Pont des Arméniers,
Sorgues, Vaucluse

L'île de l'Oiselet est située sur la commune de Sorgues, entre le bras navigable du Rhône et le bras mort dit des Arméniers.

Essentiellement agricole, l'île produisait au XIXème siècle des céréales, du fourrage, du millet à balaie, de la betterave sucrière. Cependant au début du XXème siècle l'activité agricole stagnait à cause des difficultés du transport assuré par trois bacs à traille, le bac du Dragonet, le bac de Bernardie et le bac de l'Oiselet.

Les deux premiers seront supprimés après la guerre de 1914. Les crues du Rhône empêchaient le bon fonctionnement du bac de l'Oiselet dont le service pouvait être interrompu quatre à cinq jours durant, bien plus parfois.

Aussi, le 28 novembre 1922, les îliens demandent l'autorisation de créer "une association syndicale libre pour la construction d'un pont sur le Rhône". Le projet est autorisé par arrêté ministériel du 27 août 1923. L'ingénieur Backes, constructeur à Lyon est retenu pour la partie métallique (tablier et suspension), l'entreprise Bourelly à Montfavet pour les maçonneries.

Les travaux sont commencés en 1925 et le pont, appelé pont des Arméniers, ouvert à la circulation le 26 août 1926. L'association syndicale, puis la commune à partir de 1950, assure la lourde gestion de l'ouvrage. Devenu obsolète, le pont sera interdit à la circulation des camions en 1975, et remplacé pour tous les véhicules par une chaussée sur enrochement construite sur le site de l'ancien bac à traille.
L'ouvrage consiste en une passerelle suspendue semi-rigide à une seule travée de 157,50 mètres de portée. La voie, de 2,30 mètres de large, est bordée de deux trottoirs de 0,50 mètres. Le tablier, à profil longitudinal parabolique, est supporté par des poutrelles métalliques retenues par 3 fils de longerons. La chaussée, en madriers de chêne boulonnés, est revêtue d'un platelage jointif en planches de sapin. Les trottoirs sont également en planche de sapin. Les pylônes, en béton, sont d'une hauteur d'environ 20 mètres. Les ancrages des câbles de retenu, pris dans un massif bétonné, sont à 21 mètres des pylônes.