Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 11
Domaine

peinture ; temps modernes

Dénomination

tableau

Titre

Portrait du philosophe Tommaso Campanella (Titre d'usage)

Auteur/exécutant

COZZA Francesco (peintre)

Précision auteur/exécutant

Stilo (Calabre), 1605 ; Rome, 1682

Ecole

Italie

Anciennes attributions

ZAMPIERI Domenico (au moment de l'achat en 1981) ; BARBALONGA Antonio (Brejon de Lavergnée et Volle, 1988)

Période création/exécution

2e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1626 vers ; 1634 vers

Historique

"Ce portrait, acheté par le musée de l'Oise en 1981, représente le philosophe italien Tommaso Campanella (Stilo, 1568 - Paris, 1639), auteur de la célèbre utopie "La Cité du soleil", rédigée en 1602 et éditée pour la première fois en latin en 1623. Le dominicain y décrit un régime théocratique, une cité idéale où tout est mis en commun. En 1599, Campanella est arrêté pour hérésie et conjuration contre l'autorité espagnole. Après vingt-sept ans de détention à Naples, il est transféré à Rome où il trouve la protection d'Urbain VIII. Libéré en 1629, il fuit l'Italie pour s'installer en France en 1634 grâce au soutien de Richelieu. Le portrait a vraisemblablement été exécuté lors de son séjour à Rome, entre 1626 et 1634. Durant cette période, le philosophe collabore avec les artistes qui travaillent au décor du palais Barberini. Il aurait aidé Andrea Sacchi dans l'élaboration du programme iconologique de la fresque de Pietro da Cortona. En 1988, au sein du "Répertoire des peintures italiennes du XVIIe siècle", A. Brejon de Lavergnée et N. Volle proposent une attribution à Antonio Barbalonga (1600-1649) en se fondant sur une analogie de style avec le "Portrait d'Orazio Spada" de la galerie Spada à Rome, que Roberto Longhi attribue à Barbalonga et qu'il date aux alentours de 1625-1635 (Fototeca Zeri, no 52005). Le tableau du musée de l'Oise était également de format ovale avant son agrandissement en rectangle. Barbalonga, originaire de Messine, a intégré l'Académie de Saint-Luc en 1633 ; sa présence à Rome étant documentée jusqu'en 1634, il pourrait en effet avoir portraituré Campanella durant son séjour. Francesco Petrucci (2008) propose quant à lui une attribution au peintre calabrais Francesco Cozza, compatriote et peut-être parent du modèle. La présence de Cozza à Rome est documentée dès 1631, mais il se peut que son arrivée soit antérieure à cette date ; il fait partie, lui aussi, de l'Académie de Saint-Luc en 1634. Domenico Martire, premier biographe et ami du philosophe, précise, à la fin du XVIIe siècle, que Cozza a peint un portrait, ainsi qu'un dessin représentant Campella : "Fece ancora altri quadri, come il ritratto di Tommaso Campanella suo paesano e parente per parte di madre, e anche il disegno del medesimo. Questi due s'avevano per Antonio Papa vescovo di S. Marco ; il disegno fu regalato a Pietropaolo Saluzzi cavaliere di antico garbo ; il quadro del Campanella all'eccellentissima casa Gaetana" ("Il fit encore d'autres tableaux, comme le portrait de Tommaso Campanella, son concitoyen et parent, ainsi qu'un portrait dessiné de celui-ci. Ces deux oeuvres appartenaient à Antonio Papa, évêque de Saint-Marc. Le dessin fut offert à Pietropaolo Saluzzi, un chevalier d'ancienne souche et le tableau de Campanella à la très excellente maison Gaetana") (Strinati 2007, p. 26). Cette source ancienne atteste donc que Cozza a bien exécuté un portrait de Campanella. Un autre portrait de Campanella, aujourd'hui conservé au palais Caetani à Rome, est également attribué à Cozza et daté de la période 1626-1634 (Strinati 2007, p. 26-28, notice de G. Leone). Il existe quatre copies anonymes qui témoignent de la fortune du portrait du musée de l'Oise. La première, conservée à la bibliothèque de la via Senato à Milan, révèle l'identité du modèle dans une inscription : "Thomas Campanella Calabrois + 1639" (Canone 2007, fig. 2b). La deuxième appartient à une collection privée de Pommersfelden (Canone 2007, fig. 2c). Les deux dernières ont été signalées en Suède, l'une à Hagersten dans une collection privée (communication écrite, 1989, documentation du musée de l'Oise), l'autre, peinte par Johan Wulf, à Upsal dans la bibliothèque de l'université (Lerner 1996, p. 157-161). En septembre 2016, la galerie Leegenhoek a exposé à la Biennale des antiquaires à Paris une version au cadrage plus resserré et de plus petit format (H. 0,43 m ; L. 0,355 m), que F. Petrucci considère comme autographe (voir Petrucci 2016, p. 10-13.)" (Constance Cal derari-Froidefond in : Nathalie Volle (dir.), Christophe Brouard (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, p. 187)

Matériaux/techniques

peinture à l'huile ; toile

Description

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois sculpté doré et peint. Tableau originellement plus petit et de format ovale barlong.

Dimensions

H. 61,5 cm ; l. 48 cm ; Ep. 2,2 cm ; Pds 3,6 Kg (toile+cadre)

Inscriptions

inscription

Précision inscriptions

"Ritratto del P. Car..." illisible (inscription en italien au dos de la toile)

Sujet représenté

portrait (Campanella Tommaso, philosophe, moine, religieux mendiant, dominicain, homme, en buste, de trois-quarts)

Lieu de conservation

Beauvais ; MUDO - Musée de l'Oise

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; achat ; Oise ; MUDO - Musée de l'Oise

Date acquisition

1981

Anciennes appartenances

Folatre M.

Numéro d'inventaire

81.38

Exposition

"Tommaso Campanella : L'iconografia, le opere e la fortuna della "Città del Sole"", Milan, Biblioteca di via Senato, 7 février-25 mars 2001, Cosenza, Palazzo Arvone, 15 avril-31 mai 2001, n°2 ; "Heures italiennes : le Naturalisme et le Baroque, XVIIe siècle", Beauvais, MUDO-Musée de l'Oise, 27 avril-17 septembre 2017, n°96

Bibliographie

Canone Eugenio et Ernst Germana, "Tommaso Campanella : l'iconografia, le opere e la fortuna della "Città del Sole"", Milan, Biblioteca di via Senato Edizioni, 2001, n°2 p. 15 repr. n. et bl. ; Volle Nathalie (dir.), Brouard Christophe (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, n°96 p. 188 repr. coul.

Rédacteur

Véronique, WILCZYNSKI

Copyright notice

© MUDO - Musée de l'Oise

Crédits photographiques

© Réunion des musées nationaux-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Hervé Lewandowski - Utilisation des photographies soumise à autorisation

 

Renseignements sur le musée

 

07980002315

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100  

Lots de réponses :  

1-100  101-200  201-300  301-400  401-500  501-600  601-700  701-800  801-900  901-1000  1001-1100  1101-1200  1201-1300  1301-1400  1401-1500  1501-1600  1601-1700  1701-1800  1801-1900  1901-2000  2001-2100  2101-2200  2201-2300  2301-2400  2401-2500  2501-2600  2601-2700  2701-2800  2801-2900  2901-3000  3001-3100  3101-3200  3201-3300  3301-3400  3401-3500  3501-3600  3601-3700  3701-3800  3801-3900  3901-4000  4001-4100  4101-4200  4201-4300  4301-4400  4401-4500  4501-4600  4601-4700  4701-4800  4801-4900  4901-5000  5001-5100  5101-5200  5201-5240 


Requête :   ((M) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0