Château de Lagoy,
Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône

Le domaine de Lagoy a été habité depuis l'époque gallo-romaine, villa puis castrum groupé autour de la chapelle Saint Bonnet. La seigneurie de Lagoy appartient à la famille de Sade jusqu'en 1632, année de la mort de Michel de Sade qui la laisse à sa fille Marguerite, épouse de Gaspard de Forbin, seigneur de la Barben et d'Eguilles.

Dès le mois de novembre 1633 un prix fait est passé pour la construction d'un pigeonnier.
La terre de Lagoy est érigée en marquisat en novembre 1702. Un moulin à huile est construit non loin du pigeonnier en 1707 utilisant les pierres du "grand bourg de Lagoy".

Joseph Estienne de Meyran Lacetta entreprend la construction du château actuel à partir de 1713. Le perron donnant sur la cour ne sera réalisé qu'en 1727, la rampe de l'escalier en fer forgé en 1728, les cadrans solaires peints en 1739, la fontaine du jardin en 1742. La marquise de Lagoy s'occupe de la culture du vers à soie. Jean Baptiste succède à son père et achève d'embellir le château, par des plantations de marronniers, de jasmins, des lauriers, mûriers, ormeaux... des travaux dans la cour et l'avant cour par la construction de piliers et portails ; il profite de transports de marbres italiens pour le compte de son ami le marquis de Barbentane pour en faire venir pour son château.

A la Révolution, le château est entièrement dévasté et les armes bûchées. Dès 1806, le domaine est remis en état ; une cave viticole est accolée au moulin à huile. Gaston Bazille de la société centrale d'agriculture de l'Hérault vient visiter le domaine et fait la découverte du phylloxéra le 15 juillet 1868.

L'histoire du domaine de Lagoy est bien documentée grâce aux archives privées récemment dépouillées. Celles-ci ont permis de dater précisément le pigeonnier et le moulin à huile qui participent à l'activité agricole du domaine.