Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 7
Domaine

archéologie ; sculpture ; croyances - coutumes

Dénomination

sarcophage (cuve)

Titre

Sarcophage paléochrétien

Période création/exécution

4e quart 4e siècle ; 5e siècle

Découverte/collecte/récolte

France ; Haute-Garonne ; (Saint-Michel-du-Touch - site non identifié, lieu de découverte)

Précision découverte/collecte

où l'oeuvre avait été remployée pour l'encadrement d'un portail. Cette église dépendant sous l'Ancien Régime du monastère bénédictin de la Daurade, ce sarcophage pourrait provenir de son cimetière médiéval. Mais, là encore l'oeuvre devait être réutilisée après sa récupération dans l'une des nécropoles paléochrétiennes de la ville. Le lieu de sa première utilisation demeure donc inconnu. ; Ancienne église (coordonnées de l'objet)

Matériaux/techniques

marbre (gris), taillé

Description

Les extrémités latérales de la cuve sont à peine inclinées. À l'intérieur, on notera les renforts d'angle laissés lors du creusement du bloc. Ils sont caractéristiques des sarcophages du sud-ouest de la France. La face antérieure est divisée en sept panneaux par des colonnes dont l'arrondi est à peine suggéré. Celles-ci sont posées sur des bases et portent des chapiteaux corinthiens sommairement sculptés. Chaque panneau est occupé par une niche à fond légèrement incurvé. Au-dessus de ces niches alternent des arcs plein-cintre en débord sur les piédroits (d'un type que l'on retrouve sur un fragment de sarcophage de Narbonne et sur un sarcophage de la cathédrale de Rodez : voir Briesenick, op. cit. ci-dessous, p. 180, n° 374, pl. 92, et p. 219-220, n° 470, pl. 112) et des arcs en accolade dont le sommet est marqué par une sorte de feuille de lierre pointée vers le haut. Dans tous les cas, les écoinçons sont ornés de doubles volutes. Ce cadre architectural complexe semble s'inspirer de décors picturaux romains. Les mêmes effets illusionnistes s'en dégagent. La niche centrale est occupée par le Christ, debout, représenté en togatus, la main droite placée à l'avant de sa poitrine et tenant de la main gauche abaissée un volumen. Jeune, imberbe, encadré d'une longue chevelure, le visage fait face. À gauche du Christ est un personnage qui le regarde, la tête chevelue et barbue de profil, élevant son bras droit dans un geste oratoire ou d'acclamation. Il s'agit certainement de Pierre. À la droite du Christ est un autre homme, sans doute saint Paul, qui dirige aussi ses regards vers lui, porte sa main droite à son menton et tient un rouleau de sa main gauche. À ce groupe central, essentiel, il faut ajouter, de part et d'autre, d'autres apôtres conversant deux à deux. À gauche, l'un d'eux tient un rouleau qu'il vient probablement d'extraire d'un scrinium (coffret où l'on rangeait les écrits) placé à ses pieds. À droite, un autre a déroulé son texte et semble le lire ou le commenter tandis que son voisin paraît accompagner son discours de ses mains. On aura reconnu, au centre, une variante du thème romain de la Traditio Legis : la remise solennelle de la nouvelle Loi à saint Pierre, par le Christ lui-même. La deuxième grande figure des débuts de l'Église romaine, Paul, est là comme témoin et destinataire aussi du message qu'il répandit avec tant d'ardeur à travers le monde méditerranéen. C'est bien sûr cette même doctrine que les autres apôtres (ils ne sont que quatre sur ce sarcophage) commentent de façon très vivante. Cette iconographie est fréquente à Rome dans la deuxième moitié du IVe siècle, à un moment où l'Église romaine, triomphante, va bénéficier de mesures favorables prises par Théodose (fermeture des temples et interdiction du culte païen en 391-392). Sur le petit côté de gauche, le sculpteur a représenté Abraham vêtu d'une courte tunique, s'apprêtant à sacrifier son fils Isaac sur l'emmarchement d'un autel (Genèse, XXII, 1-19). La partie gauche de la scène a disparu, mais le visage d'Abraham tourné vers l'arrière permet d'imaginer l'intervention d'un envoyé divin. Celui-ci surprend habituellement Abraham et arrête son bras tenant un couteau. À droite, apparaît la tête de l'animal qu'Abraham va sacrifier à la place d'Isaac. Symbole de l'épreuve envoyée au croyant par Dieu et paradigme du Salut, cette image est courante dans les peintures funéraires des catacombes romaines. Le deuxième petit côté a été cassé. Il ne reste qu'un fragment de son décor : le départ d'un cep de vigne dont le symbolisme - riche allégorie de l'Évangile de Jean (XV, 1-11), qui fait dire au Christ : "Je suis la véritable vigne et mon père est le vigneron... et vous en êtes les rameaux". - est plus que probable dans le contexte signifiant des deux autres faces sculptées. Cette vigne envahit alors bon nombre de sarcophages du Sud-Ouest, accompagnée d'autres végétaux stylisés. Ce sarcophage est l'un des plus intéressants parmi toute une production dont on verra les créations les plus nombreuses à Toulouse (Saint-Sernin, musée Saint-Raymond, Institut Catholique), Narbonne, Bordeaux. Il porte une sculpture funéraire de l'extrême fin du IVe siècle ou du siècle suivant reprenant un schéma iconographique romain qui correspond à l'esprit d'un temps bien déterminé. L'oeuvre traduit aussi une rupture dans l'évolution de la plastique romaine, que l'on retrouverait à pareille époque à Marseille ou à Tarragone. Le haut-relief des sarcophages du IVe siècle de Rome ou d'Arles est ici remplacé par un art plus schématique du bas-relief, parfois empreint de maladresse (sacrifice d'Abraham) mais non moins suggestif par l'illusionnisme réussi de la face principale et la sauvegarde des principales valeurs de l'esthétique classique. Enfin, contrairement à ce qui parfois a été écrit, cette oeuvre démontre que les ateliers de sculpteurs du Sud-Ouest ont produit en même temps, et souvent sur les mêmes sarcophages, les décors figurés et végétaux. [Daniel Cazes]

Dimensions

Hauteur en cm 53 ; Longueur en cm 205 ; Epaisseur en cm 8 ; Largeur en cm 23

Utilisation/destination

pratique funéraire

Sujet représenté

figures bibliques (Christ, saint Pierre, saint Paul, Apôtre, volumen, sacrifice, Abraham, vigne)

Lieu de conservation

Toulouse ; musée Saint-Raymond

Statut juridique

propriété de la commune ; transfert ; Toulouse ; musée Saint-Raymond

Date acquisition

1996 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Collection privée, Sarrus, 1791, (L'église de Saint-Michel-du-Touch fut abandonnée en 1791 pour cause de vétusté et acquise par un certain Sarrus, négociant.) ; Collection publique, Musée des Augustins, 1801, (A la demande de J.P. Lucas et d'Alexandre Du Mège, M. Sarrus fit don au musée de trois cuves de sarcophages (Ra 809 a, b, c) qui avaient été remployés dans la maçonnerie de l'église.) ; musée des Augustins

Numéro d'inventaire

Ra 809 a net ; RA 809 A (Numéro au musée des Augustins) ; Recueil..., n° 158 (Ancien numéro)

Exposition

Palladia Tolosa, Toulouse romaine, Toulouse, musée Saint-Raymond, 1988. (n° 268.)
Le stuc, visage oublié de la sculpture médiévale, Musées de la Ville de Poitiers, septembre 2004 - janvier 2005.

Bibliographie

De Guilhermy (Ferdinand), Description des localités de la France, Paris, Bibliothèque nationale, Département des manuscrits, Nouvelles acquisitions française, 6094-6134. (f. 265 v. ; f. 290 v., n° 8 ; f. 342, 268.)
Audibert (Abbé), Dissertation sur les origines de Toulouse, Toulouse, 1764, (p. 69.)
De Montégut (Jean-François), "Recherches sur les antiquités de Toulouse", dans Histoire et Mémoires de l'Académie royale des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, t. I, 1782, (p. 85.)
Lucas (Jean-Paul), Catalogue des tableaux et autres monumens des arts formant le museum provisoire établi à Toulouse, Toulouse, an VIII = 1800, (p. 3, n° 130.)
Lucas (Jean-Paul), Notice des tableaux, statues, bustes, dessins, etc., composant le musée de Toulouse, Toulouse, an XIII = 1805, (p. 53, n° 158.)
Du Mège (Alexandre), Notice des tableaux, statues, bustes, dessins, etc., composant le Musée de Toulouse, Toulouse, 1813, (p. 57, n° 158.)
Du Mège (Alexandre), Notice des tableaux, statues, bustes, bas-reliefs et antiquités composant le Musée de Toulouse, Toulouse, s. l. n. d., 1818, (p. 81, n° 107.)
Du Mège (Alexandre), Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le Musée de Toulouse, Toulouse, 1828, (p. 84, n° 189.)
Du Mège (Alexandre), Description du Musée des Antiques de Toulouse, Toulouse, imprimerie de Jean-Matthieu Douladoure, 1835 (une autre édition du même catalogue, en 1835, chez F. G. Levrault à Paris), (p. 173-174, n° 428.)
Du Mège (Alexandre), Description du Musée des Antiques de Toulouse, catalogue manuscrit, Paris, 1844, (p. 787, 789.)
Du Mège (Alexandre), Histoire des institutions de la ville de Toulouse, IV, Toulouse, 1846, (p. 103-105.)
Roschach (Ernest), Musée de Toulouse. Catalogue des antiquités et des objets d'art, Toulouse, imprimerie Viguier, 1865, (p. 294, n° 797a.)
Garrucci (Raffaele), Storia dell'arte cristiana nei primi otto secoli delle Chiesa, t. V, Prato, 1879, (p. 66, n° CCCXL, 3 et pl. 340,3.)
Le Blant (Edmond), "Note sur un sarcophage chrétien jadis à Auch", dans Bulletin archéologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1889, (p. 127, n° 156 et pl. XLII, 1, 2.)
Roschach (Ernest), Histoire graphique de l'ancienne province Languedoc, Toulouse, 1904 (Histoire générale de Languedoc), (p. 237, 241-242 et fig. 135, p. 237.)
Rachou (Henri), Catalogue des collections de sculpture et d'épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse, éd. Privat, 1912, (p. 324-325, n° 809 a.)
Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, publié par Cabrol (Dom Fernand), Leclercq (Dom Henri) et Marrou (Henri-Irénée), 1907-1953, 15 tomes en 30 volumes, (s.v. France, V (2) col 2517, n° 272 ; s.v. sarcophage, XV (1) col. 866 ; s.v. Toulouse, XV (2) col. 2475 et fig. 11127.)
Ward Perkins (J. B.), "The Sculpture of Visigotic France", dans Archaeologia, LXXXVII, 1938, p. 79-128. (p. 122, n° 97 et pl. XXXIII, 6.)
Corraze (Raymond), Lardenne, gardiage de Toulouse, Montauban, 1939, (p. 71.)
Matsakis (P.), L'art des sarcophages paléochrétiens de Toulouse (Ve-VIIe siècles), Mémoire de D.E.S., Faculté des Lettres et Sciences humaines de Toulouse, s. d. (1956), texte dactylographié, (p. 57-60 et pl. VII.)
Sassier (Aymeric), La sculpture paléochrétienne et pré-romane en Languedoc Méditerranéen et en Roussillon (IVe-IXe siècle), Thèse de 3e cycle, Faculté des Lettres et Sciences humaines de Toulouse, 1956, texte dactylographié, (p. 612.)
Fossard (Denise), "La chronologie des sarcophages d'Aquitaine", dans Actes du Ve Congrès international d'archéologie chrétienne (1954), Cité du Vatican-Paris, 1957, p. 321-333. (p. 331 ; fig. 10, p. 328 et fig. 11, p. 329.)
Briesenick (Brigitte), "Typologie und Chronologie der Südwest-Gallischen Sarkophage", dans Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, IX, 1962, p. 76-182. (p. 151, n° 8.)
Mesplé (Paul), "Recherches sur les origines des sarcophages paléochrétiens du musée des Augustins de Toulouse", dans L'Auta, n° 319, 1963, p. 106-116 ; n° 320, 1963, p. 122-126. (p. 126 et fig. p. 125.)
James (Edward), The Merovingian Archaeology of South-West Gaul, Oxford, 1977, 2 vol, (B.A.R. 25), (p. 305, n° 12 et pl. 93.)
Landes (Christian), Inventaire de la collection paléochrétienne du musée des Augustins, Toulouse, 1977, (mémoire et vol. de planches inédits) manuscrit déposé au musée, n° 52, (p. 25-26, n° 26.)
Deroo (Christophe), La sculpture funéraire chrétienne de la Haute-Garonne antérieure à l'an mil, Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art, Université de Toulouse-Le Mirail, 1981, texte dactylographié, (p. 220-223, n° 84 et pl. LIV a, b, c.)
Durliat (Marcel), Deroo (Christophe) et Scellès (Maurice), Recueil général des Monuments sculptés en France pendant le haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles), t. IV : Haute-Garonne, éd. du C.T.H.S., Paris : Comité des Travaux historiques scientifiques, 1987, (p. 115-116, n° 158 et pl. LXXXI.)
Catalogue d'exposition Palladia Tolosa. Toulouse romaine, Toulouse, musée Saint-Raymond, 1988, (n° 268.)
Cazes (Daniel), "Les sarcophages sculptés de Toulouse", dans Antiquité tardive, 1993, 1, p. 65-74. (pl. I à VII.)
Cazes (Daniel), Le Musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, éd. Somogy/musée Saint-Raymond, Toulouse/Paris, 1999, (p. 167.)
Christern-Briesenick (Brigitte), Repertorium der Christlich-Antiken Sarkophage, 3e vol. : Frankreich, Algerien, Tunesien, éd. P. von Zabern, Mainz, 2003, (p. 249, n° 518, pl. 127.)

Rédacteur

Mekrabech Souad

Copyright notice

© Toulouse, musée Saint-Raymond, © Service des musées de France, 2016

Crédits photographiques

© Jean-François Peiré

 

Renseignements sur le musée

 

05630000089

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900 


Requête :   ((M) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0