Monument à Garibaldi,
Nice, Alpes-Maritimes

Dès 1880, l'idée d'ériger à Nice, sa ville natale, un monument commémoratif au général Garibaldi (1807-1882) a été avancée. Elle est relancée après sa mort par une souscription à l'initiative de la municipalité.
C'est le second concours international, ouvert en 1885, qui permettra de choisir le projet lauréat, celui du sculpteur Antoine Etex (1808-1888). Situé au centre de la place qui porte le nom du héros depuis 1871, le monument sera achevé par Gustave Deloye (1848-1899). L'inauguration a lieu le 4 octobre 1891.

Le monument niçois est le premier élevé en France en l'honneur de Garibaldi, mais il ne fut pas le seul puisque Dijon et Paris, lui consacrèrent aussi un monument.
Relativement classique et sage, le projet d'Etex superpose un soubassement flanqué de rostres de bateaux, un piédestal à chapiteau et une statue de marbre blanc de Carrare. Les sculptures en bronze autour du piédestal, à l'avant le groupe de la France et de l'Italie veillant sur le berceau du héros, à l'arrière le bas-relief de la Paix des nations, sont particulièrement évocatrices de la vie et de l'action engagée par Giuseppe Garibaldi.
La notoriété du personnage, "héros des deux mondes", qui dépasse le cadre national et fait le lien entre France et Italie, la qualité de l'inscription urbaine, au centre d'une belle place bordée d'arcades et devant la chapelle des Pénitents Bleus, ajoutent évidemment à l'intérêt intrinsèque du monument.

Protection - (cad. KO domaine public non cadastré) : inscription par arrêté du 23 juillet 2009.