les détails iconographiquement insolites : l'allégorie masculine qui est peinte par la jeune femme résiste en particulier à toute tentative d'interprétation à l'aide de l'"Iconographie" de Ripa, tellement ses attributs sont nombreux : branche d'olivier, couronne de laurier, arc et carquois portant l'inscription "ARTES FLAMMA MEA DECORAT" ("Ma flamme embellit les arts") ; sphère armillaire, luth, violon et partition doivent être intégrés dans l'interprétation de cette figure car ils se retrouvent peints dans le tableau ovale auquel travaille la jeune femme. Il n'a malheureusement pour l'instant pas été possible de trouver un sens logique à cette juxtaposition exceptionnelle d'attributs. Une allusion aux arts libéraux est possible, car on retrouve des objets liés à la Géométrie, l'Astronomie et la Musique ; la présence de Minerve (protectrice des arts et des sciences) dans le bas-relief de droite pourrait confirmer cette hypothèse. Cependant l'Arithmétique manquerait afin que soient figurés les quatre arts du quadrivium. La thèse selon laquelle le jeune homme ailé (porteur d'olivier et de laurier) pourrait représenter le Génie, dont la flamme embellit les productions de l'art, est séduisante, mais demande à être confirmée, en particulier par rapport au "Traité de la Peinture" de Vinci. D'autres allusions sont perceptibles. C'est ainsi que les trois arts du dessin sont représentés dans l'oeuvre : la Peinture bien sûr (dans l'oeuvre mise en abîme), la Sculpture (la tête d'étude à gauche et le bas-relief de droite), l'Architecture (le Putto qui dessine au compas et à l'équerre, la porte du fond, la colonne de droite). On peut aussi imaginer une évocation du célèbre Paragone entre Peinture et Sculpture, par le biais de la figure ailée vue sous deux angles différents. Il est clair que cette oeuvre complexe n'a pas encore livré toutes ses clefs de lecture. Sur le plan pictural, le tableau présente une composition très équilibrée : les deux personnages principaux forment des lignes élégantes de part et d'autre du centre du tableau, occupé par des éléments plus géométriques (la porte rectangulaire, le chevalet triangulaire, le tableau ovale). Tout en s'intégrant remarquablement dans les productions classiques françaises du milieu du siècle, l'oeuvre montre une souplesse dans les attitudes qu'on ne trouverait pas chez un La Hyre ou un Le Sueur, plus graves ; elle annonce la peinture plus tardive des élèves de Charles Le Brun (Houasse par exemple). De plus, l'artiste fait preuve d'une remarquable fraîcheur d'invention dans les visages, en particulier celui du putto de gauche. La matière picturale elle-même est très variée, allant d'un faire lisse dans les carnations et les détails architecturaux à des empâtements discrets (reflets de l'or) en passant par une touche large et visible pour les rehauts de lumière dans les draperies. Cette oeuvre s'insère remarquablement dans la ligne des acquisitions de peintures françaises du XVIIe siècle réalisées de proche en proche par le musée des beaux-arts de Dijon, afin d'enrichir et diversifier le fonds ancien du musée dans ce domaine, provenant quasi-exclusivement des saisies révolutionnaires à Paris et Dijon : c'est ainsi que le musée a pu acquérir des oeuvres de François Perrier ("La Peste d'Athènes" et "Le Sacrifice d'Iphigénie", en 1969 et 1971) ou encore de Jacques Stella ("L'Enfance du Christ", en 1981). L'oeuvre s'insère également avec une grande aisance parmi les représentations de la création picturale présentes au musée, de la scène de genre du hollandais David Ryckaert ("L'atelier du peintre", inv. J 126) à la vanité du "Trompe l'oeil" du tournaisien Jean-François de Le Motte (inv. CA 692), en passant par le "Portrait d'un peintre" du Todeschini. Tout récemment, l'"Apothéose du baron de Joursanvault", acquise en février 2005, montrait le jeune Prud'hon en Génie de la Peinture. L' oeuvre de Dufresnoy aborde ce thème sous l'angle de l'allégorie, de la peinture d'histoire, rang le plus élevé dans la hiérarchie des genres au XVIIe siècle. La mise en abîme de La peinture dans la peinture reste un sujet de prédilection au musée, tant dans la politique d'acquisition que de médiation, depuis qu'en 1982, le thème a fait l'objet au musée d'une exposition qui reste une référence sur ce sujet. (Notice de Matthieu Gilles, 2006)

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Description

Peinture à l'huile sur toile ; Cadre en bois doré

Dimensions

Dimensions Hauteur : 62.8 cm ; Largeur : 77.5 cm ; Dim. hors tout (en cm) HAC 77 LAC 92 EPT 5 ; Hauteur (en cm) 62.8 ; Largeur (en cm) 77.5 ; Epaisseur du châssis (en cm) 2 ; Hauteur avec cadre (en cm) 77 ; Largeur avec cadre (en cm) 92 ; Epaisseur totale (en cm) 5

Sujet représenté

scène (allégorie, art de la peinture, art de la sculpture, art de l'architecture, peintre, femme, assis, pinceau, chevalet, tableau, modèle, génie, jeune homme, branche, olivier, couronne, laurier, arc, carquois, luth, violon, partition, putto, lecture, livre, compas, équerre)

Lieu de conservation

Dijon ; musée des beaux-arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Dijon ; musée des beaux-arts

Date acquisition

2006

Anciennes appartenances

Société des Amis des Musées de Dijon

Numéro d'inventaire

2006-4-1

Bibliographie

Gaskell (Ivan), Vermeer's Wager. Speculations on Art History, Theory and Art Museums, The University of Chicago Press, 2000 (pp. 72-73, reprod. p. 73)
Lachenal (Lucilla de) et Borea (Evelina), L'idea del bello. Viaggio per Roma nel Seicento con Giovan Pietro Bellori, Editions De Luca, 2000, Tome 1 (p. 52, fig. 2 p. 53)
Musées de France, Beaux-Arts Magazine, Hors série, 2007 (p. 24, reprod.)
Gilles (Matthieu), "L'Allégorie de la Peinture de Charles-Alphonse Dufresnoy, Bulletin des Musées de Dijon, années 2006-2007, Dijon, 2008, n° 10, p. 39-43 (fig. 2 p. 40)
"Acquisitions du Musée des Beaux-Arts en 2006", Bulletin des Musées de Dijon, années 2006-2007, Dijon, 2008, n° 10 (p. 119, repr.)

Rédacteur

Gilles Matthieu ; Bardin Dominique

Copyright notice

© Dijon, musée des beaux-arts, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© Dijon, musée des beaux-arts

 

Renseignements sur le musée

 

01370035091

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5100  5101-5200  5201-5300  5301-5400  5401-5500  5501-5600  5601-5700  5701-5800  5801-5900  5901-5929 


Requête :   ((3e quart 17e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0