ACCUEIL Nouvelle recherche
Affiner la recherche
   Liste des réponses

Réponse n° 33
Dossier Grands documents de l'histoire de France ; Florilège
N° notice 03987
Fonds Musée
Série armoire de fer et Musée; musée des documents français
Cote AE/II/874
Cote origine M232
Analyse Lettre autographe signée de Jacques Bénigne Bossuet, précepteur du Dauphin, adressée le 16 avril 1678 depuis Saint-Germain, à Abel-Louis de Sainte-Marthe, supérieur général de l'Oratoire, au sujet de l'ouvrage théologique contesté du père Richard Simon.
Dates document 1678/04/16
Accès original non accessible (conservé en réserve du musée)
Reproduction tirage photographique; fichier numérique
Support papier
Taille 22,5 x 17 cm
Technique manuscrit;encre
Type de document document écrit ; lettre
Noms de personnes Bossuet, Jacques-Bénigne (1627-1704) (théologien - précepteur du Dauphin) ; Sainte-Marthe, Abel-Louis de (1621-1697) (supérieur général de l'ordre des Oratoriens) ; Simon, Charles (1638-1712) (Oratorien - fondateur de la critique biblique)
Noms de lieux France -- XVIIe siècle ; ; Ile-de-France (France - région administrative) ; Yvelines (Ile-de-France - département) ; Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)
Mots clés France ; Personnalité de l'Ancien Régime ; Religion sous l'Ancien Régime ; règne de Louis XIV (1643-1715) ; Ecrivain français du XVIIe siècle ; Membre de l'Académie française ; Ordre ; évêque ; théologien ; Oratoire ; jansénisme ; Eglise catholique ; théologie ; religion ; religion catholique ; religieux ; France -- XVIIe siècle
Notes Richard Simon (1638-1712), prêtre de l'Oratoire, publie en 1678, sous le titre d'Histoire critique du Vieux Testament, un traité complet d'exégèse biblique. Le confesseur de Louis XIV, le père de la Chaize promet de solliciter du roi la permission de lui dédier l'ouvrage. Cette réflexion théologique s'avère délicate à une période de tensions religieuses. L'imprimeur du livre, afin de favoriser la vente, fait imprimer séparément les différents chapitres et met en circulation la table des matières.
Bossuet, prévenu, en avertit Michel Le Tellier (1603-1685), chancelier de France depuis un an. Le 7 avril 1678, l'ouvrage est saisi par Nicolas de La Reynie (1625-1709), lieutenant de police et bientôt mis au pilon.
A la nouvelle de cette saisie, l'Oratoire exclut Richard Simon. Le père Abel-Louis de Sainte-Marthe (1621-1697), supérieur général de l'ordre depuis 1696, demande à Bossuet des explications. Le précepteur du Dauphin lui envoie cette réponse. Selon lui, Richard Simon n'a " pas assez veu la conséquence de sa doctrine qu'il a enseignée". Il conclut qu'il " faudra procéder à nouvel examen". La polémique est d'autant plus dangereuse pour l'Oratoire que cette compagnie de prêtres séculiers a pour vocation essentielle l'instruction publique des clercs. Elle avait été instituée canoniquement par le pape en 1613.
Richard Simon quitte Paris et se retire en 1679 à la cure de Bolleville (Seine-Maritime). Les négociations avec Bossuet, nommé évêque de Meaux (1681), n'aboutissent finalement pas. Les rares exemplaires, échappés au feu, servent à imprimer les éditions parues en Hollande quelques années plus tard.
En 1690, la congrégation parisienne connaît de nouvelles tensions avec la couronne. Abel-Louis de Sainte-Marthe, ami du théologien Antoine Arnauld (1612-1694), est suspecté de jansénisme. La polémique autour de l'ouvrage de l'oratorien Pasquier Quesnel (1634-1719) se développe. En 1690, le supérieur général de l'ordre est menacé par le pouvoir royal. Il est contraint à la démission six ans plus tard par François Harlay de Champvallon (1625-1695), archevêque de Paris. La lecture de l'Abrégé de la morale de l'Evangile de Quesnel est alors interdite par plusieurs évêques. Clément XI le condamne dans une bulle du 13 juillet 1708. En 1709, l'extinction du Port Royal est décidée par le pouvoir royal (cf Deux siècles de jansénisme à travers les documents du fonds Port-Royal d'Utrecht, Archives nationales, Paris, 1974, p. 69-70). Le pape accorde à Louis XIV la bulle " Unigenitus " pour dénoncer ce courant, en septembre 1713 (cf Archives nationales, AD+722).
Cette lettre autographe de Bossuet, signée " évêque de Condom ", est pliée en huit. Une croix est tracée en tête de la première page. D'après l'inventaire, le second feuillet qui comportait la suscription a disparu.
Cet original sur papier était conservé dans les archives de l'Oratoire sous la cote M 232.

Notices 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60  
Groupes