Monument aux héros et victimes de la mer,
Marseille, Bouches-du-Rhône

Le monument situé dans le jardin du Pharo, face au fort Saint-Jean, domine l'entrée du vieux port.

En 1913, sous l'impulsion de Paul Peytral, ancien ministre des Finances et sénateur des Bouches-du-Rhône, un comité est constitué pour l'érection d'un monument aux héros et victimes de la mer. L'emplacement et l'artiste, Auguste Carli, sculpteur d'origine marseillaise, sont déjà choisis. La maquette est présentée dans l'atelier de moulage des frères Carli en décembre 1913 pour solliciter les souscriptions. L'oeuvre ne correspondant pas à la réalité que vivent les travailleurs fait l'objet de vives critiques. Un second comité, dénommé "comité des gens de la mer", est aussitôt constitué en mars 1914. Le second projet est esquissé par André Verdilhan. Le déclenchement de la guerre, en août 1914, va tout arrêter.

Le projet de Verdilhan revient au devant de la scène après la guerre. La volonté d'honorer les marins morts pendant la guerre permet l'aboutissement du projet qui sera inauguré le 14 juillet 1923.

L'artiste remplace le socle traditionnel par l'évocation d'un récif en granit, balayé par une vague d'où sort le groupe de trois marins en bronze patiné par l'oxydation. C'est une oeuvre puissante, "un chant à la force et au courage", qui révèle une maîtrise parfaite de la matière pour exprimer les sentiments des personnages. André Verdilhan (1881-1963) représente avec d'autres artistes marseillais le visage de la modernité en Provence au début du XXème siècle. Son oeuvre sculptée est dans l'ensemble dédiée aux travailleurs qu'il représente toujours avec beaucoup de vérité.

Protection - (cad. OA 44) : inscription par arrêté du 23 juillet 2009.