Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 12
Domaine

sculpture

Dénomination

statuette

Titre

Statue équestre de Louis XIV

Auteur/exécutant

LE HONGRE Etienne (attribué à)

Précision auteur/exécutant

LE HONGRE : Paris, 1628 ; Paris, 1690

Ecole

France

Période création/exécution

4e quart 17e siècle

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Sous le règne de Louis XIV, la statue équestre constitue le prototype essentiel de la plupart des monuments élevés à Paris et en province à la gloire du Souverain. Les sculpteurs les plus illustres sont requis pour exécuter ces oeuvres : huit monuments, sur la douzaine de projets, seront entièrement réalisés : citons par exemple les statues de Girardon pour la Place Vendôme à Paris (1685 - 1699), et d'Antoine Coysevox à Rennes (1685 - 1726). La statue doit parfaitement s'intégrer à un cadre architectural monumental ; c'est alors l'occasion de créer une place dessinée de façon à mettre en valeur le monument constitué d'une statue reposant sur un haut piédestal richement décoré et orné d'inscriptions. A Dijon, l'aménagement de la Place Royale par l'architecte Martin de Noinville, de 1686 à 1692 devant le Logis du Roi, est entreprise par la Chambre de Ville, pour la statue de Louis XIV que les Elus avaient décidé de faire élever. Le 18 mai 1686, les Etats passent un contrat à Versailles, avec Le Hongre "sculpteur ordinaire des bâtiments du roi", à l'apogée de sa carrière. L'entreprise se déroule sous la haute autorité de Jules Hardouin-Mansart, Premier Architecte du Roi, chargé d'établir les plans du Palais des Etats et du Logis du Roi. Le Hongre s'engage à livrer dans un délai de cinq ans une statue équestre en bronze de douze pieds de haut et de treize pieds de long pour le prix de 90 000 livres. Le modèle est achevé en 1690, année de la mort de Le Hongre. La fonte est entreprise immédiatement. En 1692, la statue du roi et le cheval sont acheminés par la Seine et l'Yonne jusqu'à Auxerre. Après 6 km d'efforts, le mauvais état des routes et le poids des deux morceaux de sculpture en bronze empêchèrent de continuer le transport. La statue et le cheval furent alors remisés dans une grange du village de La Brosse pendant 27 années. Ce n'est qu'en 1720 que l'on réussit à acheminer par route la statue jusqu'à Dijon, elle fut déposée dans la Cour du Logis du Roi ; il faut attendre encore quatre années pour que les Etats décident de faire redessiner un socle : celui qui avait été choisi à l'origine n'était plus de leur goût. Ils s'adressent à Jacques-Ange Gabriel, Architecte ordinaire du roi, qui dessine un piédestal achevé en 1725, mais le décor du socle ne sera complètement achevé, et entouré d'une grille qu'en 1742, les plaques des inscriptions commémoratives ne seront posées qu'en 1747. Pas moins de 62 ans et de nombreuses péripéties, auront été nécessaires pour que le monument à la gloire de Louis XIV, soit enfin achevé. La statue, attendue depuis si longtemps, va disparaître, 45 ans plus tard, victime du vandalisme révolutionnaire. La statue en bronze est brisée le 15 août 1792, envoyée aux fonderies du Creusot pour en faire des canons, le piédestal sera détruit le 7 décembre de la même année. L'oeuvre de Le Hongre ne différait guère du type classique des monuments équestres élevés au Grand Roi. Les représentations graphiques du monument, peu nombreuses et peu précises et les descriptions laissées par les contemporains, ne permettaient pas une identification très exacte du monument. Le rapprochement effectué entre une série de sept statuettes, provenant de diverses collections et celle du Musée des Beaux-Arts de Dijon permet d'établir un type très ressemblant à celui du monument de Dijon. Le cavalier, représenté en empereur romain, dans une attitude de triomphe, se réfère à la statue de Marc-Aurèle et à celle de Jean de Bologne. Le roi est vêtu à l'antique, cuirasse moulante recouverte d'un ample manteau, il chevauche sans étriers, assis sur un tapis de selle. Il tient dans son bras droit un bâton de commandement, alors que sa main gauche tient les rênes, une épée très décorée pend à son côté gauche. L'ensemble du travail est extrêmement équilibré, la qualité, la précision des détails, le soin apporté à la confection du socle font supposer que cette statuette était destinée à servir de cadeau à de hautes personnalités et qu'elle pourrait provenir de l'atelier même de Le Hongre. (Notice de Catherine Gras extraite de "Portraits sculptés XVe-XVIIIe siècles : Collections du Musée du Louvre et des Musées des Beaux-Arts de Dijon et d'Orléans", Dijon, Orléans, 1992) ; D'après le modèle en bronze de Le Hongre, commandé par les Etats de Bourgogne en 1686 pour orner la Place Royale de Dijon. Livrée en 1692, installée sur son piédestal en 1748, la statue fut abattue en 1792 pour être fondue. En rapport avec : Le Hongre, Statuette équestre de L. XIV, coll. part., Le Hongre, Statuette équestre de L. XIV, Le Hongre (?), Statuette équestre de Louis XIV, Anonyme, Statuette équestre de Louis XIV, Le Hongre ou Atelier, Statuette équestre de L. XIV, Anonyme Statuette équestre de Louis XIV, Montpellier, Le Hongre, Statuette équestre de L.XIV

Matériaux/techniques

bronze

Description

Sculpture en bronze, socle en bois plaqué d'ébène avec filets de cuivre, décor de bronze ciselé et doré

Dimensions

Dimensions Hauteur : 48 cm ; Largeur : 37 cm ; Profondeur : 16 cm ; Hauteur (en cm) 48 ; Largeur (en cm) 37 ; Profondeur (en cm) 16 ; Hauteur du socle (en cm) 12.5 ; Largeur du socle (en cm) 37.5 ; Profondeur du socle (en cm) 20

Sujet représenté

portrait (Louis XIV, équestre, Bourbon)

Lieu de conservation

Dijon ; musée des beaux-arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; achat avec participation ; Dijon ; musée des beaux-arts

Date acquisition

1973

Anciennes appartenances

Collection privée, Della Tore M. ; Vente, 1973, Paris, Palais Galliera, 21 mars, 1973, Paris, (Les enchères n'ayant atteint que le chiffre de 27000 francs, le bronze est retiré de la vente) ; Collection privée, Della Tore M. ; Della Tore M.

Numéro d'inventaire

4993

Exposition

Vigne et sol en Bourgogne, Mayence, Musée d'Histoire Naturelle, Dijon, Musée d'Histoire Naturelle, 1985 (pas de catalogue)
Portraits sculptés XVe-XVIIIe siècles : Collections du Musée du Louvre et des Musées des Beaux-Arts de Dijon et d'Orléans, Dijon : Musée des Beaux-Arts, 11 avril - 10 août 1992, Orléans : Musée des Beaux-Arts, 27 septembre - 14 décembre 1992 (n° 12)
Enrichir et Sauvegarder, les Amis des Musées de Dijon, 1925- 1995. Oeuvres du Musée des Beaux-Arts acquises grâce à l'aide de la Société des Amis des Musées de Dijon, Dijon : Musée des Beaux-Arts, 1995 (classeur papier, pas de catalogue imprimé) (p. 69)

Bibliographie

Quarré (Pierre), "La Statue équestre de Louis XIV sur la place royale", Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'or, tome XXV, 1959-1962, Dijon, 1964 (p.88-92)
B. (J.F.), "Sur son cheval ... Louis XIV revien tà Dijon, Les Dépêches, 4-5 août 1973
Quarré (Pierre), "Acquisitions du Musée avec participation de la Société", Bulletin de la Société des Amis des Musées de Dijon, années 1973 -1975, Dijon, 1977 (p.81, repr.)
Revue du Louvre, 1976, 5-6 (p.343, n°21 repr.)
Beauvalot (Yves), "La construction du Palais des Etats de Bourgogne et de la Place Royale à Dijon (1674-1725)", numéro spécial des Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte d'Or, Dijon, 1981
Beauvalot (Yves), "Jacques Gabriel à Dijon", Les Cahiers du Vieux Dijon, Dijon, numéros 8 à 11, 1983 (pp. 18-73)
Martin (Michel), Les monuments équestres de Louis XIV : une grande entreprise de propagande monarchique, Paris : Picard, 1986 (p.157-164, fig.99)
Marques (Charles), "Le long et mouvementé voyage de la statue de Louis XIV", Le Bien Public Les Dépêches, 10 décembre 2000 (p. 21)
Starcky (Emmanuel), Barthélémy (Sophie), Cariel (Rémi) et al., Le musée des Beaux-Arts de Dijon, RMN, Musée des Beaux-Arts de Dijon, Paris, 2002 (p. 10, repr.)
Oursel (Hervé), "La Société des Amis du Musée de Dijon, cinquante ans d'histoire : 1925 - 1975", Bulletin des Musées de Dijon, années 2008-2009, n° 11, 2010, [p. 89-117] (p. 116)
Gras (Catherine), "Lumière sur Louis XIV au coeur de Dijon : la statue équestre d'Etienne Le Hongre", fiche recto-verso, 2010 (repr.)

Rédacteur

Van Houteghem Sophie ; Bardin Dominique

Copyright notice

© Dijon, musée des beaux-arts, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© Dijon, musée des beaux-arts

 

Renseignements sur le musée

 

01370017719

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5100  5101-5200  5201-5236 


Requête :   ((M) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0