Villa La Ligne Droite,
Saint-Jean-Cap-Ferrat, Alpes-Maritimes

La villa La Ligne Droite au Cap Ferrat a été bâtie en 1931 pour Louis Le Sidaner, homme de lettres et critique, fils du peintre postimpressionniste Henri Le Sidaner, par un architecte grassois peu connu, Jean Bouchet. Né en 1897, formé à Paris chez Redon et Tournaire, celui-ci s'installa dans sa ville, où il réaménagea l'hôtel Provençal.

Les plans de la maison sont datés du 15 juin 1931 et la construction fut menée à bien la même année par l'entrepreneur niçois L. Renault. L'idée majeure de l'architecte est d'implanter sa construction perpendiculairement au système de terrasses qui rachètent l'important dénivelé du terrain d'assise. La Ligne Droite se présente ainsi comme un rectangle allongé mesurant plus de 30 mètres de longueur, gravissant la pente sur quatre niveaux étagés ; elle est flanquée au nord de trois escaliers rectilignes superposés qui témoignent de la hiérarchie des fonctions et participent à la justification de son appellation.
L'architecture décline toutes les caractéristiques du mouvement moderne : matériau béton armé, armature de poteaux et de poutres, plan libre, reports de charges, toiture-terrasse, blancheur des murs, variété des baies (en bandeaux, en hublots, sur l'angle), références marines... Le traitement de la lumière fait l'objet d'une extrême attention, traduite notamment par un étonnant puits de lumière en entonnoir inversé, prenant jour sur le toit par un lanterneau-belvédère en forme de rotonde et éclairant la maison jusqu'au coeur.