Pont-aqueduc de la Canaù
Cavaillon, Vaucluse

Situé à un peu moins de 2 km de Cavaillon à proximité de la route de Carpentras, le pont-aqueduc de la Canaù est l'ouvrage le plus remarquable du canal Saint-Julien. Bien documenté par les archives, attesté depuis le XIIe siècle, ce canal alimenta d'abord un moulin appartenant à l'évêque, avant d'être utilisé au siècle suivant pour arroser les terres agricoles voisines.

Jusqu'au XVIe siècle, le canal était limité aux quelques kilomètres séparant sa prise volante en Durance de l'exutoire du fuyant du moulin dans la rivière Coulon. Au milieu de ce siècle, sur l'initiative du riche propriétaire Jean Meynier d'Oppède, le canal va franchir la rivière grâce à un pont-aqueduc, pour irriguer de l'autre côté la plaine du quartier du Plan (aujourd'hui des Vignères). Il semble que le pont ait été rétabli ou totalement refait à la fin du XVIe siècle, consécutivement à une transaction de 1595, mais son principe constructif demeure sans doute celui d'origine, antérieur de quelques décennies.

Enjambant le Coulon, le pont-aqueduc est constitué de deux arcs soigneusement construits en pierre de taille, d'une portée de 22 m, très tendus, rejoints à leur sommet mais divergeant à la base, sur les deux berges de la rivière, pour laisser passer entre eux une canalisation de bois dans laquelle coulait le canal. Celle-ci était suspendue à l'ouvrage maçonné par des crochets de fer. Seuls les arcs et le tablier de pierre demeurent en place, la canalisation de bois, régulièrement emportée par les crues et refaite, ayant été remplacée en 1921 par un siphon. Elle est connue par les archives et les photographies anciennes.

Le pont-aqueduc est une construction absolument singulière et innovante. Le 4 août 1859 l'ingénieur des ponts et chaussées écrivait : "L'arc en pierre du canal Saint-Julien existe depuis plus de trois cents ans. C'est à notre avis une solution des plus ingénieuses pour faire traverser une rivière par un canal, c'est le seul exemple d'ouvrage de cette nature qui existe en France et peut-être même en Europe".
L'ancienneté de l'ouvrage, sa qualité architecturale et plastique, l'originalité de la solution technique adoptée et sa bonne adaptation aux contraintes du site militent en faveur d'une bonne conservation et d'une valorisation.


Classement du pont-aqueduc en totalité (cadastre BO 122) par arrête du 18 août 2011