Château et parc,
Saint-Martin-de-Pallières, Var

Situé le long de l'ancienne voie de communication entre Draguignan et la Durance, Saint-Martin-de-Pallières fait partie d'une série de villages perchés établis sur les hauteurs de part et d'autre du fond de vallée et dominés par leur château. Le village est constitué de maisons modestes groupées en contrebas du château installé presque en crête à l'extrémité de l'ensemble du bâti.

Signalé dans les textes à partir du XIIIe siècle, le château fut détenu successivement depuis par les plus grandes familles provençales. Les interventions majeures ont consisté à réaménager le château médiéval (début XVIIe), à établir le parc (XVIIIe), puis, après la Révolution, à relever, agrandir et enfin moderniser l'édifice (XIXe et XXe siècles). Ces remaniements bien visibles constituent finalement une des caractéristiques de l'ensemble.

Ainsi le corps principal, massif sensiblement carré d'origine médiévale, est-il cantonné de trois tours remontées et crénelées début XIXe. Une quatrième tour, similaire mais plus tardive, prend place à l'extrémité de l'aile est. Sur la façade ouest, une galerie enjambant la rue relie le château à la chapelle privée de la famille propriétaire, dans l'église.

Le parc fut créé de toutes pièces au début du XVIIIe siècle au prix d'énormes travaux. D'une superficie de douze hectares, il se développe à l'est du château ; la composition est organisée dans l'axe des façades ; trois allées, une au nord, deux au sud dont une cavalière, s'étirent en direction de la pinède. Les tracés d'origine n'ont pas été modifiés. L'arrosage était assuré par une vaste citerne souterraine, aujourd'hui désaffectée mais parfaitement conservée.