Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 188
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Le Mariage de la Vierge ; Los Desposorios de la Virgen

Auteur/exécutant

CANO Alonso

Précision auteur/exécutant

CANO : Grenade, 1601 ; Grenade, 1667 ; nationalité : Hispanique

Ecole

Espagne

Lieu création / utilisation

Espagne, Andalousie, Grenade (lieu de création)

Période création/exécution

3e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1655 ; 1657

Historique

Alonso Cano a été mis à l'honneur en 2001/2002 lors de la célébration à Grenade et à Madrid du quatrième centenaire de sa naissance. Artiste complet dans l'esprit de la Renaissance, il fut à la fois architecte, sculpteur et peintre. Condisciple de Velázquez dans l'atelier de Francisco Pacheco en 1616, il étudia, semble-t-il, avec Martínez Montañés, le plus grand sculpteur de son temps. Sa vie, tumultueuse, nous est rapportée par Palomino avec en particulier l'assassinat de sa seconde épouse et sa mise en accusation dont il sortira innocenté. Dans sa jeunesse il adopta le style réaliste ainsi que le ténébrisme pour faire siens, par la suite, les coloris brillants, des compositions recherchées dont les références se situent chez les Vénitiens et les grands maîtres du XVIe siècle comme Raphaël. Cano recherche avant tout un modèle de beauté plastique idéale, chose très sensible dans ses modèles féminins. Le Mariage de la Vierge fait partie d'un ensemble qui décorait l'église de l'Ange Gardien à Grenade, en compagnie de l'Annonciation et de la Visitation (musée Goya) et six autres compositions plus une Sainte Famille (couvent de l'Ange Gardien, Grenade). Accrochée dans la nef de l'église élevée sur les plans de Cano par Juan de Ortega de 1653 à 1661, elle était complétée par cinq autres peintures dans la chapelle et la sacristie. Malheureusement détruite par les Français en 1810, l'église est rebâtie entre 1819 et 1830 pour être rasée en 1950 pour édifier le siège de la Banque d'Espagne. La dispersion des oeuvres date soit de l'invasion napoléonienne soit de la " Desamortización " (vente des biens ecclésiastiques) de 1835. Six peintures du cycle sont mentionnées dans un inventaire du château de Courson (Ile-de-France), propriété du duc de Padoue, Jean-Thomas Arrighi de Casanova, cousin germain de Napoléon Ier. Le duc, bien conseillé, put ainsi réunir une galerie espagnole vers 1838 alors que s'ouvrait celle de Louis-Philippe au Louvre. Cano ne s'était pas contenté d'exécuter les plans et les peintures, il avait aussi sculpté la statue de l'Ange-Gardien (couvent de l'Ange-Gardien, Grenade) qui surmontait le portail principal. Elle est la seule rescapée d'un programme iconographique remarquable en collaboration avec Pedro de Mena dont nous parle Ceán Bermúdez, l'ami de Goya, dans ses Noticias de Granada. Le cycle de la Vierge de l'Eglise de l'Ange-Gardien peut être comparé avec celui de la cathédrale, plus enlevé et plus baroque. Dans l'oeuvre présente, l'équilibre de la composition, la richesse des coloris, l'élégance des modèles en particulier la figure de la Vierge marquent la pleine expérience de la maturité du peintre. Les deux époux paraissent devant le grand prêtre, échangeant leur foi en un geste symbolique : Joseph qui porte le bâton fleuri en référence au miracle opéré par l'ange lui annonçant la conception du Christ, prend dans sa main droite la main droite de Marie. Celle-ci tient les yeux baissés selon les règles de la décence. Joseph apparaît, selon l'iconographie nouvelle, comme un homme jeune, de belle prestance ; la Vierge, au visage à l'ovale parfait, nous offre un profil d'une pureté classique. Cano avait tenu compte du positionnement en hauteur de ses peintures dans la nef : certaines déformations (cous allongés, jambes courtes de saint Joseph) sont intentionnelles afin d'éviter, depuis le sol, les mauvais effets d'une perspective lointaine. Alonso Cano fait ici oeuvre première en une période difficile pour lui : le chapitre de la cathédrale conteste sa prébende de chanoine et il devra se rendre à Madrid pour obtenir son ordination par le Nonce du Pape. Extrait du cat. exp. Madrid/Bilbao, 2002/2003, J. L. Augé ;
Tableau faisant partie d'un cycle de la vie de la Vierge, qui avait été l'objet d'une commande de la part des religieuses Franciscaines installées au Couvent de l'Ange Gardien de Grenade

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Dimensions

Hauteur en m 2.15 ; Largeur en m 1.705

Sujet représenté

scène biblique (Mariage de la Vierge, Vierge, mariage)

Précision sujet représenté

la Vierge debout se tient à gauche de la composition, Joseph à droite lui prend la main; il a dans sa main gauche un bâton fleuri par un bouquet de jasmin. A l'arrière Anne, la mère de Marie et un autre femme en vert. Un Evêque mitré, on aperçoit les visages de deux jeunes garçons. La scène se déroule dans un ensemble architectural, des colonnes dans l'ombre à gauche, un mur en pleine lumière à droite, dans une niche une statue de femme drapée.

Lieu de conservation

Castres ; musée Goya

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Castres ; musée Goya

Date acquisition

1986 acquis ; 1991 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Anonyme

Numéro d'inventaire

91-4-1 ; MPR 8487 (Ancien numéro)

Exposition

MADRID, BILBAO, 2002/2003, Obras Maestras Españolas del Museo Goya de Castres.
Alonso Cano, Espriritualidad y Modernidad Artística, Hospital Real, Granada 2001 - 2002.

Bibliographie

Inventaire général des collections du musée Goya, Tome I, Peintures hispaniques - sous la directions de Jean-Louis Augé, Conservateur en Chef des musées de Castres (N°31,p.52)
Obras maestra del museo Goya. Madrid du 8 octobre au 1er décembre 2002 et Bilbao du 18 décembre 2002 au 23 février 2003, organisée par BBVA. (pp. 74-77, p. 198)
Augé J.L., "Le cycle de la vie de la Vierge", dans Alonso Cano, le Michel Ange espagnol, dans Dosssier de l'Art, 87 (juin 2002)
Alonso Cano, IV centenario : Espiritualidad y modernidad artistica, Grenade, 2002, ISBN 84-95183-63-2 et ISBN 84-8266-261-9 DL M-52988-2001 Notice de Juan José Justicia Segovia p.472 à 475
Un ensemble exceptionnel: le cycle de la vie de la Vierge d'Alonso Cano au Musée Goya de Castres, Jean-Louis Augé, p. 425 à 434 (p. 425, 434.)
AUGE, J.L., Le Musée Goya..., op. cit., 1997

Rédacteur

Berthoumieu Cécile

Copyright notice

© Castres, Musée Goya, © Service des musées de France, 2011

Crédits photographiques

© Castres ; musée Goya, photographe : Pascal Bru

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

05940000024

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200  

Lots de réponses :  

1-200  201-400  401-600  601-800  801-894 


Requête :   ((m0594) :MUSEO )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0