Synagogue,
Nice, Alpes-Maritimes

Située à quelques rues de la place Masséna, dans le quartier neuf, la synagogue de la rue Gustave Deloye, remplace la synagogue de l'actuelle rue Benoit Bunico devenue trop petite. Elle est vendue à un particulier et le produit de la vente va servir à construire le nouveau temple.
Le cas est original : le bâtiment est construit par une propriétaire privée à qui la communauté israélite verse un acompte. L'acte de vente sera signé après l'achèvement des travaux. L'inauguration officielle a lieu le 21 mars 1886. Paul Martin, ingénieur, signe les relevés. Cet ingénieur niçois est connu pour être l'auteur du Palais de l'Agriculture construit en 1901 sur la promenade des Anglais. Le parti qu'il adopte ici est dans l'esprit et le style en usage pour les synagogues au XIXe siècle.

La façade principale présente une composition romano-byzantine. Elle se distingue par le parement de pierre traité en bossage comme une porte de ville moyen-orientale. A l'intérieur le sanctuaire précédé de quelques marches est richement orné, à la manière d'un retable, abritant derrière un rideau les rouleaux de la Torah. L'espace central est divisé en hauteur par une galerie soutenue par des piliers cylindriques. Pendant la guerre de 1939-45 elle subit des dommages. Elle est utilisée comme centre de tri et d'internement avant la déportation. La synagogue a conservé cependant tout son mobilier d'origine.

En 1993 l'artiste niçois Théo Tobiasse crée 12 vitraux sur le thème biblique qu'il nomme "le chant des prophètes" Cet artiste a décoré également les 7 grands vitraux de la synagogue de Strasbourg et la chapelle Saint Sauveur du Cannet inauguré en 1989.

Cet ensemble religieux de la fin du XIXe siècle représente un jalon dans l'histoire de la communauté israélite de Nice dont la présence est attestée depuis l'époque médiévale.

La synagogue en totalité, inscrite au titre des monuments historiques le 17 avril 2007.