fiche imprimable

Bastide de Montfinal,
Bouc-Bel-Air, Bouches-du-Rhône

La bastide, desservie par la route départementale de Calas, est située à flanc de colline dans un environnement de champs, prairies et bois.

Pierre Barrême, avocat à la cour, achète en 1748 une construction et son tènement. La bastide a sans doute été construite par l'acheteur précédent le noble Louis Leblanc, écuyer de la ville d'Aix, comme l'atteste la date de 1741 indiquée sur le cadran solaire de la façade.
La bastide est signalée de loin par son allée d'accès plantée d'arbres en alignement depuis la route. Elle est située sur une petite butte par rapport à la route. Ces deux caractéristiques témoignent de la volonté du commanditaire de paraître, de voir et d'être vu.
Un rapport d'expert établi en 1775 pour le nouveau propriétaire François-Joseph Raymond, avocat à la cour, puis un inventaire de biens séquestrés réalisés en 1794 permet de constater que l'intérieur de la bastide est resté tel que l'a réalisé son propriétaire à la fin du XVIIIe siècle.

Devant la maison, une large terrasse ombragée est reliée à un petit jardin clos par deux escaliers symétriques à volée courbe encadrant une fontaine adossée. De part et d'autre s'étendaient le potager clos et le fruitier.

Un pigeonnier, une cave à vin et une aire à séchage dallée sont les derniers témoins de l'activité agricole du domaine. Un système d'adduction d'eau à l'aide de galeries voûtées à partir de puits et de grands bassins souterrains permettait d'alimenter la propriété.

Cet ensemble reprend toutes les caractéristiques du système bastidaire très en vogue entre 1740 et 1780 autour d'Aix et de Marseille. De plus, il est rare de trouver un intérieur resté très homogène et complet.