Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 12
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Nature morte avec deux pieds de céleri, boîte à épices, torchon, terrine, plat, écumoire et morceau de viande

Auteur/exécutant

CHARDIN Jean Siméon

Précision auteur/exécutant

CHARDIN : Paris, 1699 ; Paris, 1779

Ecole

France

Période création/exécution

2e quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1732 ; 1733

Historique

Sur un plateau de pierre, Chardin a placé deux pieds de céleri, un torchon, une boîte à épices en bois, une écumoire en cuivre, une terrine et un plat en terre cuite glaçurée ; un quartier de viande pend attaché à un croc. Une fois encore, suivant une démarche qui lui est personnelle, l'artiste a exécuté plusieurs versions de cette même composition, dont deux répliques sont connues. L'une d'elles a été conservée à Wanàs (jusqu'en 2000) avec son pendant, daté de 1734, Nature morte avec poêlon, marmite, égrugeoir et son pilon, deux poireaux, deux tranches de poisson, deux oeufs et oignon . On peut donc supposer que la toile d'Amiens, qui devait appartenir à l'origine à une paire (avait-elle pour pendant le tableau conservé au musée de Cleveland ?), peut être placée dans la même période. Pierre Rosenberg, qui souligne que Chardin a pu reprendre une même composition pendant plus de dix années, suggère que la version d'Amiens serait la plus précoce (vers 1732-1733), pour voir dans les deux autres des répétitions autographes un peu plus tardives (vers 1734), peintes après la "conversion" de l'artiste à la scène de genre. Il note par ailleurs que le peintre a repris, de façon presque identique, le détail des morceaux de viande pendus à un croc visible ici dans la Femme à la fontaine. Le tableau présente en tout cas une matière et une harmonie chromatique qui rappellent les natures mortes de l'artiste réalisées juste avant la période des scènes de genre (Rosenberg - cat. exp. 1979, p. 173 - insiste sur le "très beau métier" de la toile d'Amiens et décrit la "technique si particulière à Chardin, faite de couches épaisses d'une matière grumeleuse qui donnent leur poids à chaque objet et accrochent la lumière"). A partir de 1733, en effet, le peintre se consacre, sinon exclusivement, du moins majoritairement à des sujets qu'il n'avait jusque là pratiquement pas explorés. On le voit s'intéresser à rendre la vie de femmes, d'enfants, de servantes de la petite et moyenne bourgeoisie, dans leurs tâches quotidiennes, leurs "rituels" familiaux. La Bénédicité, La Mère laborieuse ou la Pourvoyeuse (Paris, Musée du Louvre) sont peut-être les exemples les plus célèbres de cette nouvelle veine créatrice. Une nouvelle fois, dans ce tableau de petit format, non dénué cependant d'une certaine monumentalité, le peintre exprime silencieusement la simple beauté des ustensiles de ménage, la poésie des attributs de l'intimité domestique. Notice de Matthieu Pinette

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Dimensions

Hauteur en cm 32.8 ; Largeur en cm 40.2 ; Hauteur avec cadre en cm 52 ; Largeur avec cadre en cm 60 ; Epaisseur avec cadre en cm 7

Inscriptions

monogramme

Précision inscriptions

monogramme, en bas à droite : (J.-B. Chardin, selon cat. 1899) : c d

Sujet représenté

nature morte (céleri, instrument de cuisine, viande, terrine, plat, draperie)

Etat de conservation

Bon état

Lieu de conservation

Amiens ; musée de Picardie

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Amiens ; musée de Picardie

Date acquisition

1890 acquis ; 1894 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Collection privée, Lavalard, Frères, 1862, 1890

Numéro d'inventaire

M.P.Lav.1894-140

Exposition

Paris, musée de l'Orangerie, Chefs-d'oeuvre des musées de Province, 1931. (n° 6)
Sarrebrück, Musée, Rouen, Musée des Beaux-Arts, Chefs-d'oeuvres oubliés ou peu connus, 1954. (n° 79)
Paris, galeries nationales du Grand Palais, Cleveland, Museum of Art, Boston, Museum of Fine Arts, Chardin 1699-1779, 1979. (pp. 172-173, n° 43)
Caen, Musée des Beaux-Arts, Les figures d'Elstir : Proust et les peintres,1993. (p. 45)
Columbia, Columbia Museum of Art, Pittsburgh, The Frick Art and Historical Center, Omaha, Joslyn Art Museum, Santa Barbara, Santa Barbara Museum of Art, From the Sun King to the Royal Twilight. Painting in Eighteenth-Century France from the Musée de Picardie, Amiens, 2000-2001 (cat. par M. Pinette). (pp. 56-57, n° 15)
Beauvais, Musée départemental de l'Oise, De Fragonard à Hubert Robert, Chefs-d'oeuvre du XVIIIe siècle des musées d'Amiens, 5 février - 14 juin 2010.

Bibliographie

Horsin-Déon L., "Cabinet de MM. Lavalard", dans P. Lacroix, Annuaire des artistes et des amateurs, Paris, 1862. (p. 145)
Bocher E., Jean-Baptiste Siméon Chardin. Les gravures françaises du XVIIIe siècle. Vol. 3, Paris, 1876. (p. 95)
Catalogue des tableaux composant la collection Lavalard Frères de Roye au Musée de Picardie, Amiens, 1894. (p. 38, n° 140 (Chardin ; dimensions inversées))
Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du Musée de Picardie, Amiens, Impr. Piteux Frères, 1899. (p. 213, n° 141 (Chardin ; dimensions inversées))
Gonse Louis, Les Chefs-d'oeuvre des musées de France. La Peinture, I, Paris, 1900. (p. 15)
Bellemère J., Le Musée d'Amiens, Etude critique, Amiens, 1908. (p. 43)
Guiffrey J.J., Jean-Baptiste Siméon Chardin. Catalogue complet de l'oeuvre du maître, Paris, 1908. (p. 62, n° 35 (dimensions inversées))
Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du Musée de Picardie, Amiens, Impr. Picarde, 1911. (p. 131, n° 139 (Chardin ; dimensions inversées))
Furst H., Chardin, Londres, 1911. (p. 119)
Boinet Amédée, Le Musée d'Amiens. Musée de Picardie. Peintures, Paris, 1928. (p. 15)
Wildenstein Georges, Chardin, Paris, 1933. (n° 955)
Vergnet-Ruiz Jean et Laclotte Michel, Petits et grands musées de France. Peinture française des primitifs à nos jours, Paris, 1962. (pp. 84, 230)
Wildenstein Georges, Chardin, Zurich, 1963. (pp.157, 159, n° 118, fig. 52)
Foucart (Borville) Jacques, Les Lavalard, Amiens, 1977. (pp. 18, 22, 43, 50)
Rosenberg Pierre, Tout l'oeuvre peint de Chardin, Paris, 1983. (p. 84, n° 73)
Pinette Matthieu, Peintures françaises des XVIIe et XVIIIe siècles des musées d'Amiens, Musée de Picardie / Somogy éditions d'art, 2006 (272 p. ; ouvrage accompagné d'un CD-Rom contenant l'intégralité des notices). (pp. 64-65, ill.)

Rédacteur

Renaux Catherine

Copyright notice

© Amiens, musée de Picardie, © Service des musées de France, 2010

Crédits photographiques

© Fonds Musée de Picardie, © Jeanneteau Marc

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

08120000058

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79  

Lots de réponses :  


Requête :   ((1732) :MILL )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0