ACCUEIL Nouvelle recherche
Affiner la recherche
   Liste des réponses

Réponse n° 26
Dossier Grands documents de l'histoire de France ; Florilège
N° notice AF-06077
Fonds Musée
Série armoire de fer
Cote AE/I/14/9/3
Analyse Acte d'ondoiement du deuxième enfant du duc de Berry, mort prématurément, le 13 septembre 1818 à Paris, fait et signé par Monsieur de Combelles, évêque d'Amiens.
Il est inclus au sein d'un dossier des archives de la maison royale pour la Chambre des Pairs, sans date.
Dates document 1818/09/13
Accès original non accessible (conservé en réserve du musée)
Reproduction tirage photographique; fichier numérique
Support papier ; papier à en-tête
Taille 29,5 x 21cm
Technique manuscrit;encre ; en-tête imprimé
Type de document document écrit ; acte de baptême
Noms de personnes Bourbon, Charles-Ferdinand de (1778-1820) (duc de Berry) ; Bourbon, Caroline de (1798-1820) (duchesse de Berry);Montaut, Marie-Louise Joséphine de (1773-1857) (vicomtesse de Gontaut-Biron - dame d'honneur)
Noms de lieux France -- XIXe siècle ; Paris (France) ; Palais de l'Elysée
Mots clés XIXe siècle ; règne de Louis XVIII (1815-1824) ; Bourbons ; membre de la famille royale ; prince du sang ; pair de France ; archives royales ; baptême ; état civil ; acte de naissance
Notes Marc-Marie de Combelles est évêque d'Amiens depuis août 1817 et premier aumônier de la duchesse de Berry. Caroline de Bourbon, princesse des Deux-Siciles, a épousé en juin 1816 le second fils du comte d'Artois. Elle a déjà perdu un nouveau-né, âgé d'un jour, le 14 juillet 1817 (cf AE/I/14/8). Elle accouche d'un fils prématuré qui vit moins de deux heures au petit matin du 13 septembre 1818. L'abbé a juste le temps de l'ondoyer selon le rite catholique.
La duchesse était entourée de son époux, la vicomtesse de Gontaut, dame d'atours de la princesse, Madame [Wathaire], sa "première femme de chambre", et de "dame Le Moine, garde". Messieurs Bougon, chirurgien du duc, et Deneux, accoucheur, l'assistent, comme lors de son premier accouchement (cf AE/I/14/8/1 et AE/14/8/2).
Le chancelier de France, président de la chambre des Pairs, qui a la fonction d'officier de l'état civil des princes et princesses, n'est pas encore arrivé (cf AE/I/14/9/2). La situation dramatique demande de la rapidité.
Le document rédigé dans les appartements du couple est signé par les deux médecins et l'homme d'Eglise, rédacteur de l'acte. Il comporte deux tampons dont une allégorie de la Charte (Timbre fiscal de 75c?) et un symbole royal ("Loi de 1816. 50 C en sus").

Notices 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35  
Groupes