Chapelle Saint-Michel,
Crillon-le-Brave, Vaucluse

La chapelle Saint-Michel fut construite au XIIe siècle sur le territoire d'une commune attestée à partir de 1157 sous le nom de Crilone. Elle se situe en plaine, au bas du village, il s'agit d'une ancienne église paroissiale rattachée sous l'Ancien Régime au diocèse de Carpentras. Durant les guerres de Religion, le village est abandonné, les habitants préférant s'abriter dans des lieux en hauteur et fortifiés pour plus de sécurité. Le village tombe alors aux mains des Calvinistes.
En 1769, l'édifice cultuel perd son statut d'église paroissiale, l'évêque exige alors le transfert du cimetière dans le nouveau village. En 1955, la commune fait une demande de désaffectation dans le but de céder la chapelle à un particulier toutefois ce projet n'aboutit pas.

De la chapelle Saint-Michel, il ne reste actuellement que des ruines. Sa construction en appareil de pierre de taille à joints vifs, se rattache à une architecture romane de grande qualité. La chapelle, en calcaire local, présente une forme allongée ponctuée d'un chevet polygonal et se compose d'une nef de deux travées. De grandes arcades aveugles formant arcs de décharges s'inscrivent dans les murs gouttereaux et raidissent les maçonneries dépourvues de contreforts. L'édifice était couvert de voûtes en berceau sur arcs doubleaux, dont le départ est souligné par un cordon mouluré. L'étroite travée droite précédant le ch¤ur marque une exception dans l'architecture provençale de la période.
Jusque dans les années 1970, la chapelle présentait des peintures murales datées du XIIIe siècle qui ont disparu sous l'action des intempéries. Sous la corniche de l'abside, se trouvait une représentation de la Cène. Le cul-de-four de l'abside était occupé par un Christ en majesté. Il était entouré des tétramorphes se détachant sur un fond gris.


Inscription des ruines de la chapelle au titre des monuments historiques le 23 février 2011

.