Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 46
Domaine

sculpture

Titre

Vénus de Vienne ; Aphrodite accroupie

Auteur/exécutant

anonyme ; Doidalsas de Bithynie (d'après)

Ecole

Italie (d'après)

Période création/exécution

19e siècle

Genèse

copie ; d'après l'antique ; oeuvre en rapport

Historique

L'Aphrodite accroupie grecque, aujourd'hui disparue, peut-être en bronze, datée du 3e siècle av. JC est attribuée à Doidalsas de Bithynie d'après une interprétation de la description du portique d'Octavie par Pline l'Ancien (Histoire Naturelle, XXXV, 35) ; informations concernant la copie romaine en marbre, d'après l'original en bronze, découverte à Sainte-Colombe en Isère et conservée au musée du Louvre ; Moulage en plâtre d'une copie romaine d'après un original en bronze du IIIe siècle av. JC ; Sur le registre d'inventaire Simon-Lesueur, cette oeuvre est désignée sous le titre de "Vénus de Vienne" ; L'oeuvre conservée au musée du Louvre est désignée sous le titre de "Aphrodite accroupie", dont le musée possède le moulage ; A la suite des Aphrodites au bain inventées au IVe siècle av. JC, les artistes de l'époque hellénistique se plaisent à étudier la figure féminine nue dans toutes les attitudes. Le motif, associé comme ici à l'Amour dont il ne reste que la petite main à l'arrière, a rencontré un grand succès auprès des copistes romains pour l'ornementation des jardins et des thermes. En effet, la composition qui intègre dans une forme pyramidale le corps d'une grande sensualité peut se prêter à des effets décoratifs

Période original copié

3e siècle av. JC

Matériaux/techniques

moulage, plâtre

Dimensions

H. 120

Sujet représenté

scène mythologique (Aphrodite, nu, toilette)

Précision sujet représenté

Aphrodite, acéphale, est saisie au moment de sa toilette versant probablement de l'eau sur sa nuque, tout en s'appuyant sur son genou gauche. La posture de la déesse provoque une accumulation de plis généreux dans un traitement particulièrement sensuel des chairs. La petite main conservée sur le dos d'Aphrodite appartenait à un Eros : connu sur d'autres répliques romaines, on ne sait s'il existait dès la création du prototype grec ou s'il s'agit plutôt d'un ajout choisi par plusieurs copistes. Composition pyramidale et fermée

Lieu de conservation

Pont-Audemer ; musée Alfred Canel

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; dépôt ; Pont-Audemer ; musée Alfred Canel

Numéro d'inventaire

D 895.17.1

Copyright notice

© Pont-Audemer, musée Alfred Canel, © Direction des musées de France, 2003

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

Site complémentaire

Musées en Haute-Normandie

 

07070000867

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51  

Lots de réponses :  


Requête :   ((m0707) :MUSEO )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0