Eglise paroissiale Notre-Dame de Beauvoir,
Grambois, Vaucluse

Dépendant de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-les-Avignon, l'église priorale de Grambois, aujourd'hui paroissiale Notre-Dame-de-Beauvoir, est mentionnée pour la première fois en 1096.

L'évolution de cet édifice hétérogène est relativement bien connue : nef romane du XIIe siècle, à l'origine nef unique de trois travées ; agrandissement au milieu du XIVe siècle par une quatrième travée couverte en berceau brisé, un choeur à chevet plat et une chapelle sud voûtés d'ogives ; bas-côté sud en 1560 ; fortification du chevet par une tour à la fin du XVIe siècle ; ajout de trois chapelles latérales au nord et d'une sacristie au XVIIe siècle ; nouvelle voûte de la nef, réfection de la façade et tour de l'horloge consécutivement au tremblement de terre de 1708.

Implantée sur la place principale du village, l'église est adossée au nord-ouest au presbytère et à l'ancien château. Extérieurement l'imbrication des volumes de ces différents bâtiments nuit certainement à la lisibilité de l'édifice cultuel mais le tout constitue un ensemble provençal pittoresque.

A l'intérieur, les chapiteaux des colonnettes placées entre les troisième et quatrième travées de la nef peuvent être rapprochés de ceux de la chapelle Saint-Pierre de Montmajour, de Vénasque, ou de ceux plus lointains du cloître de Tournus en Bourgogne. Ils représentent donc de rares vestiges de la sculpture romane du XIe siècle ou du tout début du XIIe siècle en Provence et confèrent à l'édifice un intérêt supplémentaire.

L'église abrite également des éléments mobiliers, comme le polyptyque de saint Jean-Baptiste, daté de 1519 et classé.