Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 42
Domaine

dessin ; cartes - plans

Titre

Porte de la Barre à Macon

Auteur/exécutant

RIVAUD Jacques (auteur, ingénieur)

Précision auteur/exécutant

RIVAUD : Sous-ingénieur des Etats du Mâconnais Les fonds des archives départementales, notamment la série C constituée par les archives provenant de divers organismes administratifs de l'ancien régime tels que l'Intendance de Bourgogne et Bresse, les États du Charollais, les États du Mâconnais, etc., sur une large période allant de 875 à 1790, conservent de nombreux documents relatant son travail. On sait, par exemple, qu'il fut rétribué pour la création du plan d'alignement de la ville de Mâcon (AD/C420, entre 1769 et 1789). En 1807, il est cité comme "ingénieur, propriétaire, à Mâcon" dans la liste des souscripteurs du Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, Bois et Forêts, Chemins, Routes, Canaux de navigation, Ports maritimes, Exploitation des mines, Dessèchement des marais, Agriculture, Manufactures, Arts mécaniques, Architecture géométrique et hydraulique, et constructions civiles en général, avec Gravures, Paris, Demoraine, Debray et Girard, 1807, 2e volume.

Ecole

France

Période création/exécution

4e quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1788

Genèse

projet d'architecture

Historique

Jacques Rivaud a réalisé de nombreux projets d'aménagements urbanistiques à Mâcon et dans la région, en tant que sous-ingénieur des Etats du Mâconnais dans le dernier tiers du 18e siècle et au début du 19e siècle. On sait, par exemple, qu'il fut rétribué pour la création du plan d'alignement de la ville de Mâcon (AD/C420, entre 1769 et 1789). La place de la Barre, entrée ouest de Mâcon, fait l'objet de plusieurs campagnes d'aménagement à la fin de l'Ancien Régime, sous l'égide du dernier échevin de la ville, Marie-André-Placide Daugy (1771- 1788) qui avait fait de l'urbanisme et de l'organisation des secours ses priorités. La ville est désenclavée, embellie, assainie : pavage des rues, éclairage public, nouveaux hôpitaux et transfert hors les murs du cimetière de Saint-Pierre. Les voies de communication sont également améliorées : un chemin est ouvert pour aller de la porte de la Barre au pont des Juifs (AD/C497) ; un autre est créé pour relier le faubourg de la Barre à la porte Saint-Antoine, au nord de la ville (AD/C675 et C726). Daugy obtient aussi la concession du terrain où se trouvent les tours et la porte de la Barre, architectures fortifiées du 17e siècle, obsolètes, puis il envisage la construction d'une nouvelle porte pour cette place (AD/C314). C'est pour répondre à cette demande que Jacques Rivaud réalise le projet proposé à la commission, en janvier 1788. Dix dessins, minimum, ont été présentés. Celui-ci porte le numéro 10 au dos : il est le seul connu de la série. La construction de la nouvelle porte de la Barre était jusqu'alors documentée par quelques pièces d'archives, plans et actes administratifs, mais cette feuille est le premier témoignage iconographique référencé. En 1788, il s'agit d'embellir la ville par la construction de portes plus symboliques que défensives. Rivaud propose d'intégrer aux murailles une porte néoclassique laissant libre un large passage. Il a cherché à mettre en avant une ville ouverte et modernisée. Côté ville est dessinée la rue de la Barre, bordée par des immeubles regroupant des fonctions de commerce au rez-de-chaussée sous les arcades et d'habitation dans les étages et à l'attique. Le projet a bel et bien été réalisé ; il en subsiste les premiers immeubles. Il n'est pas possible, en revanche, de certifier que c'est la porte de Rivaud qui a été retenue et construite. (…) Ce dessin présente un grand intérêt local. Il contient des éléments historiques et iconographiques sur l'urbanisme et les monuments de Mâcon en 1788, période d'importants changements dans la ville pour laquelle les musées conservent paradoxalement peu de témoignages, à l'exception d'un modeste fonds de dessins et estampes d'architecture régionale des 18e et 19e siècles qu'il viendrait enrichir. Son auteur, Jacques Rivaud, a réalisé de nombreux projets d'aménagements urbanistiques à Mâcon et dans la région, en tant que sous-ingénieur des Etats du Mâconnais dans le dernier tiers du 18e siècle et au début du 19e siècle. (…) En 1807, il est cité comme "ingénieur, propriétaire, à Mâcon" dans la liste des souscripteurs du Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées (...) Construite en 1788, cette porte de la Barre est la dernière construite à Mâcon et une des plus éphémères. Devenue symbole de l'ancien régime, elle est démolie en 1791-1792. Jusqu'en 1795, les derniers fragments de la muraille d'enceinte disparaissent les uns après les autres et les anciennes portes de ville sont remplacées par de simples octrois. La cité peut dès lors se développer hors du carcan de ses anciens remparts. Les musées de Mâcon ont pour vocation de rassembler un maximum d'oeuvres en lien avec Mâcon. Ils conservent, au sein d'un petit cabinet d'arts graphiques, un ensemble de dessins d'architecture qui sont des projets ou des vues d'édifices mâconnais dans la seconde moitié du 18e siècle et au début du 19e siècle. Ceux-ci forment un fonds cohérent qui témoigne des importantes mutations urbanistiques de la cité à cette période. Ce dessin de l'ingénieur Rivaud le complète opportunément.

Matériaux/techniques

papier, aquarelle, gouache, encre

Description

Aquarelle, gouache et encre sur papier

Dimensions

H. en cm 32.5 ; l. en cm 46.5

Inscriptions

titre ; signature, date ; titre, situé, auteur, date ; numéro

Précision inscriptions

titre, b.c. : Inscription manuscrite (à l'encre) : PORTE DE LA BARRE A MACON ; signature, date, b.d. : Inscription manuscrite : fait par l'ingenieur Rivaud en janvier 1788 ; titre, situé, auteur, date, au dos : Inscription manuscrite au crayon sur la cartonnette : PORTE DE LA BARRE A MACON / (FAIT PAR L'INGENIEUR RIVAUD EN JANVIER 1788) ; numéro, au dos : Sur la traverse du cadre : n°10 porte de la barre O

Sujet représenté

vue d'architecture (Mâcon, porte de ville, galerie, arcade, immeuble, rempart, mur, colonne, route, église, clocher, tour, chien, arbre, personnage)

Etat de conservation

Etat moyen

Lieu de conservation

Mâcon ; musée des Ursulines

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; achat ; Mâcon ; musée des Ursulines

Date acquisition

2016

Anciennes appartenances

Vente aux enchères, Paris, Drouot, Mallié-Arcelin, 19 mars 2016, 2016

Numéro d'inventaire

2017.5.1

Bibliographie

Cahiers d'inventaire n° 20 : Dessins (notice illustrée p. 11)

Copyright notice

© Mâcon, musée des Ursulines, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© Musées de Mâcon

 

Renseignements sur le musée

 

01720026223

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200  

Lots de réponses :  

1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2400  2401-2600  2601-2800  2801-3000  3001-3200  3201-3400  3401-3600  3601-3800  3801-4000  4001-4200  4201-4400  4401-4600  4601-4800  4801-5000  5001-5200  5201-5400  5401-5600  5601-5800  5801-6000  6001-6200  6201-6400  6401-6600  6601-6800  6801-7000  7001-7200  7201-7400  7401-7600  7601-7800  7801-8000  8001-8200  8201-8400  8401-8600  8601-8789 


Requête :   ((m0172) :MUSEO )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0